12 C
Tunisie
mardi 1 décembre 2020
Accueil La UNE La bière et l’argent des autres font le plus de blé

La bière et l’argent des autres font le plus de blé

«Au premier semestre 2018, le résultat global des sociétés cotées a augmenté de 15,9% par rapport à la même période de 2017, pour atteindre un montant de 1,046 Milliard DT contre 0,903 Milliard DT. Ce résultat n’englobe que les 68 sociétés cotées qui ont publié leurs états financiers semestriels, parmi les 81 que compte la Cote. Sur les 68 sociétés, 42 ont enregistré des résultats bénéficiaires. Hors Carthage Cement, les sociétés qui composent le Tunindex20 ont accaparé 79% du résultat global, en croissance de 14,2%, avec un montant global de 822 MD contre 719 MD au premier semestre 2017», précise un rapport de la Bourse de Tunis.

- Publicité-

732,356 MDT, tel était le montant des bénéfices des 10 premières entreprises du Tunindex, à la fin du 1er semestre 2018, selon des données publiées par la BVMT. Dans le Top 4, le brasseur SFBT national, la 1ère banque du pays qu’est la BIAT, devant le bras de l’Etat en matière d’investissements agricoles qu’est la BNA et en 4ème position le groupe à plus de 75 entreprises qui vient de construire la première usine robotisée. Les deux premières entreprises représentent aussi les deux plus grandes capitalisations du marché financier tunisien, avec une valeur totale de plus de 6 Milliards DT.

Il est facile de comprendre que la SFBT trône sur le podium, étant le 1er fabricant de bière en Tunisie, presque seul fabricant de sodas et d’autres marques d’eau minérale et autres, dans un pays qui consommait en 2016 une moyenne de 3,6 litres d’alcool par personne et où 85,5 % des hommes ont affirmé n’avoir jamais bu d’alcool, selon un rapport de l’OMS. Avec le reste des 14,5 %, selon l’OMS, on comprendrait que la Tunisie soit classée dans le Top 15 des plus grands buveurs du monde avec 26,2 litres par an, toujours selon l’OMS dans un précédent rapport en décembre 2014. On comprendrait aussi le résultat réalisé par la SFBT en seulement 6 mois avec un chiffre d’affaires de 174 678 655,906 DT à la fin mai 2018, dans la seule de la bière locale (3 autres MDT dans la bière à l’export et plus de 82 MDT dans les boissons gazeuses, en local et à l’export).

Ce qu’on comprendrait un peu plus difficilement, ce sont les résultats, toujours croissants, des banques, dans une conjoncture économique et financière des plus difficiles en Tunisie. Une partie de l’explication pourrait être les BTA qu’achètent les banques pour financer l’Etat. Des BTA achetés à un coût moindre que celui auquel ils sont rémunérés. L’autre explication pourrait être le recours du Tunisien au crédit bancaire, presque pour tout acheter, malgré la hausse des taux. Les banques travaillent certes avec «l’argent des autres», mais elles financent l’investissement, font travailler des milliers de personnes et contribuent à la création de milliers d’autres postes d’emploi. L’argent rapporte toujours plus d’argent. Cela, sans oublier ce que font pour la société les fondations créées par les banques, comme la Biat, la BNA et d’autres et qui en font, à la fin, des banques plutôt citoyennes.

Le cas du groupe Poulina est en quelque sorte plus facile. Son Main-Business est le poulet sous toutes ses formes. Mais il est aussi dans plusieurs autres activités de consommation, comme l’emballage, l’acier, le bois, les biens d’équipement et l’immobilier. Les revenus globaux du groupe ont augmenté, durant le 2ème trimestre 2018, de 20% par rapport à ceux de la même période 2017. Cette augmentation s’explique, selon PGH, par la hausse des ventes de tous les métiers du groupe, à l’exception du secteur immobilier. Le groupe est aussi un des plus grands investisseurs. «Les investissements réalisés, durant le 2ème trimestre 2018 ont atteint 42,3 Millions de Dinars contre 36,4 Millions de Dinars pour la même période en 2017. La plus grande partie de ces investissements, soit 37%, est affectée au métier produits de grande consommation (extension de l’usine de production des crèmes glacées et produits laitiers), 25% pour le métier intégration avicole, soit 11 Millions de dinars et 23% dans le métier matériaux de construction, soit 9,6 Millions de dinars», précise le groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

105,486FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,379SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles