Changement climatique : 56,11 M€ pour aider 5 gouvernorats

Changement climatique : 56,11 M€ pour aider 5 gouvernorats

par -

Le programme “d’adaptation aux changements climatiques dans des zones vulnérables à Bizerte, au Kef, à Siliana, au kairouan et à Sidi Bouzid” a été lancé jeudi, moyennant un financement de 56,11 millions d’euros (près de 183,599 MD), pour contribuer au développement économique, environnemental et social durable dans ces régions.
Ce programme qui s’étale sur six ans concernera les localités de Arab, Sidi Issa (Bizerte) Msaïd-Sayeda Nord, Misyouta Hinchir Nord, relevant de la délégation Lâala (Kairouan), Leksour, Aïn Fadhel (Le kef), Laâyoun et Rihana (Sidi Bouzid) Kabel et Sidi Mansour (Siliana).
Ces localités ont été choisies sur la base des critères liés à la détérioration des niveaux économique et social, à la surexploitation des ressources naturelles et leur enclavement, a affirmé jeudi le directeur général de l’aménagement et de la préservation des terres agricoles, Hassen Chourabi. Il s’agit de créer une nouvelle dynamique dans le développement agricole, a-t-il dit.

Ce programme vise à améliorer l’infrastructure et à favoriser le développement agricole et les projets générateurs de revenus, à préserver les ressources en eau et du sol à travers la mise en place d’une plateforme de dialogue réunissant les différents intervenants sur le plan local afin de préparer des projets et des plans d’aménagement territorial pour ces régions.
Selon le responsable, ce programme bénéficiera à 40 mille habitants dans les localités concernées et couvrira 70 mille ha. Le nombre des bénéficiaires peut changer en fonction de l’identification des besoins des citoyens dans ces régions, compte de l’approche participative adopté par ce programme, a-t-il précisé.

Ce programme répond aux enjeux actuels et réels auxquels est confrontée la Tunisie en raison des changements climatiques (inondations, sécheresse, pluies diluviennes…), a noté de son coté, le directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), Gilles Chausse.
Il a pour objectif d’éviter la baisse de la production agricole et du rendement du secteur et partant la réduction des revenus des agriculteurs et de l’Etat.
L’AFD apportera un soutien technique et financier pour ce programme, grâce à un crédit et un don d’environ 51,5 millions d’euros (environ 168,26 MD), a-t-il dit, indiquant que le Fonds français pour l’environnement mondial apportera également au projet 2 millions d’euros (environ 6,53 MD), et le reste du montant sera fourni par l’Etat.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb, a évoqué la détérioration quantitative et qualitative des ressources naturelles à cause de la surexploitation du sol et des ressources forestières et hydrauliques ainsi que l’utilisation de techniques agricoles vétustes, malgré le rôle important du secteur agricole qui contribue à hauteur de 9% au PIB.
Selon Taieb, les changements climatiques et le manque de gouvernance dans le secteur pourraient affaiblir les matières organiques dans le sol à moins de 1% et réduire les ressources hydrauliques de 15% à l’horizon 2030, d’après une étude stratégique sur l’aménagement et la préservation des terres agricoles.
Cette étude a montré que près de 180 mille ha des forêts au nord du pays pourraient disparaitre outre les 10,5 millions d’hectares de terres agricoles menacés par l’érosion, les glissements et les inondations.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire