Tags Posts tagged with "budget de l’Etat"

budget de l’Etat

par -

Le coup d’envoi des plénières consacrées au budget de l’Etat et au projet de la loi de finances pour l’exercice 2018 a été donné aujourd’hui, mardi 21 novembre 2017, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Les séances devraient se poursuivre jusqu’au 10 décembre prochain.

Lors de la plénière de ce mardi, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, devrait prononcer un discours sur le PLF 2018 et recueillir par la suite les avis des députés.

Rappelons que les deux projets, le budget de l’Etat et la loi de finances relatifs à l’exercice 2018, ont été soumis, le 14 octobre dernier, par le ministère des Finances au bureau de l’ARP. Ils devront être promulgués avant les délais constitutionnels fixés au 10 décembre 2017.

La Tunisie ambitionne de réaliser un taux de croissance de 3%, en 2018, contre 2,2% prévu pour toute l’année 2017 et ce, en en se basant sur une croissance du secteur de l’agriculture et de la pêche de 5,5% (contre 2,3% prévue en 2017) et le développement des industries manufacturières de 3,5 % (contre 3,5,% estimée pour l’année en cours), ainsi qu’une augmentation des industries non manufacturières de 2,4 % contre une baisse de la croissance des services marchands de 3,4% pour l’ensemble de l’année 2017 à 2,7% pour l’année 2018 et le maintien de la croissance des services non marchands à 0,7%.

par -

Le budget du ministère du Tourisme et de l’Artisanat pour l’année 2018 s’établira à 151,032 millions de dinars (MD), selon le projet du budget de l’Etat pour l’année 2018, en augmentation de 4249 MD par rapport à 2017, soit une évolution de 2,9%.
Ce budget, présenté lors d’une séance d’audition de la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Selma Elloumi Rekik, tenue jeudi par la Commission parlementaire de l’agriculture, de la sécurité alimentaire, du commerce et des services, est réparti entre les dépenses de gestion (63,032 MD contre 58,727 MD en 2017), les dépenses de développement (70 MD contre 68,056 MD en 2017) et les fonds du trésor (18 MD contre 20 MD en 2017).

La ministre a indiqué, dans son intervention que ce budget servira à mettre en application la stratégie du ministère à l’horizon 2020, visant à moderniser le secteur, à diversifier l’offre et les marchés touristiques et à promouvoir l’artisanat.
Laquelle stratégie s’articule autour de trois programmes clés. Le premier concerne la Gouvernance du secteur touristique et englobe tous les projets visant à moderniser le secteur et à améliorer sa compétitivité. L’enveloppe consacrée à ce programme s’élève à 110,627 MD, soit 73,25% du budget global du ministère.
Le deuxième programme est dédié à la promotion de l’artisanat et vise à orienter ce secteur vers une meilleure qualité et vers l’innovation, et à concrétiser le Plan national de promotion de l’artisanat couvrant la période 2017-2021. L’enveloppe consacrée à ce programme s’élève à 19,768 MD, soit 13,09% du budget global du ministère.
Le troisième programme est un programme de pilotage et de soutien. Il couvre tous les soutiens financiers et administratifs accordées aux deux programmes précédents. L’enveloppe consacrée à ce programme s’établit à 20,637 MD, soit 13,66% du budget global du ministère.

par -

Dans une interview accordée à Africanmanager, l’expert-comptable, Walid Ben Salah a indiqué qu’entre 2016 et 2018, la masse salariale a augmenté de 3 milliards de dinars, qualifiant ce chiffre d’énorme. “C’est la moitié du budget du développement, un montant qui aurait pu servir à payer les intérêts de la dette sur une année”, a-t-il soutenu avant de préciser que la masse salariale est l’importante rubrique sur laquelle on doit agir.

Il a fait toutefois remarquer que la mesure portant sur le départ à la retraite volontaire instaurée par le gouvernement pour réduire la masse salariale, ne va pas résoudre le problème tout de suite car cela va se traduire par des dépenses supplémentaires de l’ordre de 255 MDT en 2018 et  se poursuivre, selon ses dires, pour plusieurs années jusqu’à la réalisation de l’équilibre. ” À ce rythme, nous devons, annuellement, casquer près de 300 MDT”, a-t-il dit.

Il a dans le même contexte indiqué que les salariés n’ont pas réellement contribué au budget de l’État et qu’ils sont les seuls qui ont été exclus de la contribution conjoncturelle instaurée au titre de l’année 2017 sur le secteur privé : “Ce que nous avons fait, c’est un report de l’application des augmentations et pas une contribution directe sous forme de paiement”, a-t-il expliqué.

par -

L’expert en économie Ezzedine Saïdane est revenu sur les mauvaises nouvelles en 2018. Il a encore prédit, ce jeudi 21 septembre 2017 sur Shems FM, une année très rude sur le plan économique.

Il a également redit que la plongée du dinar va se poursuivre jusqu’au printemps, jusqu’à 3,2-3,3 dinars pour un euro. Par ailleurs il a affirmé que le projet de la loi de finances 2018 n’est toujours pas ficelé alors que nous sommes au mois de septembre et qu’il y a un trou de 10,5 milliards de dinars dans le budget de l’État.
L’expert a déclaré que les échos qui nous parviennent du projet de la loi de finances 2018 démontrent que le gouvernement n’a pas changé de fusil d’épaule malgré les échecs cuisants de ces solutions avec les précédentes équipes.

Enfin il a affirmé que le gouvernement ne pourra pas tenir sa promesse de ramener la masse salariale dans le secteur public à 12,5% du PIB en 2020 alors qu’elle aspire actuellement 40%.

par -

L’examen des résultats provisoires de l’exécution du budget de l’Etat, à fin octobre 2016, fait apparaître une détérioration du déficit budgétaire (3.708 MDT contre 1.527 MDT au cours de la même période de l’année 2015), à cause de l’accélération des dépenses hors principal de la dette à un rythme plus élevé que celui des recettes propres. Les dépenses de fonctionnement se sont accrues de 8,7% durant cette période (contre 7,1% une année auparavant), portant la marque de l’accélération des dépenses de rémunération (+16,8% contre +11,3%). En revanche, les dépenses de subvention se sont établies à un niveau nettement inférieur à celui de 2015 (-30%) et ont concerné exclusivement les produits de base et le transport.

tars

S’agissant des ressources propres de l’Etat, elles se sont accrues durant les dix premiers mois de 2016 (+3,6% contre +1,6%) tout en demeurant en deçà du taux de progression prévu dans la loi des finances 2016 (LF2016), soit 12,4% sur l’ensemble de l’année. Cette évolution émane d’une hausse exceptionnelle des recettes non fiscales (cession de la licence 4G pour un montant de 471 MDT). En revanche, les recettes fiscales ont quasiment stagné (0,1% à comparer au taux de 11,4% prévu dans la LF2016). Cette évolution est, essentiellement, imputable à la faible performance des impôts sur les sociétés (notamment les sociétés pétrolières). Le financement du déficit durant les dix premiers mois de 2016 a été assuré grâce à un recours plus intensif au financement intérieur par rapport à celui prévu par la LF2016.

Communiqué BCT

par -

“La masse salariale pour les agents de la fonction publique a atteint 13 milliards de dinars en 2016, soit 46% du budget de l’Etat et 14% du PIB. Ces ressources humaines sont très importantes mais elles pèsent lourd sur l’Etat”, a déclaré ce lundi 20 juin 2016 le ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Kamel Aayadi, lors son audition par la commission parlementaire à l’Assemblée des représentants du peuple .

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders est choqué par le traitement inhumain et les violences dont sont victimes les migrants en Libye. Il...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...