Des morts par dizaines en Libye et un vrai danger pour la...

Des morts par dizaines en Libye et un vrai danger pour la Tunisie

par -

Depuis jeudi dernier, de très violents combats secouent la Libye, suite à l’offensive du maréchal Khalifa Haftar et de ses forces réunies dans l’Armée nationale libyenne (ANL), dans la capitale, Tripoli. Elles s’opposent aux forces loyales du gouvernement dit d’«union nationale» (GNA), reconnu par la communauté internationale, dirigé par Faïez Sarraj et installé dans la capitale. Selon des sources officielles relayées par Reuters, au moins 32 personnes ont été tuées et 50 autres ont été blessées.

Intervenant sur les ondes de la radio Express fm, l’expert dans les affaires de terrorisme Alaya Allani a affirmé que l’intensification des combats entre l’armée nationale libyenne et les forces du gouvernement d’union nationale reconnu à Tripoli auront un impact politique et sécuritaire sur la Tunisie.

Il a précisé que la frontière tuniso-libyenne devrait connaître un grand afflux de Libyens qui arriveront en Tunisie pour éviter les affrontements. Cela nécessite une vérification plus méticuleuse des identités au niveau des frontières, et ce pour éviter la fuite de terroristes sur notre territoire.

La Tunisie appelle à la réconciliation

Dans un communiqué rendu public ce lundi 8 avril 2019, le ministère des Affaires étrangères a réitéré son appel à l’arrêt immédiat des combats dans la capitale libyenne.

« A la lumière de l’escalade militaire dangereuse dans la capitale libyenne, Tripoli, la Tunisie réitère son appel à toutes les parties pour mettre un terme immédiatement aux combats, pour épargner au peuple libyen la violence ».

La Tunisie rappelle qu’aucune solution militaire ne peut sortir la Libye de cette crise, appelant toutes les parties à privilégier le dialogue entre tous les intervenants.

Le ministère des Affaires étrangères tunisien avait exprimé, un peu plus tôt, sa profonde préoccupation quant aux graves développements en Libye et sa profonde inquiétude face aux événements.

On rappelle dans ce contexte que le gouvernement tunisien n’a de cesse de renouveler ses appels à ses ressortissants en Libye à la prudence, à quitter le territoire si nécessaire, et à ne pas se rendre dans ce pays dans les conditions actuelles, sauf nécessité absolue.

Pour sa part, le département de la Défense nationale a annoncé, vendredi 5 avril 2019, avoir pris toutes les précautions nécessaires pour sécuriser les frontières au sud-est après l’escalade en Libye.

Le ministère a appelé les militaires à la vigilance et a fait savoir que des instructions avaient été données pour renforcer le dispositif militaire aux passages frontaliers Dhehiba et Ras Jedir. Le contrôle aérien de la zone frontalière et l’observation électronique ont été renforcés pour faire face aux mouvements suspects.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire