Esclavage en Libye : C’est la France qui saisit l’ONU, honte suprême...

Esclavage en Libye : C’est la France qui saisit l’ONU, honte suprême pour l’Afrique

par -

La France est montée au front suite aux horribles images des migrants subsahariens en Libye pris en otage par des trafiquants et vendus comme du bétail. Paris, après avoir dénoncé l’inqualifiable, a saisi l’ONU pour une réunion en urgence et une enquête internationale sur les trafics humains en Libye.

Ce qui a été révélé, au-delà de ce que nous avons pu dire et ce que nous connaissons de la situation en Libye, relève bien de la traite des êtres humains. C’est un crime contre l’humanité, c’est une des formes de trafic les plus rentables et qui nourrit les délinquances les plus graves et pour partie des réseaux terroristes. La dénonciation par la France a été immédiate et sans appel”, a déclaré hier mercredi 22 novembre 2017 le président français, Emmanuel Macron, rapporte Franceinfo.

Voilà, encore une fois c’est cette France que certains activistes indexent comme le colon, le “suceur du sang de l’Afrique”, l’éternel spoliateur du continent noir qui va défendre les Africains, à la plus haute tribune du monde. Cette France que Sémi Kaba, qui avait organisé la marche à Paris le 18 novembre 2017 pour dénoncer ces horreurs en Libye, indexe comme le responsable de tous les malheurs des Africains, allant jusqu’à brûler publiquement un billet de Franc CFA, symbole, à ses yeux, du néocolonialisme. Et bien les présidents africains devront, une fois de plus, jouer les seconds couteaux, ravaler leur fierté, ou le peu qui en reste, et guetter, comme il est de coutume, le téléphone pour savoir ce dont l’initiative de Macron à l’ONU allait accoucher. Des chefs d’Etat dont le silence assourdissant aux premières heures, et même après, du scandale des marchés d’esclaves en Libye résonne encore. Des présidents très embarrassés par cette patate chaude, pétrifiés et étrangement paralysés, mis à part de timides, insignifiants et rarissimes rappels de leurs ambassadeurs en poste en Libye… pour consultation et autres effets de manche qui ne remuent plus personne.

La star ivoirienne Alpha Blondy avait diffusé une vidéo au vitriol dénonçant l’inaction des chefs d’Etats africains face à l’ignominie libyenne, chose qu’il faisait copieusement dans ses chansons. La sortie de Macron, dont il faut, tout de même, se féliciter – c’est toujours mieux que le silence sidérant des leaders africains -, n’en restera pas moins un affront pour l’Afrique. Une honte qu’il faudra boire. Une fois de plus. En attendant d’autres camouflets…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire