AccueilActualités2140 déclarations sur des affaires de corruption examinées depuis 2011 par la...

2140 déclarations sur des affaires de corruption examinées depuis 2011 par la CAF

La commission des analyses financières (CAF) relevant de la BCT a examiné depuis 2011, près de 2140 déclarations sur des affaires de corruption, dont 1120 cas ont été transférés au procureur général auprès de la cour de première instance pour donner l’ordre d’ouverture des enquêtes judicaires à leur propos, selon le vice-président de la commission, Lotfi Hachicha.

- Publicité-

Lors des travaux du cinquième congrès national sur la lutte contre la corruption organisé, mercredi à Tunis, sous le signe « la lutte contre la corruption à l’heure de la révolution numérique : enjeux et défis », Hachicha a ajouté qu’en ce qui concerne le crime de la corruption, la commission a reçu des personnes soumises au devoir de la déclaration de ces opérations surtout celles effectuées par les banques ou les institutions financières, 50 déclarations soit dans le secteur public ou privé, pendant la période 2018/2019.

Il a souligné, qu’outre la prise des précautions nécessaires pour la protection des clients, il faudrait demander aux établissements financiers pour ce qui concerne les hommes politiques qui représentent des risques, soit en tant que clients ou bénéficiaires effectifs, de mettre en place des systèmes d’adaptation à la gestion des risques et d’obtenir une approbation auprès de l’administration pour asseoir ou continuer le travail avec les clients et de prendre des précautions raisonnables afin de connaitre la source de la richesse ou d’argent.

Pour lui, il importe d’inciter ces établissements financiers au suivi continu de ces personnes et à l’application à bon escient des engagements imposés à tous les hommes politiques, représentant des risques ainsi qu’aux membres de leurs familles et leurs proches.

Hachicha a fait savoir que cette commission œuvre actuellement à mettre à jour l’évaluation nationale des risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, affirmant que la poursuite des crimes financiers en général et du crime de la corruption, en particulier, requièrent un certain niveau de coopération nationale et internationale.

Le responsable a passé en revue les différents défis imposés sur les banques centrales et les unités d’investigations financières et du secteur financier en général portant essentiellement sur l’économie numérique, les nouvelles technologies de la communication et les espaces financiers numériques, à l’instar des plateformes du financement collectif et des crimes cybernétiques, comme le piratage des comptes bancaires, l’échange de titres et des devises virtuels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,438SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles