Les bons réflexes de Bassem Loukil face à l’intox autour de Gif

Les bons réflexes de Bassem Loukil face à l’intox autour de Gif

par -

Il le dit clairement : “Nous allons défendre jusqu’au bout la société (…) Nous allons protéger et préserver les acquis des actionnaires“, a déclaré Bassem Loukil, PDG de Gif Filter, lors de la communication financière de la société qui a eu lieu jeudi 12 octobre 2018 à la bourse de Tunis. Loukil a tenu par ailleurs à expliquer que la société Gif Filter a subi une campagne de diffamation malhonnête visant à faire baisser la valeur de son titre à la bourse. Il a souligné toutefois que la société va continuer à travailler et investir davantage et les résultats seront nettement meilleurs pour les prochaines années, notamment au niveau de l’export qui pèsera, selon lui, plus de 55%.

Bessem Loukil se veut très rassurant sur la situation financière de la société et de son avenir : “Malgré la campagne de diffamation, la société se porte bien et son avenir s’annonce meilleur“, a-t-il affirmé, faisant remarquer que Gif ne va pas arrêter ses investissements et va implanter des unités en Afrique là c’est possible.

A l’international, la société compte également s’implanter en Algérie d’ici la fin de cette année, “un marché difficile au niveau de la réglementation mais très promoteur“, selon ses dires. Pour la Libye, Loukil a précisé que la société a déjà commencé ses activités depuis cette année : “Nous avons choisi de nous implanter en Libye dès aujourd’hui parce que nous croyons fort que les choses vont se régler et le pays va de nouveau se reconstruire“, a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs indiqué que l’entrée dans le capital d’un actionnaire stratégique n’a pas eu lieu pour des raisons en rapport avec le terrain sur lequel la société avait été construite. En effet, la société a été bâtie sur un terrain à vocation agricole et la loi tunisienne interdit l’entrée d’un partenaire stratégique dans une société bâtie sur un terrain agricole. Il a toutefois annoncé la régularisation de la situation foncière du terrain de la société (Obtention d’un certificat de vocation non agricole).

S’agissant des chiffres, il ressort d’après les indicateurs d’activités de la société arrêtés au 30 juin 2018 que la société a fait un pas très important en récupérant le retard du chiffre d’affaires à l’export et la signature d’un partenariat commercial à l’export avec un grand donneur d’ordre européen pour la production de plus de 1 million de filtres en 2019.

Par rapport aux résultats au 30 septembre 2018, les chiffres montrent une amélioration de la marge brute sous l’effet du prix de vente à l’export et de la maitrise du taux de remise. Ajoutons à cela un taux d’EBITDA aux alentours de 7%. Il est nettement meilleur que celui de l’année 2017. Le taux de l’EBIT a subi l’effet de l’augmentation des amortissements des nouveaux investissements de fin 2017. Le résultat net est impacté par l’effet important du change ainsi que la résorption du coût du CCL de 330 KDT qui s’achèvera au 30/06/2019.

S’agissant des perspectives, la société table sur une augmentation du CA prévue à fin 2018 de 10% par rapport à 2017. L’EBITDA sera doublé en 2018. De même, la dette de l’entreprise est inférieur à 5 ans, délais d’emprunt auprès des banques >5 ans. A cela s’ajoute un gearing maitrisé qui permettra une bonne assise financière qui montre la capacité de l’entreprise à financer son plan d’investissement.

Concernant le business plan 2018-2020, la société table sur l’augmentation de la part de l’export de 24% en 2018 à 40% en 2020 (impact de la signature du partenariat commercial étranger), la diminution du taux de la MCM due à l’augmentation de la part de l’export et la diminution de l’impact de change par l’augmentation de l’export.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire