Tunisie : Elles s’en mettent plein les poches, en catimini !

Tunisie : Elles s’en mettent plein les poches, en catimini !

par -

En dépit de la conjoncture économique et financière qui frappe de plein fouet le pays, la Bourse de Tunis continue de faire de bon chiffres tirés par les banques et les institutions financières qui représentent 52% de la capitalisation boursière.

Selon les derniers indicateurs de la Bourse de Tunis, au 31 juillet 2018, le volume d’échanges sur la cote de la bourse a atteint environ 1 067 millions de dinars contre 794 millions de dinars pour la même période 2017, soit une nette hausse de 34,4%.

Le secteur des sociétés financières, représentant 52% de la capitalisation boursière, a accaparé la plus grande part du marché avec 40,6% du volume global, en progression de 78% par rapport à la même période 2017. Étant précisé que cette performance est essentiellement imputable au secteur bancaire, lequel a marqué une hausse du volume d’échanges de 73%. En deuxième position se classe le secteur des biens de consommation, représentant 31% de la capitalisation boursière, avec une part de 35,4% du volume global du marché et une progression de 39,3% du volume d’échanges par rapport à la même période 2017.

Pour les autres secteurs, représentant 17% de la capitalisation boursière, quatre secteurs ont affiché une hausse de leurs volumes d’échanges : il s’agit des secteurs télécommunications (+251,8%), pétrole et gaz (+75,1%), services aux consommateurs (+9,5%) et matériaux de base (+1,1%) ; contre trois secteurs en baisse, à savoir santé (-32,9%), industries (-29,4%), technologie (-4,3%).

Les investisseurs tunisiens représentent les principaux intervenants sur le marché avec une part qui oscille autour de 70%, suivis des investisseurs étrangers et des OPCVM. En effet, sur la période janvier-juillet 2018, la part des investisseurs tunisiens dans les achats a atteint 72,7% contre 75,6% pour la même période 2017, alors que du côté des ventes leur part a marqué une baisse pour passer de 66% à 62,1%. La part des investisseurs étrangers dans les achats a affiché une hausse pour passer de 9,1% à 12,7%.

En évoluant dans le même sens, la part des étrangers dans les ventes a atteint environ 25% en 2018 contre 18,5% en 2017. La part des OPCVM a marqué une légère baisse durant les deux périodes. En effet, leurs parts dans les achats et dans les ventes sont passées, respectivement, de 12,9% à 12,1% et de 13,3% à 11,6%.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire