Le Sénégal a de grandes ambitions dans le gaz, et s’entoure d’acteurs...

Le Sénégal a de grandes ambitions dans le gaz, et s’entoure d’acteurs clés

par -

Le Sénégal est déterminé à devenir le nouveau champion du contenu local en Afrique. Telle est la conclusion d’un forum sur le contenu local qui s’est tenu à Dakar ce jeudi, organisé par Les Conférences du Quotidien en partenariat avec la Chambre africaine de l’énergie et le cabinet panafricain Centurion.

Présidé par le Premier ministre SEM Mahammed Boun Abdallah Dionne, le forum a mis la lumière sur le potentiel du Sénégal a redéfinir les standards pour le développement des capacités locales et la gouvernance du secteur des hydrocarbures en Afrique. « Le contenu local est une nécessité, » a déclaré le Premier Ministre sénégalais durant l’évènement qui a recueilli plus de 200 participants. « Encourager le développement des PME et PMI locales à travers la chaîne de valeur est d’une importance capitale, comme l’est la formation des compétences des sénégalais et le développement de leur employabilité. »

L’histoire du secteur des hydrocarbures sénégalais est celle d’un enfant faisant un pas de géant. Les découvertes de gaz du champ de Tortue seules ont le potentiel de propulser le Sénégal en hub du gaz naturel liquéfié (GNL) en Afrique et dans le monde. Mais pour un pays qui n’a jusqu’ici produit que des quantités limitées de gaz onshore, prendre un tel saut n’est pas sans craintes et défis.

Alors que le Sénégal redouble d’efforts pour explorer ses basins et amener les découvertes en phase de production, mettre en place les cadres réglementaires et de gouvernance appropriés permettra d’assurer la durabilité et responsabilité sociale de l’industrie naissante. Le temps pour forger ces cadres est arrivé, et le contenu local doit en être la priorité.

Le développement de régulations solides et transparentes, qui mettent l’accent sur le développement des capacités locales, fournira au Sénégal un cadre efficace pour attirer les investissements et appuyer le développement socio-économique du pays. « En étant le dernier à entrer dans l’histoire des hydrocarbures en Afrique, le Sénégal a l’opportunité d’apprendre des succès et échecs de ses voisins, » a expliqué NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie et PDG de Centurion. « Le contenu local n’est pas la responsabilité sociale des entreprises. Bien que le gouvernement se doit de créer un climat des affaires favorable, il en revient aux sénégalais et a leurs sociétés de saisir les opportunités qui leur sont offertes par cette industrie naissante. »

Alors qu’il entame cette nouvelle page de son histoire, le Sénégal a des atouts et qualités sur lesquels se reposer. Il a des leçons à tirer de ses voisins et pairs africains, et des institutions fortes qui peuvent augmenter ses chances d’éviter les inefficacités et la corruption que l’on a vu dans d’autres marchés africains. Le Sénégal est également un pays stable, dont l’économie a affiché des taux de croissance forts sur plusieurs années, et qui est dirigé par un Chef de l’État qui comprend l’industrie et est un ancien directeur général de la compagnie nationale pétrolière, Petrosen.

Si son économie demeure diversifiée et que sa richesse pétrolière est utilisée afin de soutenir le développement des infrastructures sociales et la croissance des autres secteurs de l’économie, le Sénégal se donnera une chance considérable d’être l’une des meilleures économies pétrolières et gazières d’Afrique.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire