Changement climatique : 28 entreprises pesant 1300 milliards $ s’engagent

Changement climatique : 28 entreprises pesant 1300 milliards $ s’engagent

par -
En vue du Sommet de l’ONU sur le climat, qui se tiendra le 23 septembre, à New York, 28 entreprises représentant une capitalisation boursière de 1.300 milliards de dollars ont pris l’engagement de lutter contre le changement climatique.

« Les entreprises se sont engagées à atteindre des objectifs climatiques plus ambitieux afin de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 ° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels et d’atteindre les émissions neutres en carbone d’ici 2050 au plus tard », ont indiqué mardi le Pacte mondial des Nations Unies et ses partenaires Science Based Targets initiative (SBTi) et We Mean Business coalition.

Les groupes de télécommunications BT, Vodafone, Telia et Telefonica ; la société informatique Hewlett Packard, l’habilleur Levi Strauss & Co ; ainsi que la multinationale de grande consommation Unilever et les producteurs d’électricité Iberdrola et Enel, font partir de ces 28 entreprises qui représentent collectivement plus d’un million de salariés dans 17 secteurs et plus de 16 pays.

Avec cette initiative, ces entreprises mettent les gouvernements au défi de répondre à l’urgence créée par le changement climatique.

« Le leadership en faveur du climat n’a jamais été plus important qu’il ne l’est actuellement, et il est inspirant de voir autant d’entreprises et de marques diverses relever audacieusement leurs ambitions », s’est félicitée Lise Kingo, la Présidente et Directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies.

« Les grandes entreprises prouvent déjà que des objectifs climatiques respectueuses d’une limitation de la température à 1,5 ° Celsius sont possibles et j’encourage toutes les entreprises à saisir cette occasion pour se positionner à la pointe de ce mouvement et contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) », a ajouté Mme Kingo.

Les engagements de ces 28 entreprises tiennent compte du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui a mis en garde contre les conséquences catastrophiques d’un réchauffement de la planète à plus de 1,5 ° Celsius.

« Le Secrétaire général des Nations Unies a appelé les dirigeants à se rendre au Sommet de l’action pour le climat en septembre avec des plans clairs pour réduire considérablement les émissions sur la voie menant à une économie à émissions nettes en carbone d’ici 2050 », a pour sa part rappelé Luis Alfonso de Alba, l’Envoyé spécial de l’ONU en charge d’organiser ce sommet.

M. de Alba estime très encourageant de voir ces entreprises prendre des mesures pour faire face à l’urgence climatique et parce que ces dernières offrent d’énormes opportunités celles qui s’engagent dans cette direction. « En envoyant des signaux puissants sur le marché, ces entreprises montrent aux gouvernements qu’ils doivent mettre en œuvre de toute urgence leurs plans nationaux, conformément aux dernières données scientifiques sur le climat », a-t-il déclaré.

Construire une économie prospère, neutre en émission de carbone d’ici 2050 requiert à la fois un leadership commercial et des politiques gouvernementales ambitieuses. En définissant des politiques et des objectifs correspondant à une limitation de la hausse des températures à moins de 1,5 ° C, les gouvernements donnent aux entreprises la clarté et la confiance nécessaires pour investir de manière décisive dans les économies du futur neutre en carbone.

Les entreprises qui placent la barre plus haut pour les efforts du secteur privé en faveur du climat se sont engagées à définir des objectifs à base scientifique par le biais de la Science Based Targets initiative (SBTi) qui évalue de manière indépendante les objectifs de réduction des émissions des entreprises par rapport aux dernières données scientifiques sur le climat. À ce jour, 600 des plus grandes entreprises mondiales ont fixé des objectifs scientifiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre conformes à l’Accord de Paris sur le climat. En avril 2019, SBTi a publié de nouvelles ressources de validation des cibles pour permettre aux entreprises de définir des cibles compatibles avec une limitation des températures en dessous de 1,5 ° Celsius.

« La science est claire : pour limiter les effets catastrophiques du changement climatique, nous devons nous assurer que le réchauffement ne dépasse pas 1,5 ° Celsius. L’ambition est grande, mais elle est réalisable – et les objectifs fondés sur la science donnent aux entreprises une feuille de route pour y parvenir », a déclaré Paul Simpson, membre du conseil d’administration de SBTi et PDG de CDP. « Nous exhortons toutes les entreprises à saisir cette occasion pour aligner leurs activités tournées (vers une limitation des températures) à 1,5 ° Celsius et favoriser la transition vers une économie neutre en carbone ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire