AccueilLa UNELes tensions politiques en Tunisie continuent de faire obstacle aux  réformes, selon...

Les tensions politiques en Tunisie continuent de faire obstacle aux  réformes, selon Fitch

L’agence  de notation Fitch Ratings estime que le gouvernement tunisien et l’influente UGTT pourraient parvenir à un consensus sur un ensemble de réformes économiques susceptibles de débloquer le financement du Fonds monétaire international  et de soutenir la position de financement extérieur du pays, mais les tensions sur la future structure institutionnelle empêchent la conclusion d’un accord. « Cela accroît les risques pour notre scénario de base, qui prévoit l’entrée de la Tunisie dans un programme du FMI à la fin du troisième trimestre de 2002 », ajoute l’agence de rating.

L’annonce par l’UGTT, le 23 mai, qu’elle ne participerait pas au dialogue national proposé par le président de la République pour soutenir les réformes politiques, et qu’elle organiserait une grève nationale du secteur public, a mis en évidence les différences de vision sur le processus de réforme, indique-t-elle . Une commission constitutionnelle a également été mise en place pour faire avancer les réformes, et un référendum sur une nouvelle constitution devrait avoir lieu en juillet, avec des élections parlementaires fin 2022.

Quatre groupes ont été invités à participer au dialogue : l’UGTT, l’UTICA, , la Ligue tunisienne des droits de l’homme et l’Ordre national des avocats. Ce sont ces organisations qui ont participé aux pourparlers visant à réduire les tensions politiques en 2013. Les partis politiques n’ont pas été invités à y participer.

Le FMI a déclaré en 2021 que la dette de la Tunisie deviendrait insoutenable à moins qu’un programme de réforme solide et crédible ne soit adopté avec un large soutien, rappelle Fitch. « Malgré la montée  des risques financiers et politiques, nous nous attendons toujours à ce que la Tunisie présente un plan de réforme crédible au FMI, et que d’importants financements officiels des créanciers soient versés d’ici la fin de l’année », ajoute-t-elle. Toute fois, Fitch prévient que « dans un scénario de non-réforme, la Tunisie pourrait finalement être considérée comme nécessitant un traitement de la dette par le Club de Paris avant de devenir éligible à un financement supplémentaire du FMI, avec des implications pour les créanciers du secteur privé ».

L’ UGTT, un paramètre crucial

L’adhésion des syndicats renforcerait la crédibilité d’un programme de réforme économique et augmenterait considérablement la probabilité d’un accord de financement du FMI, selon Fitch qui relève que le président Kais Saied demeure  populaire, mais qu’il  serait difficile de faire passer des réformes politiques et économiques sans le soutien de l’UGTT. « Nous pensons que l’Organisation ouvrière conditionnera son soutien aux réformes économiques à la préservation de son rôle politique influent dans le nouvel ordre institutionnel. Néanmoins, il existe un risque que les réformes ne soient pas adoptées à temps pour garantir un programme du FMI avant que les tensions sur les liquidités extérieures ne deviennent graves, même si l’UGTT finit par les soutenir ».

Les décaissements récents de la Banque mondiale, de l’UE et de l’Afreximbank ont atténué l’impact à court terme sur la position extérieure de la Tunisie de l’augmentation des sorties de compte courant causée par la hausse des prix mondiaux des produits de base, tels que le pétrole et le blé, en raison de la guerre en Ukraine, note Fitch, prévoyant que  le pays affichera un déficit des comptes courants de 8,4 % du PIB en 2022, contre 6,3 % en 2021.

Un déficit budgétaire de 8,5%

La hausse des prix à l’importation a également ajouté aux pressions inflationnistes et augmenté la facture des subventions du gouvernement. En partie à cause de cela,  souligne l’agence de notation, « nous nous attendons à ce que le déficit budgétaire se creuse pour atteindre 8,5 % du PIB en 2022, contre 7,8 % en 2021. La banque centrale a augmenté son taux directeur de 75 points de base en mai pour le porter à 7 %, ce qui pourrait contribuer à refroidir la demande, mais il est peu probable que la Tunisie attire beaucoup de flux d’investissements privés internationaux, compte tenu des défis économiques auxquels le pays est confronté ».

Fitch a abaissé la note de la Tunisie de « B- » à « CCC » en mars 2022, en raison de l’augmentation des risques de liquidité budgétaire et extérieure après de nouveaux retards dans la conclusion d’un nouvel accord avec le FMI, suite aux changements politiques de juillet 2021 qui ont vu le président de la République suspendre le parlement et démettre le chef du gouvernement. En l’absence d’un accord avec le FMI, qui est nécessaire pour accéder au soutien budgétaire de la plupart des créanciers officiels, nous nous attendons à ce que les réserves internationales de la Tunisie s’érodent progressivement (de 8,4 milliards USD à la fin avril 2022) et à ce que le dinar se déprécie, conclut Fitch.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -