Les négociations sur les augmentations salariales sur la bonne voie, affirme Majoul

Les négociations sur les augmentations salariales sur la bonne voie, affirme Majoul

par -

Dans une interview accordée à Africanmanager, Samir Majoul, président de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) , a affirmé que la Tunisie devrait réaliser un taux de croissance compris entre de 4 et de 5% afin de sortir de sa crise économique actuelle.

Il  a rappelé que le taux de croissance économique avant la Révolution était de l’ordre de 5%, signalant que de nombreux facteurs ont pesé très lourd sur la baisse de ce taux dont notamment des facteurs d’ordre législatif, géopolitique et politique, signalant que toutes les parties prenantes œuvrent afin de garantir le développement du pays sur tous les plans, ce qui permettra de relancer la machine économique

Il a précisé que la hausse du taux de croissance en Tunisie reste tributaire de l’amélioration du climat d’investissement, de la création de la richesse, du renforcement des exportations, de  l’incitation des investisseurs à investir dans le  pays, ainsi que de la création de nouveaux postes d’emploi.

Le président de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, a appelé à la modernisation de l’administration dont l’objectif escompté est d’assurer des services administratifs performants, répondant ainsi aux attentes des administrés et qui soient en accord avec les normes internationales pour transformer l’administration en locomotive impulsant le développement.

Répondant à une question sur la révision du code d’investissement afin de garantir l’impulsion des investissements, il a précisé que « oOn peut réviser ce code qui est une loi et ce pour créer la concurrence contre d’autres lois d’investissement dans des pays concurrents de la Tunisie et à travers cette révision, plusieurs investisseurs vont investir dans notre pays »,a-t-il affirmé.

Majoul a, sur un autre volet, déclaré qu’il y a des banques tunisiennes qui réalisent des recettes financières  énormes,  sans soutenir  ni les entreprises, ni les investisseurs, précisant que «  nous ne voulons pas que l’Etat devienne un concurrent pour les entreprises ».

D’autre part, il  a fait savoir que les négociations sur les augmentations salariales dans les secteurs public et privé sont sur la bonne voie, ajoutant que les points de désaccord qui ont été enregistrés entre les parties concernées par ce dossier ont été résolus.

Il a, en effet, appelé à la nécessité de préserver l’entreprise tunisienne affirmant que « pas de réussite sociale sans réussite économique ».

S’agissant de la redynamisation des domaines de partenariat avec la Libye, Samir Majoul a affirmé que la coopération patronale tuniso-libyenne a pour objectif de relancer les échanges et l’investissement entre les deux pays.

On rappelle le président de l’UTICA, a récemment effectué une visite à Tripoli dans le cadre de la réunion des dirigeants des patronats maghrébins. A travers cette visite, l’Utica entend ouvrir un canal privilégié auprès des autorités libyennes pour pousser à l’investissement et relancer les opérations d’exportation vers la Libye au travers de mécanismes de garantie.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire