AccueilLa UNETunisie : Essid, droit dans ses bottes ou victime consentante !

Tunisie : Essid, droit dans ses bottes ou victime consentante !

Incontestablement, la 2ème République est en train d’accoucher de sa première crise politique sérieuse, soulevant bien des incertitudes sur ce qui va advenir d’un chef du gouvernement qui ne veut pas faire place nette sur une simple injonction puisse-t-elle être le fait d’un conglomérat de partis et d’organisations auxquels il est arrivé, au reste, d’être d’accord sur une décision majeure.

- Publicité-

Habib Essid, selon toute vraisemblance, tient à sortir la tête haute d’une charge qui n’a pas été de tout repos, à l’exercice de laquelle il a reçu bien des coups sans broncher, opposant à ses contempteurs ce dont il se prévaut le mieux, un chef du gouvernement honnête, discipliné, besogneux, compétent… mais qui n’a pas été servi par la conjoncture, ni politique, ni économique encore moins sociale. C’est sans doute tout ce qu’il a pu réaliser ou y a failli de qu’il  entend exposer à l’Assemblée des représentants du peuple devant laquelle il formerait le projet de s’exprimer, comme le prévoit la Constitution. Dans cet exercice, il ne s’exceptera  sans doute pas de s’attarder  sur les écueils, les obstacles et les impondérables auxquels il a dû, lui et son équipe ministérielle, faire face, ce qui a inéluctablement pris à rebours ses projets, ses réformes, le sort de ses décisions, et finalement se retrouver dos au mur.

Pour Habib Essid, il était déjà difficile d’être choisi pour présider le gouvernement, mais c’est  encore pire quand il s’agit d’y rester. N’étant pas du sérail, celui des partis, et d’abord de Nidaâ Tounès, vainqueur des élections législatives, il croulait  déjà sous une tare rédhibitoire qu’il a traînée tout au long de son mandat. Sa gestion qu’il voulait rigoureuse de la  chose publique ne lui a été pas non plus d’un grand secours alors même que s’élevaient en chœur des voix persistantes pour appeler à la bonne gouvernance, à la lutte contre la corruption et à l’Etat de droit. On se rappelle à cet égard ses coups de gueule et de colère contre les hauts commis de l’Etat qui remplissaient peu ou mal leur office, allant même jusqu’à les congédier. Enfin, et c’est là le pire, et n’étant pas rompu à l’art de la communication, il était bien en peine d’expliquer ce qu’il faisait, ce qu’il décidait et ce qu’il projetait de faire. Une contreperformance qui lui a joué une interminable succession de tours, et même le jetant en pâture à une opinion publique toujours frustrée de ne voir rien venir, par ailleurs, immodérément persifleuse, et débridée, s’exprimant sur toutes les fréquences et tous les réseaux, sociaux et autres.

Il est dès lors fatal que la confiance s’étiole petit à petit, que le gouvernement soit voué aux gémonies, faute de ne pas pouvoir ou savoir tenir les mirobolantes promesses de la campagne électorale, alors que ceux qui l’avaient faites savaient, et mieux que quiconque, qu’elles demeureraient lettres mortes, du moins pour une parties d’entre elles. Un composé de faits, d’actes et de situations qui appelaient naturellement une sanction, et celle-ci a été sentencieusement rendue, d’abord, en pointillé par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, qui avait pourtant pris sur lui de choisir Habib Essid, malgré les réserves émises ici et là et surtout  le tollé des siens, ceux de Nidaâ Tounès, qui se voyaient privés d’un droit dont l’exercice leur est légitimement reconnu par la Constitution. Sanction aussi du deuxième parti de la majorité, nommément Ennahdha, qui au départ, ne voyait pas d’un bon œil que le chef du gouvernement soit remplacé, mais qui, en chemin, a tourné casaque pour se ranger à l’avis prépondérant et appeler de ses vœux son départ.

Une crise qui en enfante deux autres

L’Accord de Carthage qui vient d’être scellé a-t-il vocation à mettre fin à la crise ? C’est autour de cette lancinante question que s’organise le débat et qui nourrit les incertitudes. Il s’agira d’abord de trancher la question du profil du prochain timonier du gouvernement. Deux acteurs majeurs et incontournables de la scène politique et sociale, le mouvement Ennahdha et l’UGTTont commencé déjà à fourbir leurs armes en attendant peut-être de sortir la grande artillerie pour imposer leur choix.  Rached Ghannouchi veut que le successeur de l’actuel chef du gouvernement soit issu d’un parti. L’Organisation ouvrière ne l’entend pas de cette oreille et tient à ce que la désignation du  prochain locataire de la Kasbah n’obéisse pas à la logique partisane. Béji Caïd Essebsi, lui, affirme qu’il ne proposera pas de nom pour la succession de Habib Essid  pas plus que la présidence de la République ne sera partie prenante dans les consultations qui seront engagées à cette fin. Un autre pavé dans la mare de la formation du gouvernement d’union nationale, et les choses étant ce qu’elles sont, et pareillement l’intransigeance dont sont capables l’un et l’autre, nul ne peut se hasarder à pronostiquer un épilogue.

Mais le plus dur dans cet épisode post-accord de Carthage, tient évidemment au lapin que Habib Essid s’apprête à sortir de son chapeau. Se résoudra-t-il à capituler et à présenter sa démission, ouvrant ainsi un boulevard  devant le processus de formation du prochain gouvernement?  Rien ne donne à penser qu’il acceptera d’être la victime consentante d’un départ sur lequel il aurait peu de prise. Et il ne cesse de le faire savoir en  enchaînant les audiences avec ses ministres, exercice dont il n’a jamais été coutumier, en présidant, CMR sur CMR, en dirigeant les travaux du Conseil des ministres, en inaugurant les chrysanthèmes ailleurs qu’à la Kasbah, bref en vaquant à ses missions comme si de rien n’était, histoire de notifier qu’il est toujours là et qu’il faut compter avec lui.

Un scénario qui ne semble pas prendre la route au rebours d’un deuxième qui verra l’actuel chef du gouvernement aller à l’ARP pour solliciter de nouveau la confiance des groupes parlementaires. C’est l’hypothèse la plus probable et à laquelle semble travailler sérieusement Habib Essid. C     e sera l’occasion pour lui de tout déballer, le bon et le mauvais, et expliquer aux députés et à travers eux à l’opinion publique, les tenants et les aboutissants de la totalité de sa gestion, en mettant l’accent sur ce qui n’a pas marché et sur ceux qui étaient derrière. D’aucuns y voient une initiative chevaleresque qui lui permette d’être son propre avocat et de montrer qu’il avait rempli son office diligemment, honnêtement et sans répit, une façon de couper l’herbe sous les pieds de ses détracteurs et des prochains gouvernants, et de s’exonérer à l’avance de tout ce qui pourrait l’accabler. Ce faisant, il  évitera, penserait-il, de sortir par la petite porte  pour passer à la postérité comme le chef du gouvernement qui aura tout fait et qu’il a gi comme un père de famille autant que le lui permettaient les circonstances.

Enfin  troisième schéma constitutionnel, affronter la motion de censure à l’initiative d’au moins trente députés. Mais pour ce faire, il va falloir attendre la fin de l’état d’urgence qui interdit, constitutionnellement, tout dépôt de pareille motion « sous des mesures exceptionnelles ». Une hypothèse dont on s’accorde à dire qu’elle est peu envisageable, d’abord parce que les deux partis majoritaires n’en voudront pas et ensuite parce qu’elle est génératrice de conséquences très fâcheuses pour le pays et son image de berceau du printemps arabe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles