Tunisie : Spéculation, contrebande, corruption… Il n’y aura pas que la pomme...

Tunisie : Spéculation, contrebande, corruption… Il n’y aura pas que la pomme de terre !

par -

Nous n’allons pas cesser de frapper, et fort. Hier, on a déclaré la guerre contre les corrompus, aujourd’hui c’est au autour des barons de la contrebande. Nous allons prendre cette question très au sérieux. Nous n’allons pas leur permettre d’abuser du pouvoir d’achat du citoyen. La guerre contre la spéculation et le monopole va encore s’accélérer durant la prochaine période“, a averti le chef du gouvernement, Youssef Chahed, lors de son intervention, ce mardi 21 novembre 2017, au cours de la plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) sur le projet de la loi de finances 2018.

Il a par ailleurs indiqué que le gouvernement va appliquer la loi en toute sérénité et sanctionner sévèrement les corrompus et les barons de la contrebande, faisant savoir à cet effet que le contrôle économique deviendra désormais un travail du quotidien. “Je suis en train de suivre personnellement le dossier, de jour en jour et je suis déterminé à sanctionner sévèrement toute personne voulant faire une fortune au détriment du pouvoir d’achat du Tunisien” a assuré Chahed, avant d’ajouter : “Oui… Nous allons affronter, avec tous les moyens dont nous disposons, toute personne ne respectant pas la loi et légitimant la spéculation et le monopole“, a-t-il dit.

Le chef du gouvernement a dans le même contexte indiqué que le gouvernement va honorer ses engagements et respecter l’accord de Carthage : “Le gouvernement ne va pas cesser sa guerre contre la contrebande qui devient, aujourd’hui, une politique d’État impliquant tous les ministères et bénéficiant du soutien absolu du président de la République“, selon ses dires.

Il a tenu à préciser que la campagne de lutte contre la corruption menée par le gouvernement depuis plusieurs mois n’est ni conjoncturelle ni sélective ou encore un moyen pour régler des comptes politiques, mais plutôt une guerre à long terme et n’épargnera aucun individu, qui qu’il soit. “Notre guerre contre la corruption n’a jamais été sélective (…). Je voulais assurer que cette campagne menée par le gouvernement contre les corrompus ne cible ni les politiciens ni les hommes d’affaires ou autres, mais plutôt les corrompus et toute personne voulant affaiblir l’État et son peuple“, a expliqué Chahed.

La guerre contre la corruption est désormais une politique d’État pour protéger la démocratie tunisienne de ce fléau qui ne cesse de se propager partout dans le pays et c’est pour cela que nous n’allons pas permettre de l’exploiter dans le contexte politique“, a précisé le chef du gouvernement. “Toutes les arrestations qui ont eu lieu et devraient avoir lieu s’inscrivent dans le cadre de cette démarche“, a-t-il dit.

Youssef Chahed a tenu à remercier les députés de l’ARP pour avoir approuvé, dans un temps très court, un ensemble de projets de loi renforçant les capacités du gouvernement de mener cette campagne anti-corruption, rappelant le projet de loi sur la déclaration du patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite et les conflits d’intérêt, déposé depuis des semaines à l’ARP. “Une fois approuvée, cette loi va nous permettre de poser la question ‘D’où vient votre fortune’ à toute personne usant de son poste pour se constituer un capital illégal au détriment de l’intérêt du Tunisien et de la nation“, a ajouté Chahed.

Nous rappelons à ce propos qu’une campagne de lutte contre la spéculation et le monopole a été entamée depuis quelques jours en Tunisie. Nous rappelons aussi qu’à la faveur d’une visite inopinée effectué le 17 novembre dernier au marché de gros de Bir Kassaa à Tunis, le chef du gouvernement a ordonné l’intensification des contrôles sur les entrepôts afin de casser la spéculation et le monopole. En effet, durant cette seule journée, des centaines de tonnes de pommes de terre stockées illégalement dans le but de manipuler les prix sur le marché ont été saisies.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire