Nos voix d’anonymes seront chères !!….

Nos voix d’anonymes seront chères !!….

par -

Nous avons droit ces derniers temps à des appels au rassemblement des Tunisiens… Evidemment nous sommes nombreux à l’appeler de nos vœux et à n’y voir, écorchés tous dans le vif de l’âme, que le côté retombées bénéfiques sur notre pays en souffrance et en totale déconfiture… La posture affichée dans ces appels, les valeurs énoncées, l’action suggérée correspondent bien à cet ADN de terroir que tout patriote sincère appelle de ses vœux… Oui et comment !!…. Il faut s’unir, et bien sûr, oublier nos rancœurs et battre par la force des urnes ce mal qui ronge notre pays et empêche ses lumières… Il nous faut agir pour que cette belle bâtisse de Tunisie renaisse de ses cendres, se repeuple et se libère des voleurs d’émotion et de rêve…..
….Avoir le terroir en soi, au plus profond de son âme et de son corps, en être épris, le vivre et le respirer…c’est rencontrer sa part intime d’humain et de merveilleux….Quelle chance de pouvoir revivre aux futures échéances électives cette émotion !….Quel bonheur de pouvoir en jouir !…

Mais voilà, c’est noble…. c’est beau… la question tout de même reste encore posée…Elle est là, ajoute à notre souffrance et angoisse … Se rassembler, bien sûr, mais autour de qui ? ….Autour de quelle force saine ?

Déjà un premier message pour nous booster, non et non à notre léthargie, non à notre résignation dangereuse, non à notre indifférence…Notre pays est là, à attendre qu’on le sauve des marécages des divisions inférieures…. Démissionner , se détourner de ce qui s’y passe, laisser faire les voleurs et les cyniques dans cette maison de Tunisie étrangement vidée de ses ressources est une insulte à notre histoire et à nos lumières…Plus que notre condamnable effet spectateur, cette forme de laisser aller est une trahison à nous-mêmes, à l’espérance de nos devanciers, au rêve de nos bâtisseurs et au souvenir de nos martyrs… Ne nous laissons pas désabuser…Notre force d’anonymes est encore là, possible….N’oublions pas nos fondamentaux….Croyons à l’utopie libératrice de notre communion…Allons voter et massivement

Oui, bien sûr, nous pouvons gagner, parce que nous sommes majoritaires…d’ailleurs, nous l’avons toujours été… mais dispersés…trop volatiles… incapables de décliner notre projet… de l’affirmer, en famille partisane, en moule propre…Beaucoup le regrettent…en sont désabusés parce qu’en désespérance d’issue…

A notre 14 Janvier 2011, c’était bien beau… Sortir et crier fort notre ras le bol était plus que cathartique… Nous souffrions en anonymes de l’insulte à notre dignité…Rassemblés en ce jour là , nous étions à souhaiter une transition qui ouvre sur un avenir à poésie…un avenir intelligemment orné de symboles… un avenir de liberté et riche de relations multiformes….Nous voulions d’une gouvernance qui ressource et réconcilie, d’un vivre ensemble à sens et à imaginaire nouveau….Nous souffrions de déni, de peser peu dés lors qu’on ne montrait pas notre allégeance, de l’affront de ne rien pouvoir face à un hold-up indisposant de pays…Nous excusions les fantasmes des uns et des autres, nous tolérions que chacun rêve d’une république à lui pour rejoindre au final celle commune, de la rue qui nous regroupait en cette matinée du 14 janvier …. Et puis cette transition, nous la voulions à pâte humaine, sans incrimination et sans pillage…Et voilà qu’on assiste à une conspiration générale… à des velléités persistantes et continues de déni de ce peuple et de son espérance… L’arnaque était bien là…Elle se déployait devant nous, avec d’innommables politiques, petits conspirateurs…insensibles à notre projet de libération de peuple…loin de notre ambition de faire grandir et de promouvoir…

Sevrés de liberté, nous autres anonymes avions entrainé dans notre enchantement les médias jusque là bâillonnés…. et permis qu’ils exorcisent définitivement leur soif/revanche d’expression…en abusant, en se jouant même des limites qu’imposent l’éthique et les règles élémentaires de retenue et de respect.…Et nous voilà face à l’enlisement dans un présent de cauchemar…pour certains pire que le passé dénoncé…. …victimes de notre crédulité et de notre tolérance de ceux qu’on pensaient victimes et qui se révélaient bourreaux ,saccageurs, et revanchards …Cette désagréable impression de vivre parmi des malfrats habillés à la mode usée du formalisme juridique, d’être otages de microcosmes de sensibilités pseudo-libertaires et démocratiques… loin de ce que nous rêvions, …à nous narguer, à renforcer l’inculture ambiante, à attiser les réflexes de sécurité, à titiller nos croyances, à fissurer nos repères…

Combien de temps avions nous et devrions nous supporter encore ce saccage? Jusqu’à quand tolérer cette indécente farce ?… Comment tolérer qu’on brise encore nos rêves, retarde notre émancipation et empêche notre sortie aux lumières… ?

De l’autre côté, la gouvernance de notre pays a perdu son nord…Jamais, on n’a été autant exposé à d’aussi courtes vues… à autant de frilosité…à des décideurs aussi incapables et tatillons…Le moins qu’on puisse dire est qu’on a manqué de vision, de clairvoyance et de compétence alors que les périodes de transition exigent des profils atypiques, des chevronnés , des connaisseurs des acteurs institutionnels, des jeux de pouvoir et des enjeux de la nouvelle économie et des défis sociétaux ….

Dire assez, ne suffit plus….Que 2019 annonce l’arrêt de ce saccage et déclenche un processus de neutralisation salutaire de ces intrus !!

Parce que notre projet est beau et émancipateur….Parce que ce qui nous fédère est positif , continuons à nous prêter les vertus les plus folles…montrons nous capables de valeurs communes … montrons , malgré notre malencontreuse dispersion , que nous savons nous y tenir.

Ok, diriez-vous pour le diagnostic ? Mais alors comment s’en sortir ?

D’abord, pas d’amnésie…Etre capable de pardon ; pour notre socialité, pour notre vivre ensemble ne signifie pas qu’on range aux oubliettes nos moments de douleur…Nous aimerions partager quelque chose de gai et de plaisant…mais comment oublier Erregueb, les snipers, nos martyrs civils et en uniforme, Belaid et Brahmi et puis toutes ces années de saccage et de régression !!…. Bien sûr, le peuple, nous autres anonymes avons le ventre mou …Oui, nous pourrions excuser des errements de mandats,… une mauvaise alliance…voire un positionnement indigne …mais, digérer des faits aussi avérés et un saccage aussi éhonté de notre pays, de notre seul symbole d’union.. avouons que c’est difficile !!….

Pour faire oublier ce ratage ultérieur au 14 janvier , pour espérer achever cette transition dans la dignité, pour retrouver notre voie sociétale tunisienne de gouvernance, nous comptons beaucoup , nous autres anonymes sur les futures élections….nous en attendons du renouveau, une refondation, une incarnation de projet fort et distinctif … à la mesure de notre narcissisme …. et pas que de simples candidats, des noms et des listes qu’aucun projet n’élève et qu’aucune cohérence ne soutient.

C’est vrai que nous autres anonymes fantasmons plus que ne vivons réellement la gouvernance. Beaucoup parmi nous pensent être la frange lucide, celle qui a l’intelligence du savoir pour analyser et prescrire , parfois en marge du levier populaire et de sa force habilitante et de légitimation …Nous voilà à gesticuler , à dénoncer , à nous accrocher à des artifices, à nous illusionner à croire que tout est beau dés lors que nous sommes là …..En fait, loin de notre propre terreau de peuple, nous sommes de simples comparses, des figurants sans relief du délire d’être et d’agir…. sans aura, sans brillance…

Nous qui dénonçons et reprenons à notre compte les analyses les plus doctes sur les jeux de nos politiques, nous devenons myopes pour se les appliquer à notre propre statut d’anonymes…or, on ne fera œuvre utile que le jour où on poussera à comprendre qu’en Tunisie, pays de senteurs, l’air est autre…Aussi devrions-nous rappeler que notre mutisme et à cette étape-ci notre clivage ne mènent nulle part …il nous faut davantage de proximité, accepter des concessions au nom de notre parfum sociétal , de notre zeste de terroir…Rappelons alors à nos candidats l’ intégration de nos encastrements, notre souci des strates ( classe moyenne, retraités, chômeurs, pauvres, femmes, étudiants …) le poids de l’ENA, de l’ATUGE, de l’UGTT, , de Bourguiba, de Ben Ali, du voilage religieux, de l’effet régions, lignées, tribus, intérêts, corps, représentations.. et la liste est infinie…..

Nous méditons sans toujours nous y accommoder d’une certaine gêne ce qu’un associatif devenu politique fait pour khalil, ce jeune fils arraché à la fleur de l’âge aux siens, et nous disons ce qu’un privé peut faire, des politiques, peuvent l’engager…. …..Comprendre tout cela et pousser à agir au plus prés de nous les anonymes majoritaires moins pour manipuler et cautionner , que pour susciter une pousse , un élan , une assise de légitimité à une gouvernance d’une toute autre sève ….

Nous en rêvons… !!

Nous aimerions, quoi de plus noble, qu’à l’instar de toutes les réformes ici et là engagées dans le monde, notre pays, qui se soûle à croire à l’intelligence de son printemps et qui abrite de si brillantes lumières se permette pour une fois une innovation dans ce qu’il prétend avoir réussi le plus depuis son indépendance, son vivier de ressources humaines….dont nous souhaitons l’engagement corps et âme dans ces futures échéances électives…..

Oui, ceux des anonymes qui n’ont jamais fait de politique, et dont la vie ne se réduit pas à cette seule sensibilité ne peuvent pas faire confiance au premier venu…

…Aussi, nos voix iraient prioritairement en cette période de clivage, de désert culturel et de tergiversations à ceux qui referaient vivre notre sève sociétale de pays….. Nous qui vivons dans ce terroir limité et qui subissons depuis des millénaires des interférences et aujourd’hui, grâce à cette société du savoir l’univers monde, rêvons d’une « tunisianité » à la mesure de notre ambition de grandeur. Elle serait pour ces futures élections le critère de nos choix de représentants à la présidentielle et aux législatives….nous voulons d’une option de gouvernance qui élève, qui détourne des chimères et qui prémunit de la petitesse politique. Cette exigence d’harmonie sociétale est le moins que nous puissions demander en ce raccourci de temps d’avant élection, parce que la situation du pays l’impose, parce que la discorde est là, parce que la plaie du ressentiment n’a pas cicatrisé. Elle serait notre thérapie… pour atténuer nos résistances et éclairer notre agir… nous la souhaitons pour nous éviter les marécages du mimétisme béat, des interférences déguisées de grandes puissances et celles au grand jour de leurs petits valets, à lectures rapides, tragiques et réductrices de notre ADN sociétal. Nous l’exigerons comme critère de base pour apprécier la justesse des profils à défaut des projets pour nous éviter ce rapport faussé à nous-mêmes et au monde …

Alors, pour qui voter ? notre réponse d’anonymes, ne vaut pas exemple , mais elle nous est propre, parce que nous partageons le même émotionnel et parce que nous nous sentons du même bord…Elle est bien simple….

Pas pour ces cyniques sectaires que nous reconnaissons et tolérons et dont le seul projet est de voiler les lumières de ce pays et d’empêcher son émancipation et son affranchissement des tutelles nébuleuses ….

Pas pour ces convoiteurs de strapontins, ces pseudos proprets qui aimeraient profiter de l’amateurisme politique ambiant et affichent une douteuse virginité….

Pas pour ceux qui ne montrent aucune estime des repères vénérés par ce peuple, ceux qui cachent mal leur ressentiment aux bâtisseurs de ce pays et refusent le côté évidentes lumières de ses réalisateurs d’ambition….

Pas pour ceux sortis des ornières des forces occultes, ces clivés et aigris qui heurtent notre sensibilité à tous et qui cherchent à minorer notre émotion partagée…

Pas pour ces douteuses lumières et ces corsetés du juridisme qui ont ligoté le pays par des dispositions au service de leurs commanditaires, nous réduisant au statut de spectateurs passifs, sans voix et sans recours….

Même si nous risquons d’indisposer, nous ne disons pas non et nous pardonnerons à ce mouvement, devenu par la suite parti politique, qui à l’instar d’en marche d’Emmanuel Macron, de Forza Italia de Silvio Berlusconi, de Nida Tounes de feu Bèji Caied Essebsi a laissé faire ses spécialistes du « naming », pour nous voler Tahya Tounes, notre seul jargon commun de résistance, notre alarme commune de voix, que criaient toutes obédiences confondues les martyrs de ce pays indépendamment de leurs convictions, valeurs et appartenances ……Nous conseillerons à son chef de tourner la page de ce flirt indisposant et fatal, d’apprendre de ses erreurs, de revoir ses fréquentations, de revenir aux valeurs saines du centre et de travailler son ressourcement dans la tunisianité…Il a le temps et nous oublierons, une fois ces conseils retenus son empressement de jeune et sa mauvaise posture.

Nous ne condamnerons pas enfin, même s’il y a quelque part manœuvre dolosive ces acteurs de l’associatif qui ont changé en cours de route de vocation et qui ont agi là où l’Etat devait le faire, au nom de cette belle utopie, dont nous ne retenons que ce côté positif de libérer l’humain, d’être à côté des familles en difficulté à aider pour la rentrée scolaire …. à rénover des salles d’école…. à équiper quand c’est possible certains de centres de ressources et des fonds documentaires interactifs….à aider aux soins, au logement ….Nous nous rappelons enfants d’initiatives similaires faites par des gens de bonne volonté, dans nos villes du temps où l’Etat existait et où la fibre pays avait une résonance …Nous ne voterions probablement pas en masse pour mais nous comprenons que certains parmi nous y soient sensibles et signifient par leur vote leur ras le bol de la bureaucratie gouvernante et de sa passivité. … Comment s’étonner que nous adhérons et aimons alors que jamais démocratie n’a autant été si peu à l’écoute des souffrances de ses citoyens…. jamais gouvernance n’a autant altéré et appauvri son peuple …..

…. La tribune est ouverte…En piètres politiques, nous sentant proches de celui qui s’est lui aussi annoncé piètre politique, nous ne nous permettons pas de donner une consigne claire pour une mouvance, un parti ou un profil…Tous, s’ils sont du bord que nous affectionnons, qu’ils soient autonomes ou qu’ils agissent dans un cadre partisan, nous les cautionnerons….La seule consigne sûre, notre seule espérance d’anonymes est celle d’aller voter et massivement …Exprimons -nous, disons nous à travers les urnes…choisissons….et si le verdict des votants n’est pas du côté de nous autres anonymes majoritaires, eh bien , c’est que nous pesons peu et ce sera tant pis alors pour cette humeur du moment de nous autres qui sommes effacés et qui resterons pour un temps encore anonymes…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire