15 C
Tunisie
dimanche 24 janvier 2021
Accueil La UNE ARP : 92 projets hyper importants dorment, et ils s'occupent de Chahed...

ARP : 92 projets hyper importants dorment, et ils s’occupent de Chahed !

92 projets de lois, majoritairement à caractère économique et social, c’est ce qui est sur la table de nos chers députés. Il y a même un projet, celui portant sur l’amendement de la loi organique du budget de l’Etat (71/2015), qui dort dans les tiroirs depuis quatre ans. Et tout cela on l’a appris sur le site électronique de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Si à la limite les élus faisaient ce qu’ils pouvaient pour rattraper ce retard, s’ils mettaient le frein sur les chicaneries, les arguties législatives et autres manies de convoquer les ministres pour des plénières – ou plutôt des boucheries en direct-live – pour la moindre petite chose qui va de travers, on pourrait leur pardonner cette indolence dans le traitement des affaires du pays, très urgentes pour le coup. Et ce sont ces mêmes députés qui ont trouvé le temps de mettre leur nez dans le dossier du coup de karcher au ministère de l’Energie, en exigeant des explications de la part du chef du gouvernement, et dans un rapport détaillé s’il vous plait, qu’ils mettront une éternité à commenter. Encore des projets de loi urgentissimes en souffrance en perspective, le temps que les députés se paient Chahed. Pourtant des enquêtes ont déjà été diligentées et on peut faire confiance aux fins limiers lâchés sur le secteur de l’Energie pour faire la liste de ce qui ne va pas. Mais ces professionnels de l’investigation ne suffisent pas aux députés, manifestement…

- Publicité-

La liste des projets de loi sur lesquelles on attend désespérément la célérité de nos élus comprend 36 projets de l’année 2018 relatifs aux projets du transport aérien et maritime entre la Tunisie et plusieurs pays ainsi qu’une convention de vente à terme entre la Tunisie et la Banque Islamique pour le Développement (BID) et une autre portant sur le développement du secteur de l’électricité. Ajoutons à cette liste le projet de loi relatif à la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent, ô combien important car c’est cette affaire qui avait valu à la Tunisie les foudres de l’Union européenne.
Le bureau de l’ARP soumet également aux députés des projets de loi ayant trait à des financements que la Tunisie obtiendrait auprès de l’Agence Française de développement (AFD) en faveur du projet de la gouvernance des entreprises. En plus, la chambre législative examinera une loi autorisant l’Etat à augmenter les financements en faveur de la Société Nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE). Si ce n’est pas plus important que les affaires du chef du gouvernement !!

En outre, 26 projets de loi datant de l’année 2017 portant sur la modernisation du réseau ferroviaire tant rapide que traditionnel et d’autres secteurs sont en attente de l’approbation de deux projets de lois pour la mobilisation des financements à l’effet de leur exécution, à l’instar du projet de loi relatif à l’octroi de crédits par la banque allemande FkW à la Tunisie pour financer le projet du RFR.
Par ailleurs, 26 six autres projets datant de l’année 2017, à l’instar de la loi n°66/2016 portant sur la croissance économique en Tunisie, celle relative à la salubrité des aliments animaliers, en plus du projet de l’audit du budget (36/2016) et un autre ayant trait aux terres domaniales sommeillent encore.

A noter que l’ARP a adopté, depuis janvier 2015, jusqu’au démarrage des vacances parlementaires pour l’année 2018, près de 209 projets de lois dont 16 datant de cette année. C’est bien, mais il faudra faire mieux, beaucoup mieux, car de ces projets dépend l’oxygénation de l’économie. Et les députés travailleraient nettement mieux s’ils n’étaient pas aussi perméables à tous les échos au sein de l’exécutif, à la petite cuisine des partis politiques et à tous ces bruits que colporte une opinion publique qui apprend encore à vivre avec cette liberté d’expression qui lui est tombée dessus un 14 janvier 2011.

S.L.

1 COMMENTAIRE

  1. Dire que la Tunisie est pauvre, est une erreur qui a été constatée par le Colonel Mouammar.
    Soit à peu près le quart du budget annuel de l’état.
    Elle est pauvre en sécurité économique et financière. Elle est pauvre en hommes et femmes capables de dénoncer et arrêter les profiteurs avant leurs sorties de nos frontières.
    Elle est peut être pauvre en experts spécialisés dans la détection des cavités financières et des pistes des filiales qui dérobent les ressources vitales et sécuritaires du peuple Tunisien.
    Elle pauvres en hommes et femmes capables de dénoncer les corrompus qui camouflent les délits et gardent le silence au moment de l’entrée des produits interdits d’accès et de sortie de la Tunisie.
    Elle est pauvre en hommes et femmes mentalement propres et forts pour dénoncer la sortie des devises fort utiles pour le redressement du dinar et le rehaussement de la dignité de tout un innocent peuple. Merci pour l’information, mais qui va se charger de la restitution des sueurs de tout un peuple, matérialisés en monnaies fortes.
    Elle est pauvre en hommes et femmes qui punissent en tenant compte des droits de l’homme victime.
    Sans lutte sérieuse contre les corrompus, notre pays restera un passoir sans étanchéité protégeant la population de toute mauvaise infiltration de part et d’autre. Dommage, nous ne méritons pas cette mauvaise image salie, par les plus sales de nos concitoyens et de leurs complices.
    Heureusement que le quatrième pouvoir a commencé à voir le jour malgré les obstacles, les sacrifices et le risque que prennent certains professionnels. Mais il reste beaucoup de chemin à faire à la recherche de la vérité détaillée à mettre sous les regards de tout le monde.
    La faille réside dans le non assimilation de la démocratie et dans l’absence d’une loi qui oblige la sélectionner des élus selon des critères ne permettant l’accès de n’importe qui à prendre un siège au nom du peuple.
    Des engagements officiels mettront tout parti à la hauteur de sa responsabilité, faute de quoi il perd une partie de sa représentativité selon des critères d’incompétence professionnelle, comportementale et d’assiduité. L’argent du peuple doit être justifié par de l’énergie propre et renouvelable des personnes qui les perçoivent. Energie= Puissance intellectuelle x temps au travail x rendement au travail
    Le pauvre peuple qu’on trahit par de belles paroles et de fausses promesses peut déserter les urnes et foutre de la pagaille à l’image de ses élus qu’il regarde à la télévision.
    Le niveau du patrimoine humain national doit être rehaussé avec beaucoup de courage par les plus compétents et les plus sages d’entre nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,043FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles