Des démissions et accusations qui tombent mal pour Abir Moussi

Des démissions et accusations qui tombent mal pour Abir Moussi

par -

Plusieurs dirigeants et représentants des structures du Parti Destourien Libre (PDL) ont annoncé officiellement leur démission du parti dirigé par Abir Moussi, lors d’une conférence de presse tenue mardi à Tunis.
L’ancienne dirigeante au sein du PDL et avocate Samia Al Ouni a précisé que ces démissions interviennent sur fond de ce qu’elle a qualifié ” de politique d’exclusion méthodique, de prise de position unilatérale et de marginalisation menée par la présidente du parti Abir Moussi, à l’encontre des militants et des compétences nationales du PDL “.
Les démissions ont commencé dès l’annonce des listes législatives qui ont exclu plusieurs dirigeants au profit des membres du bureau politique, dans le but de se positionner sur la scène politique et bénéficier de l’immunité ” a regretté Al Ouni.

L’avocate a fait savoir que la commission électorale au sein du parti s’est engagée lors de sa réunion à Hammamet à laisser la priorité en ce qui concerne les candidatures aux compétences du parti et éviter ainsi la vindicte autour des nominations.
Al Ouni a indiqué que le but recherché à travers l’organisation de la conférence de presse est ” de réhabiliter chaque destourien patriote qui a été exploité puis exclus, dont la dignité a été souillée et de dénoncer publiquement les différentes pratiques oppressives de la présidente du PDL, Abir Moussi, qui refuse catégoriquement de discuter avec les indépendants.
La dirigeante démissionnaire du PDL a fait endosser à la direction centrale du parti ce qu’elle a nommé ” la responsabilité historique de la situation actuelle du parti miné par le démantèlement de ses structures, les démissions collectives et la fermeture de ses sièges au niveau national, régional et local “.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire