C’est court, mais pertinent. Professeur universitaire avec notamment un doctorat en finances de Paris-Dauphine et ancien ministre, Chokri Mamoghli ne mâche pas ses mots sur les réseaux sociaux (RS). La devise qui accompagne sa photos sur les RS en dit assez dans ce sens. «On ne guérit pas les plaies en les léchant avec une langue de bois», dit-il. Et la sienne est loin de l’être, si ce n’est nos… «tiiiiiiiiiiit» pour remplacer certains de ces mots et expressions crus. Il est vrai qu’il attire l’attention et donne l’alerte sur ce qui est désormais un autre moyen pour certains de tirer profit, à leur manière, de ladite révolution.

«Je parle au conditionnel. Après les visées qu’ont certains… “tiiiiiiiiiiit” sur la réserve foncière de l’aéroport de Tunis-Carthage, voici que l’on viserait la colline du Belvédère attenante aux quartiers huppés de Mutuelle ville et de Notre Dame et véritable poumon de la ville. Nous avertissons toute la racaille, aussi haut soit-elle placée que si elle touche à un seul mètre carré, que si elle tente de passer un texte, un projet de déclassement,…. n’importe quoi, nous attaquerons. Cet avertissement vaut pour tout le parc y compris pour la piscine municipale de la place Pasteur, volontairement non entretenue. Tunisiens préservez votre patrimoine, défendez-le contre la mafia politico-foncière ».

Nous ajouterons à son alerte ce qui se passe depuis quelques semaines dans le vieux port punique de Carthage que certains voudraient transformer en parking !

 

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire