14.5 C
Tunisie
mardi 1 décembre 2020
Accueil La UNE La mesurette de Chahed pour max 3.000 personnes à 7 MDT de...

La mesurette de Chahed pour max 3.000 personnes à 7 MDT de perte pour le budget

On se demanderait des fois qui conseille le chef du gouvernement et son ministre des Finances, pour les mesures qui mériteraient une annonce, officielle et publique et devant un parterre, comme celui unedevant lequel Youssef Chahed a fait son discours d’orientation sur la prochaine loi de finances 2019. On aurait été de l’UGTT, Dieu nous en préserve, c’est lui dont on demanderait la tête !

- Publicité-

On comprendrait presque, en espérant que ce n’est pas lui, que Mohamed Trabelsi, assis à côté du pupitre où parlait son patron, adopte cette posture, un doigt dans l’oreille et l’autre sur les lèvres, comme pour signifier «je n’ai rien entendu et je n’ai rien à dire» !

Vendredi 14 septembre 2018, le chef du gouvernement annonçait que le prix des voitures, dites populaires, sera abaissé de 10 mille DT et ne dépassera plus les 20.000 DT. La mesure sera applicable en 2019. Elle est dite ainsi car son propriétaire bénéficie d’un privilège fiscal, que sa puissance fiscale ne dépasse pas les 4 chevaux, presque dépouillée de tout équipement de sécurité et de confort, sans parler des «options» et qu’elle est accordée sur autorisation du ministère du Commerce. Des véhicules par conséquent aux allures de « cercueils roulants » dont les routes tunisiennes, parmi les plus mortelles de la planète, se passeraient bien. Mais ça tout le monde se garde de le dire, à commencer par Chahed qui nous a vendu ça comme la bonne nouvelle du moment pour des ménages au pouvoir d’achat malmené par les hausses intempestives des prix. A part un expert qui s’est enhardi à souligner sur la RTCI la dangerosité de ces voitures, tout le monde se tait devant la fausse bonne annonce.

Une décision tout aussi farfelue qu’irréalisable et où le chef du gouvernement prêterait, presque gratuitement, le flanc aux critiques. Une décision qui appelle en tout cas quelques remarques.

  • Un nombre très réduits de bénéficiaires. C’est donc démagogique

En 2017, le nombre de voitures populaires (Concept imaginé et mis en place depuis l’ère Ben Ali) qui ont été immatriculées n’a pas dépassé les 2.632 véhicules de tourisme. A fin août 2018, les ventes n’atteignaient même pas les deux milles voitures particulières. C’est dire la population restreinte, cible de ce nouveau cadeau de l’Etat aux «sans-voiture» dans un pays où cette dernière est un indicateur de statut social.

Cette cible ne dépassera pas, selon les professionnels contactés par Africanmanager, les 3.000 personnes. D’où l’aspect jugé démagogique par les Tunisiens sur les réseaux sociaux !

  • «Free» de tout taxe et impôt ? C’est une perte de 7 MDT pour l’Etat

«A moins de subventionner, encore plus, les voitures ou d’offrir des Tuktuk, ce prix est impossible», nous confiaient quelques concessionnaires de voiture contactés par Africanmanager. En effet, ladite voiture populaire, convenablement équipée, est actuellement soumise à un DC (Droit de Consommation) de seulement 10 % et à une TVA réduite de 13 %. La moins chère actuellement sur le marché tunisien est une chinoise vendue à 22.200 DT. Après déduction, si c’est ainsi que le gouvernement compte réduire les prix, du DC et de la TVA, l’impact sur le prix est de 13 % au maximum. A première vue, ce serait ainsi donner le monopole des populaires à cette seule marque chinoise, dont le concessionnaire est l’un des plus importants opérateurs en BTP. Cela à supposer que le Dinar ne chutera pas encore par rapport au Dollar américain, monnaie d’importation des chinoises.

Chez le reste des concessionnaires, les prix des dites voitures populaires varient entre 29 et 31 mille DT ttc. Même « free »taxes, elle n’atteindra pas le prix de 20.000 DT promis par Youssef Chahed. Ce raisonnement chiffré ne tient pas compte de l’effet change, surtout qu’il faudra compter avec les prix de 2019. De plus, pareille mesure pourrait coûter à l’Etat la somme moyenne de 7 MDT par an, s’il venait à vouloir compenser aussi les voitures.

  • N’y a-t-il pas mieux ?

Il ne fait aucun doute que Youssef Chahed aurait pu mieux faire, ou se taire. Nous pensons tout de même qu’il aurait pu mieux faire, en continuant par exemple dans la voie de la transition énergétique. Lors de l’élaboration de la loi de finances 2018, décision avait été prise de faire un abattement fiscal de 30 % sur les voitures hybrides. On n’en a pas vu jusque-là la couleur. En espérant que Youssef Chahed n’a pas enterré tous les projets de son ancien ministre des énergies renouvelables après l’avoir démissionné, comme celui des voitures électriques, on pourrait aurait pu imaginer que la prochaine loi de finances concrétise ce souci de la transition énergétique. On aurait pu aussi imaginer que le chef du gouvernement revienne sur cette mesure, illégale, de la double imposition des revenus, ou encore de concrétiser le grand nombre de promesses qu’il n’a toujours pas tenues. Des promesses comme celles du programme appelé personnalisé et des financements au profit des sociétés bénéficiaires. Ou encore la «Tunis Technology City», qui devait s’étendre sur une surface de 500 hectares, dont 250 hectares consacrés à l’industrie automobile. Ou encore mieux : entamer la concrétisation de la promesse de la justice fiscale en l’étendant aux forfaitaires. Tant de promesses. En face, l’offre d’une voiture à 20 mille DT qui est irréalisable !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

105,489FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,379SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles