Beaucoup de logements sociaux seront livrés, à des conditions alléchantes. C’est le...

Beaucoup de logements sociaux seront livrés, à des conditions alléchantes. C’est le ministre qui le dit

par -

A l’occasion de la journée mondiale et arabe de l’Habitat et la journée mondiale des villes, le ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire, Nourredine Selmi a annoncé que plus de 2000 logements sociaux sont actuellement prêts à être livrés aux Tunisiens.

Selmi a, dans ce contexte, appelé les gouverneurs et les présidents des conseils régionaux à accélérer la publication des listes définitives des bénéficiaires de ces logements, précisant que près de cinq mille autres logements seront disponibles au titre de la période 2020/2021. «  Nous avons reçu actuellement plus de 230 mille demandes de logements sociaux .Notre objectif  est de mettre à la disposition des familles démunies et à revenu limité, 10 mille logements, à l’horizon 2030 », a-t-il dit.

Lors de son intervention, Fahmi Chaâbane, président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), a  pour sa part, appelé à l’instauration d’un taux d’intérêt préférentiel pour les crédits immobiliers à travers la création d’un taux directeur qui concerne spécialement le secteur immobilier appelé Taux Directeur de l’Immobilier (TMI).

Chaâbane a, en outre,  insisté sur la nécessité d’appliquer une taxe ne dépassant pas 7% sur les ventes immobilières au lieu de 13% actuellement et de supprimer la TVA de 19% inscrite dans le cadre de la loi de finances de 2019.

Et d’affirmer que le secteur de l’immobilier agonise et qu’il faut trouver d’urgence une issue aux problèmes qui ne cessent de s’aggraver.

On rappelle que le programme de logements sociaux lancé par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a pour objectif de faciliter à certaines catégories de citoyens, notamment la classe moyenne, l’accès au logement. Des avantages ont été accordés dans ce sens, comme la prise en charge par l’Etat de l’apport personnel initial, à hauteur de 20% du coût du logement, sachant que le crédit est plafonné à 150 mille dinars.

L’acquéreur bénéficiera également d’une période de grâce de 5 ans et ne remboursera l’Etat que sur 7 ans, avec un taux d’intérêt de 2%.

Le programme s’adresse à toutes les personnes (du secteur privé et étatique) désireuses d’acquérir un premier bien immobilier. Pour être éligible, le couple doit satisfaire à un certain nombre de conditions, à savoir le revenu, lequel doit être égal ou supérieur de 4,5 fois le SMIG, (soit entre 1600 et 2900 dinars).

Le bien immobilier doit être aussi nécessairement acheté auprès d’un promoteur. De même, le demandeur de crédit bénéficiera d’un autofinancement de 20% octroyé par l’État, remboursable sur 12 ans dont 5 années de grâce et à un taux d’intérêt estimé à 2%.

A noter que le programme du premier logement constitue la principale mesure prise par le gouvernement d’union nationale dans le domaine social, en dépit de la conjoncture économique difficile.

INS: Hausse de 10% des prix de l’immobilier 

Les dernières données publiées  depuis deux mois par l’Institut National de la Statistique (INS) sur l’indice des prix de l’immobilier au deuxième trimestre 2019, relèvent qu’une hausse de 5,4% a été enregistrée en comparaison avec le premier trimestre de la même année. Cette évolution est attribuée à la hausse des prix des logements de 10,5% contre -3% au premier trimestre, et une hausse de 7,8% des prix des appartements contre une progression de 7,4% durant les trois premiers mois de l’année.

En glissement annuel, l’INS relève une hausse de 10% de l’indice des prix de l’immobilier au deuxième trimestre, après un ralentissent observé en 2018. Le rythme de progression des prix a donc retrouvé sa cadence d’avant 2018, selon l’INS. Les prix des appartements ont enregistré une croissance de 13,5% par rapport à la même période en 2018 contre une moyenne de 9% sur les cinq années précédentes (2014-2018).

Les prix des maisons ont enregistré  une hausse de 11%, contre une moyenne de 8,6% sur la période 2014-2018. Les prix des terrains ont, quant à eux, connu une évolution de 8,2%, contre une moyenne de 7,3% entre 2014 et 2018.

En revanche, les transactions ont reculé de 10,3% au deuxième trimestre 2019 par rapport au deuxième trimestre 2018, après une baisse de 7,9% au premier trimestre. Les transactions sur les terrains ont ainsi diminué de 11,3%, sur les maisons de 9% et sur les appartements de 6,1%.

A vrai dire, la hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat ont fini par rattraper le secteur immobilier. Les délais de construction sont de plus en plus long, les matériaux et prestataires de plus en plus chers, alors qu’en parallèle, le Tunisien peine de plus en plus à joindre les deux bouts!

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire