AccueilLa UNEFaute de liquidité, Tunisair réduit les voiles, sur l’Afrique et ailleurs

Faute de liquidité, Tunisair réduit les voiles, sur l’Afrique et ailleurs

La compagnie aérienne tunisienne Tunisair réduit les voiles, en annulant 200 vols réguliers par mois pendant 3 mois. Cette réduction de 10 % des vols de Tunisair interviendra à partir du 1er juin et continuera jusqu’au 15 septembre prochain. Cela touchera tous les vols, essentiellement sur les destinations européennes, mais aussi sur les destinations africaines. Le choix, nous dit-on de sources officielles à la compagnie, a été fait sur la base des dessertes les moins rentables pour la compagnie. Dans un communiqué, Tunisair précise que les critères de choix des vols annulés sont la rentabilité, le taux de remplissage et la disponibilité d’autres vols pendant le même jour au cours de la même semaine, pour assurer le transport des passager, sans toucher à la programmation et au Charter notamment. «Pour l’Afrique, à part Cotonou qui a été complètement supprimée [Ndlr : Pourtant ouverte l’année dernière en grande pompe] pour toute la période des 3 mois, on a juste diminué les fréquences pour les autres, comme Dakar, Conakry, Ouagadougou, Niamey ou encore Nouakchott», rassure-t-on chez Tunisair. Le communiqué de la compagnie assure que 90 % des sièges annulés ont été déjà transbordés vers d’autres vols.

  • Le pourquoi d’une grosse annulation
- Publicité-

Ce redéploiement de la flotte de Tunisair, par l’annulation de 200 vols réguliers chaque mois pendant les 3 prochains mois de 2019 (total de 600 vols sur la période des 3 mois de l’été), est en fait une décision d’abord imposée par le manque à l’appel de 4 avions dans la flotte. Ces quatre appareils nécessitent entretien et maintenance, et Tunisair n’a pas les moyens financiers de le faire et notamment pour importer les pièces et équipements nécessaires. On nous assure par ailleurs que fin 2020 et 2021, Tunisair recevra 5 nouveaux avions de chez Airbus.

Cette réduction de voile est ensuite une décision qui sera lourde de conséquences financières. Ne concernant que les vols réguliers, l’impact sera quelque part très important. L’activité Charter, transport des touristes, ne représente en effet que 10 % de l’activité globale de Tunisair.

La PDM (part de marché) globale de Tunisair étant de 34 % l’été, elle tombe généralement à 25 ou 26 % sous l’effet de l’afflux des autres compagnies Charter pendant la saison estivale. L’activité de Tunisair baissera donc. La compagnie devrait même enregistrer un manque à gagner de 25 à 30 MDT pour 100.000 passagers annulés sur l’année 2019. Sur un chiffre d’affaires prévu de 1,8 Milliards DT, l’impact reste assez limité. Cela ne devrait pas, non plus, impacter le résultat final, du fait du choix des lignes les moins rentables.

Ce redéploiement de la flotte devrait aussi aboutir, pour Tunisair, à la suppression de quelque 200.000 sièges, dont 80.000 déjà réservés. A la compagnie, on nous assure en effet que «ils seront préservés et protégés sur d’autres vols de la compagnie». Tunisair n’a pas d’argent pour l’instant, mais arrive manifestement à gérer la crise, malgré l’aveu de son principal actionnaire, l’Etat, qui n’a pas d‘argent à lui donner. «Flous Bah», lui avait alors crié le chef du gouvernement.

  • Retour à la raison de Youssef Chahed pour Tunisair. Mais pas trop !

Il parait cependant qu’après ce coup de colère lors du débat participatif sur le secteur du transport, le chef du gouvernement a retrouvé la raison et décidé d’un CMR pour Tunisair. Au cours de cette réunion, un plan de restructuration de Tunisair aurait été déjà approuvé par le gouvernement, dont les contours et détails restent encore inconnus.

Tout ce qu’on sait, c’est que la compagnie serait aussi en grande discussion avec la Carep, pour la mise au point de la structure de la prochaine augmentation du capital, ainsi que pour le prochain plan social qui concernera toujours 1.200 personnes. Pour l’augmentation de capital, elle devrait s’étaler sur 3 années, selon nos sources. On ne sait cependant pas si l’Etat y mettra de l’argent et de quelle manière. La seule certitude à ce sujet, c’est que l’Etat ne cèdera rien de ses actions dans le capital de la compagnie et donne la priorité, pour l’instant, au redressement de la situation financière de Tunisair.

Quant au plan social de Tunisair, la compagnie y mettra les 52 MDT donnés il y a quelques années et qu’elle n’avait pas dépensés pour cause de non application de l’ancien plan de restructuration. Ce devrait être la seule participation de l’Etat. Tout le reste devra être assuré par Tunisair à travers tout ce qu’elle aura à économiser sur les salaires de ceux qui devraient partir dans le cadre du plan social. Ce dernier devra aussi s’étaler sur 3 années et se faire sur la base de 400 par an.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,477SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles