AccueilLa UNELa FAO aide la Tunisie à faire du crabe bleu un...

La FAO aide la Tunisie à faire du crabe bleu un article d’exportation privilégié

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a contribué à transformer une catastrophe en une opportunité pour les pêcheurs tunisiens du golfe de Gabès. Avec le soutien de la FAO, ils ont pu transformer une espèce envahissante – le crabe bleu – en une activité lucrative.

- Publicité-

Selon la FAO, les exportations de crabe bleu de Tunisie ont augmenté de manière significative en mai 2021 pour atteindre 2 090,9 tonnes, d’une valeur de quelque 7,2 millions de dollars – contre 796,1 tonnes d’une valeur de 3,1 millions de dollars en 2020. Le développement des exportations est dû aux efforts déployés par les autorités tunisiennes avec le soutien de la FAO pour former les pêcheurs dans le cadre du  » Renforcement de la gouvernance et du développement des pêches en Tunisie « , puis pour développer une chaîne de valeur complète pour ce marché de niche.

Espèce invasive introduite en Méditerranée par le canal de Suez, le crabe bleu a menacé les techniques de pêche traditionnelles utilisées le long de la côte tunisienne, endommageant notamment les filets et les casiers utilisés dans la Charfia (système de pêche traditionnel et fixe qui bloque le chemin des poissons et les conduit vers les casiers). Avec leurs coquilles et leurs pinces acérées, les crabes bleus ruinent ces filets de pêche et se nourrissent d’autres espèces de poissons également pris dans les filets ou les pièges, note la FAO dans un communiqué.

« Les crabes bleus ont été découverts pour la première fois au large des côtes tunisiennes en 1993. En 2014, ils ont commencé à proliférer massivement, causant des dommages importants au secteur de la pêche artisanale côtière, notamment dans le golfe de Gabès, où, pendant la haute saison, le crabe bleu représentait plus de 70 pour cent des prises au large de ce golfe méditerranéen », ajoute le communiqué.

« Ces crabes prédateurs entrent en compétition avec les espèces indigènes pour l’espace et la nourriture. Il se nourrit de toutes les autres espèces de poissons, et son seul prédateur naturel, le poulpe, ne suffit pas à limiter sa propagation. En perturbant les écosystèmes naturels, le crabe bleu a également eu un impact négatif sur les rendements des ramasseuses de palourdes tunisiennes, qui étaient soutenues par la FAO pour améliorer les revenus de leur foyer », indique le rapport.

Prisé par le marché mondial

« Dans le même temps, ce crabe bleu est le cinquième crabe le plus populaire sur le marché mondial. Il est particulièrement recherché sur les marchés asiatiques, américains et australiens où il figure au menu de nombreux restaurants », poursuit le rapport.

« Voyant la possibilité de transformer cet ennemi en ami, la FAO et le gouvernement tunisien ont lancé des sessions de formation pour les pêcheurs de cette région. Dans le cadre du projet « Renforcement de la gouvernance et du développement de la pêche en Tunisie », la FAO a formé 90 pêcheurs à Djerba, Gabès et Kerkennah », qui « ont reçu des séances d’information sur les avantages du crabe bleu et 1 500 pièges polyvalents pour leur permettre de capturer le crabe plus facilement.

Au cours des sessions de formation pratique de la FAO, les pêcheurs ont pu comparer l’efficacité de ces grands pièges à mailles avec les traditionnels casiers à crabes cylindriques ». Le communiqué poursuit en disant que : « Au-delà du progrès des techniques de pêche en Tunisie, la FAO a aidé le gouvernement à développer une chaîne de valeur complète au sein de ce marché de niche.

Les Tunisiens aussi s’en délectent !

La bonne gouvernance de la pêche, qui permet aux pêcheurs de capturer des crabes de bonne qualité tout en respectant l’environnement, a facilité la commercialisation du crabe bleu au niveau local et international. La première usine de transformation et de commercialisation du crabe bleu pour le marché asiatique, créée par le gouvernement en 2019 dans les îles Kerkennah, a déclenché un mini-boom économique dans la région avec 50 nouveaux emplois pour les techniciens de l’usine. » Valerio Crespi, responsable des pêches et de l’aquaculture à la FAO, explique que : « Cette usine réussie a non seulement permis aux pêcheurs de diversifier leurs sources de revenus, mais elle a également ajouté de la valeur à une espèce invasive. » « Les investissements du secteur privé dans les usines de transformation du crabe bleu sont passés du simple conditionnement et de la congélation des crabes crus à la préparation de produits cuits afin de se développer sur les marchés d’Asie, d’Italie, d’Espagne et des Amériques. Certaines usines de fabrication de produits alimentaires à Zarzis envisagent d’inclure le crabe cuit parmi leurs produits pour pénétrer d’autres marchés. En fait, même en Tunisie où le crabe n’a jamais été un plat ou un ingrédient traditionnel dans la cuisine, ce produit commence à apparaître sur les menus locaux en raison de sa nouvelle disponibilité sur les marchés », note le rapport.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,918SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles