AccueilAfriqueSénégal : C'est officiel, Macky Sall est reconduit, très largement !

Sénégal : C’est officiel, Macky Sall est reconduit, très largement !

Après une période d’attente très inhabituelle au Sénégal (on a voté le 24 février 2019), les résultats officiels provisoires viennent de tomber : Le président sortant, Macky Sall, repart pour un second mandat, de 5 ans, après un plébiscite des électeurs, 58,27% des voix. Idrissa Seck recueille 20,5%, Ousmane Sonko 15,67%, Issa Sall 4,07% et Madické Niang 1,48%. La CENA (Commission électorale nationale autonome), qui avait sans doute achevé le décompte des voix depuis un petit moment, a temporisé pour laisser la tension retomber. En effet la sortie du Premier ministre et directeur de campagne du président sortant dès le jour du vote, pour annoncer que son candidat l’avait emporté dès le premier tour avec 57% des voix, avait profondément irrité les concurrents, notamment Idrissa Seck et Ousmane Sonko. Ces derniers étaient montés au front pour marteler qu’un deuxième tour était incontournable. Maintenant les choses sont claires…

- Publicité-

Mais le triomphe de Sall n’est pas une surprise du reste pour deux raisons essentiellement. D’abord en Afrique, où on est habitué aux règnes très longs, et même interminables, les électeurs ont coutume d’adouber les présidents sortants du fait que les pays sont souvent instables et les changements perturbent toutes les institutions, lesquelles n’ont pas la même solidité que dans les pays occidentaux. Par exemple au Nigeria les électeurs ont préféré reconduire le président en place malgré un très mauvais bilan. La deuxième raison pour laquelle les Sénégalais ont parié sur la continuité c’est que le président Macky Sall, contrairement à son homologue nigérian, affiche des réalisations palpables, il faut le reconnaître, dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE), un méga programme inédit en Afrique qui s’étale de 2014 à 2035, et qui recueille l’adhésion très forte des investisseurs étrangers. D’ailleurs lors du déplacement de Macky Sall à Paris, en décembre 2018, les bailleurs de fonds ont promis d’injecter 14 Milliards de dollars dans la deuxième phase du PSE.

Si les électeurs sénégalais se sont déplacés en masse pour reconduire l’actuel chef de l’Etat, avec un score si élevé, c’est parce qu’il y a un bilan à se mettre sous la dent. Par ici on a l’habitude de déloger les présidents, par la seule arme qui vaille pour le citoyen : La carte d’électeur. Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont été éjectés de la sorte, sans que ça fasse des vagues chez leurs partisans. Il y a donc des pratiques démocratiques qui commencent à prendre racine. Evidemment les opposants du président, notamment Idrissa Seck et Ousmane Sonko, ne verront pas les choses de la même façon et vont ameuter leurs partisans pour tenter de perturber le deuxième mandat de Macky Sall, comme ils l’ont fait pour le premier. Mais cette agitation, qui sera permanente, il faut s’y attendre, devrait rester dans les limites fixées par la loi et ne devrait pas plomber le pays de Léopold Sédar Senghor, qui a la spécificité de baigner dans un pacifisme ancré dans les traditions, contrairement à beaucoup d’autres nations du continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,451SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles