Tunisie : Personne n’en parle, pourtant les trains de phosphate ne passent...

Tunisie : Personne n’en parle, pourtant les trains de phosphate ne passent pas…

par -
La Compagnie de phosphate de Gafsa a repris ses activités d'extraction

Le directeur régional des usines du Groupe Chimique Tunisien (GCT) à Gabes, Tawfik Jmal, a tiré la sonnette d’alarme sur l’interruption de la circulation des trains transportant le phosphate du bassin minier vers les centres de production.

Dans une interview accordée, ce lundi 25 septembre 2017, à Africanmanager, le responsable a appelé le gouvernement à intervenir dans les brefs délais afin de résoudre ce problème qui pèse très lourd sur l’économie du pays et qui pourrait sans doute engendrer d’énormes pertes sachant qu’une baisse de production de 40% de l’énergie a été signalée.

Ce cri de détresse lancé par Jmal intervient à un moment difficile où la consommation de phosphate des usines de Gabes a atteint environ 960 mille tonnes durant les huit mois de l’année en cours, affichant ainsi une baisse de 20% par rapport aux prévisions qui ont été fixées par les professionnels du secteur.

Il a, en outre, ajouté que le niveau de la circulation des trains transportant le phosphate n’a pas dépassé quatre voyages par jour contre huit avant la Révolution.

On rappelle que plusieurs manifestations ont eu lieu, de la part des habitants de Gabes et ce, devant le siège du GCT et dans les différentes localités de la ville en question pour réclamer la suspension des rejets à la mer des boues de phosphogyps .

De même, des experts avaient alerté à maintes reprises que le golfe de Gabes est, en effet, très pollué en raison des activités minières liées au phosphate, une industrie pourtant clé qui rapporte gros à l’économie tunisienne.

La pollution serait responsable des maladies chroniques comme le cancer et l’asthme, lesquels ont fait leur apparition au sein de la population de la région, ont-ils affirmé.

Suite aux multiples manifs, le gouvernement de Youssef Chahed s’est engagé à mettre en œuvre un vaste programme pour résoudre les graves problèmes de pollution engendrés depuis quatre décennies par le complexe chimique à Gabes (sud).

A titre d’information, le GCT a été installé depuis les années 1970 à Gabes, où la transformation du phosphate, une ressource naturelle servant notamment à la fabrication d’engrais, cause le déversement en mer de grandes quantités de phosphogyse, une boue nuisible à l’environnement.

Traduction faite par N.B.T

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire