AccueilMondeL'Irak n'a toujours pas de gouvernement !

L’Irak n’a toujours pas de gouvernement !

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Irak, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, a souligné, ce matin, devant le Conseil de sécurité, la nécessité de finaliser la formation du Gouvernement irakien pour préserver les acquis et maintenir l’« optimisme » qui règne dans le pays depuis la fin de l’occupation de Daech, lequel a tout de même laissé des « pépinières du terrorisme résiduel », selon les mots de l’Irak.

Mme Hennis-Plasschaert, qui est aussi Cheffe de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI), a présenté deux rapports du Secrétaire général. Elle a salué la nomination par consensus du nouveau Premier Ministre irakien, M. Adel Abdul-Mahdi, il y a quatre mois, et indiqué que le Gouvernement reste néanmoins incomplet avec quatre vacances, y compris aux ministères de la défense, de l’intérieur et de la justice qui font l’objet de désaccords profonds, alors que la session du Parlement irakien est suspendue.

La formation du gouvernement est pourtant essentielle pour consolider les acquis en matière de sécurité et travailler au relèvement du pays, a souligné la Représentante spéciale. Car si sa défaite militaire a laissé la place à l’optimisme et à l’espoir, Daech, a-t-elle prévenu, continue de poser une menace pour l’Irak et la région.

Les huit délégations qui se sont exprimées ont, elles aussi, souhaité la formation rapide du Gouvernement irakien. La mise en place d’un gouvernement inclusif, a estimé la Côte d’Ivoire, permettrait de mettre en œuvre les réformes urgentes nécessaires. Le nouveau Gouvernement, a embrayé l’Afrique du Sud, doit commencer à remplir les promesses sur les plans de la sécurité, du retour digne des personnes déplacées, de la réhabilitation des services publics ou encore de la revitalisation de l’économie. Le programme politique « ambitieux » du nouveau Premier Ministre a été salué par la Guinée équatoriale.

Le Koweït a souligné l’importance de la coopération internationale, avant de regretter que le vingt-huitième anniversaire de l’invasion de son territoire par l’Irak ait été entachée par la question toujours en suspens de la restitution des dépouilles de nombreux disparus koweïtiens. L’Irak a dit accorder toute l’attention requise à cette question. Nous entrons à présent, a-t-il affirmé, dans une phase de « confrontation sécuritaire » avec les « pépinières du terrorisme résiduel ». « C’est aussi une phase de « bataille intellectuelle » pour faire reculer la radicalisation. » Réalisme et détermination seront cruciaux pour assurer la stabilisation à long terme de l’Irak, qui est loin d’être aisée, a reconnu la Représentante spéciale, en jugeant « crucial » le soutien international.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -