AccueilLa UNELe pouvoir d’achat à l’épreuve de la déferlante d’une inflation annoncée

Le pouvoir d’achat à l’épreuve de la déferlante d’une inflation annoncée

D’après des économistes tunisiens, l’économie nationale n’a de cesse d’être en berne sous le coup d’une crise sanitaire qui a frappé le pays de plein fouet. Envolée des prix, inflation, chômage, pertes d’emploi, endettement, appauvrissement, rien n’épargne la classe moyenne tunisienne et d’autres couches de la société  ces dernières années(… ).

- Publicité-

D’ailleurs, l’organisation de défense du consommateur (ODC)  a, à plusieurs reprises, tiré la sonnette d’alarme et appelé le gouvernement à prendre des mesures concrètes et urgentes pour lutter contre le glissement dangereux du pouvoir d’achat qui menace la paix sociale et la cohésion de la société tunisienne.

Lotfi  Riahi, président de l’Organisation Tunisienne pour Informer le Consommateur  » OTIC « , a, dans ce contexte, averti qu’il va falloir s’attendre à une augmentation conséquente des prix des produits de consommation, à l’approche du mois de Ramadan.

Dans une interview accordée, ce lundi 22 mars 2021 à Africanmanager ar , il a précisé que les prix  de consommation connaîtront une hausse de 30% durant les prochains jours.

« Conformément à la loi de finances 2021, la subvention du carburant a été revue à la baisse de 1880 millions de dinars à 400 millions de dinars. Cette baisse est liée à l’augmentation des prix» a-t-il expliqué.

Bien plus,  Riahi a fait savoir que les prix des légumes ont augmenté de 10.3%, les viandes de 8.2%, 5.8% pour les poissons,  le lait et ses dérivés et de 5.7% pour les fruits. Il a, par ailleurs, noté que le prix des viandes rouges est d’au moins 30 dinars le kg.

Sur un autre volet, le président de l’Association OTIC a mis en garde contre le danger de cette hausse des prix, affirmant que l’Etat tunisien est appelé à intervenir dans les plus brefs délais afin de sauver le pouvoir d’achat des citoyens.

INS: Le taux d’inflation se stabilise à 4,9% en février

De fait, le taux d’inflation a atteint 4,9% en février 2021, enregistrant ainsi une stabilité pour le quatrième mois consécutif après avoir atteint un taux de 5,4% en octobre 2020, selon les données publiées par l’Institut national de la statistique (INS).

Cette stabilité est expliquée par la conjugaison de plusieurs évolutions soit, l’accélération des prix du groupe santé (7,5% contre 6,6% en janvier), la légère décélération observée au niveau du rythme d’augmentation des prix du groupe alimentation (4,8% contre 4,9% en janvier) ainsi que le maintien du rythme d’accroissement des prix pour les autres groupes de consommation.

En février 2021, les prix du groupe alimentation ont augmenté de 4,8% sur un an. Ce taux est expliqué par l’augmentation des prix des légumes de 12,1%, des huiles alimentaires de 10,2%, du groupe  » lait, fromages et œufs  » de 5,7%.

Par ailleurs, une baisse de 2,3% est observée au niveau des prix des fruits par rapport à février 2020.

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,8% en raison de la hausse des prix des matériaux de construction de 7,4% et des produits d’entretien courant du foyer de 6,5%.

Pour ce qui est des services, les prix augmentent de 5,0%, en raison de la hausse des tarifs des services des restaurants et cafés de 10,2%, des services de santé de 7,7% et des loyers de 4,6%.

S’agissant du taux d’inflation sous-jacente (hors produits alimentaires et énergie), il s’est établi à 5,6% en février 2021, contre 5,7% en janvier 2021. Les prix des produits libres (non encadrés) augmentent de 5,0% contre 4,6% pour les prix encadrés. Les produits alimentaires libres ont connu une augmentation de 4,9% contre 4,3% pour les produits alimentaires à prix encadrés(…).

2 Commentaires

  1. Article plein de contradictions; l’INS contredit les annonces de l’ODC !!! Et pourquoi l’ODC ment elle en disant que « le prix des viandes rouges est d’au moins 30 dinars le kg. » alors que je viens d’acheter à Monastir à 23 dinars habra ? Est-ce pour justifier une importation sauvage et écraser encore plus les éleveurs qui n’arrivent pas à couvrir leurs coûts directs avec de tels prix inférieurs à ceux d’il y a dix ans ? Oui les prix vont augmenter pour les carburants et les produits énergivores tels que matériaux de construction et ce à cause de la forte montée des prix du baril… Mais pour le reste, et surtout les produits de notre agriculture, laisser le marché se réguler et les consommateurs pondérer leurs choix de produits à

  2. Le président de cette organisation de défense des consommateurs n’est pas un économiste. comment peut-il prédire un tel mouvement de l’inflation ? Et comment un journal qui se veut être respecté produit-il de tel article basé sur de simple spéculation de certaines personnes qui ne s’y connaissent pas du tout en économie. Bizarre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,683FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,455SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles