Tags Posts tagged with "giz"

giz

par -

En visite de travail de deux jours en Tunisie, le ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, Dr. Gerd Müller, a annoncé, ce mercredi 10 octobre 2018, la signature de nouvelles déclarations d’intention dans le cadre du partenariat tuniso-allemand promu depuis quelques années en soutien à la transition politique, démocratique et économique dans le pays. C’est au cours d’une cérémonie organisée le même jour, à la société allemande d’automobile “Marquard”, que ces projets qui relèvent de la coopération économique nouée avec la Tunisie commenceront à prendre forme. A travers ces projets qui font partie d’une enveloppe de 1,7 milliard d’Euros, l’Allemagne a voulu en effet réaffirmer son engagement pour le soutien de la transition en Tunisie.

En marge d’une visite technique organisée au sein de “Marquard”, un rendez-vous auquel ont assisté l’Ambassadeur de l’Allemagne à Tunis, des responsables de la société et des journalistes, le ministre fédéral de la Coopération économique a indiqué que la signature des déclarations d’intention s’inscrit dans le cadre de l’engagement allemand de concrétiser des projets, de contribuer à l’emploi et d’appuyer la transition en Tunisie.

Je voulais à travers cette visite en Tunisie transmettre deux messages : le premier est que le gouvernement allemand élabore avec la Tunisie un partenariat pour la formation avec les entreprises tunisiennes, et le deuxième message est de dire à la jeunesse tunisienne que l’Allemagne va vraiment miser sur l’augmentation de leur chances pour trouver de l’emploi.

“La Tunisie est un site absolument excellent pour les investissements et les investisseurs allemands à condition que la main d’œuvre qualifiée soit présente et bien formée“, a-t-il ajouté.

Dans une déclaration à Africanmanager, Hatem Ben Ismail, directeur des ressources humaines à la société Marquard, a annoncé le lancement de l’Académie de Meadle management chargée de former les cadres moyens dans l’objectif de renforcer leurs qualifications afin d’augmenter leurs chances de décrocher un emploi. C’est un projet promu par Dräxlmaier, Leoni, Marquard et le gouvernement allemand comme appui à l’employabilité en Tunisie. Et d’expliquer qu’en tant que partenaire de ce projet, Marquard va contribuer à ce projet en recrutant bon nombre de ces gens une fois la formation achevée. “Le projet est dans une étape de réflexion et va mobiliser beaucoup de fonds“, a encore précisé Ben Ismail, avant d’ajouter que ce programme pourra voir le jour au cours de l’année 2019.

Il s’agit en effet de 5 projets, à savoir une déclaration d’intention pour «le partenariat pour l’emploi», visant la création de 7450 postes et la formation de 260 agents qualifiés dans le secteur automobile à l’horizon 2020. Installés depuis longue date en Tunisie, les trois fournisseurs allemands de câblages automobiles, Dräxlmaier, Leoni et Marquardt, emploient actuellement 25 800 salarié(e)s. D’ici 2020, ces trois géants de l’industrie allemande s’engagent à accroitre l’employabilité en Tunisie par la création de 7450 emplois et le perfectionnement des compétences humaines dans le secteur automobile, notamment par la formation de 260 employés qualifiés. Cette déclaration d’intention sera signée par le ministère fédéral du Développement économique et de la Coopération (BMZ), représenté par S.E. Dr. Gerd Müller, et les trois fournisseurs automobiles allemands.

Baptisé “Partenariat Solidaire emploi», ce deuxième projet vise l’intégration professionnelle des rapatriés en Tunisie et les personnes reconverties professionnellement par le CORP. Cette déclaration sera signée par plusieurs entreprises et le ministère fédéral du Développement économique et de la Coopération (BMZ) afin de s’engager à offrir un quota d’emplois à ces personnes au sein de leurs entreprises.

Outre ces deux partenariats, on notre un autre entre l’école d’industrie laitière de Thibar et l’Ecole professionnelle de laiterie de Kempten. Cette déclaration d’intention autour de l’échange d’expertises et la constitution d’un réseau d’amélioration du secteur laitier en Tunisie vise sa modernisation. Conscients du fait que le secteur laitier tunisien apporte une contribution décisive à la création de revenus et d’emplois dans les zones rurales ainsi qu’à la diversification et à la stabilisation des systèmes de production agricole en Tunisie, les deux parties signataires démarreront à la suite de la signature de cette déclaration le dialogue sur les éventuelles mesures d’échange avec le Centre d’enseignement, d’essai et de formation spécialisée (LVFZ) pour l’industrie laitière à Kempten.

Le renforcement des fédérations touristiques tunisiennes est aussi au programme. Il s’agit là de renforcer les capacités des fédérations touristiques tunisiennes et de promouvoir une nouvelle culture touristique, notamment le tourisme écologique et le tourisme culturel.

A cela s’ajoute, la création d’un centre de formation interentreprises à Bizerte : Cette déclaration d’intention soutiendra le secteur de l’industrie textile à travers la formation inter-entreprise d’agents dans le textile à Bizerte. L’entreprise allemande Van Laack ayant expérimenté ce type de formation et étant certifiée par la Chambre Internationale du Commerce en Allemagne (IHK) s’associera à la Fédération Tunisienne du Textile et Habillement (FTTH) et l’Association allemande pour le développement des échanges internationaux du commerce de détail (AVE) pour signer cette déclaration.

par -

Pour la deuxième année consécutive, l’AVITEM (Agence des villes et territoires méditerranéens durables) organise à Tunis un séminaire d’études urbaines et  territoriales sur le thème « Transitions métropolitaines, du projet à l’action ». Ce séminaire aura lieu du 23 au 28 septembre et il est le fruit d’un travail conjoint de l’AVITEM, l’Agence française de développement (AFD), l’Agence de coopération allemande (GIZ), le Centre pour l’intégration en Méditerranée (CMI) et l’Institut français de Tunis (IFT), et avec le soutien de l’Ambassade de France en Tunisie.

Conçu en étroite collaboration avec les autorités et responsables tunisiens, ce séminaire s’inscrit dans un temps de grande mutation institutionnelle en Tunisie, marquée par les élections municipales en mai 2018.

Le programme de cette semaine de travail intensif et en immersion prévoit de faire alterner conférences, partages d’expériences, visites de terrains et ateliers. Après un cadrage d’ensemble, historique, géographique et institutionnel de la ville d’accueil, le séminaire se concentrera sur plusieurs projets et questionnements-clés qui font sens dans le contexte tunisois : le système portuaire métropolitain ; les grands projets urbains comme l’aménagement des berges des lacs Séjoumi et de Tunis ; les liens métropolitains entre la ville-centre et les villes périphériques à partir du cas de la Soukra ; le projet d’aménagement du pôle multimodal de la place de Barcelone et le développement des mobilités douces.

Le mercredi 26 septembre en fin de journée, une table ronde publique est organisée à l’Institut Français de Tunisie (IFT) : « Regards croisés entre les ports en Méditerranée. Le renouveau dans le rapport ville-port, une nouvelle page de l’histoire urbaine, patrimoniale et territoriale ? ». Ce débat rassemblera les responsables portuaires de Tunis, de Gênes, de Tanger-Tétouan et du réseau portuaire MED PORT pour mettre en exergue les nouvelles recompositions territoriales qu’imposent les ports et leurs enjeux de durabilité.

Par l’organisation de ce séminaire à Tunis, pour la deuxième année consécutive, l’AVITEM démontre son attachement à ce partenariat d’exception qu’elle a développé avec la Tunisie. C’est également la marque d’une nouvelle étape de travail collectif sur la voie de la ville méditerranéenne du futur.

par -

Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Ladhari, a affirmé, mardi 31 juillet 2018, que le taux d’investissement étranger a augmenté de 17,7% durant le premier semestre de l’année 2018, soulignant que son département organisera, en septembre prochain, un forum de haut niveau pour annoncer plus de 20 grands projets de partenariat public-privé. Derrière ce chiffre, s’il reflète effectivement la réalité, il faut voir la volonté d’un ministre de montrer que son département se porte bien et qu’il faille continuer sur la même lancée (en ces temps de tempête politique, ça a valeur de campagne pour garder sa place) ; pour le chef du gouvernement il faut y voir la volonté de soigner le moral des investisseurs étrangers qui ont eu le courage de rester – les investisseurs allemands pourraient, à juste titre, s’en vanter ! – mais aussi un formidable argument publicitaire pour un pays qui se relève, qui peut prétendre à fidéliser les bailleurs de fonds, le FMI, la BM, la BAD et la BERD notamment, et à appâter d’autres investisseurs. Donc ne nous y trompons pas, la sortie de Ladhari est certes économique mais aussi hautement politique, et ce n’est pas un reproche qu’on lui fait…

Intervenant lors d’un atelier de travail organisé par le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale en collaboration avec l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) sur le thème “Le développement régional et le plan de décentralisation”, il a indiqué que “le gouvernement s’évertue à promouvoir le potentiel d’investissement dans les régions et aussi la destination Tunisie, à l’échelle internationale“.
Il a rappelé que “le programme de développement régional a mobilisé une enveloppe de 2000 millions de dinars qui ont été transférés aux conseils régionaux au mois d’avril 2018“.

Ladhari a aussi souligné “la nécessité d’instaurer une égalité de chances entre les régions en termes de services essentiels mais également en termes d’opportunités économiques, tout en prenant en considération les avantages compétitifs de chaque région“.
Il a annoncé, par ailleurs, “la restructuration envisagée des offices de développement régional afin d’en faire des agences intégrées de développement régional dont l’objectif principal consistera à promouvoir les atouts de chaque région à l’échelle nationale et internationale“, insistant sur “l’importance d’une coordination entre les administrations et les structures de l’Etat dans ce sens“.

Prenant part à cet atelier, l’ancien ministre du Développement Abderrazzek Zouari a affirmé que “le problème majeur auquel fait face l’économie nationale réside dans la répartition illégale des services nécessaires entre les régions, soulignant la nécessité d’un nouveau découpage territorial en districts régionaux prenant en considération les spécificités économiques des régions, étant donné que l’ancien découpage (24 gouvernorats) était purement administratif“.

Pour sa part, l’ancienne ministre des Finances et présidente du Conseil national de la Statistique, Lamia Zribi, a estimé que “le problème réel du pays est l’absence de coordination entre les structures administratives“, ajoutant que “l’information statistique dans le domaine économique n’a pas encore atteint le niveau requis en termes de collecte et d’élaboration“.
Elle a appelé à “repenser le découpage territorial dans le sens de rapprocher les régions pour y insuffler une dynamique économique“.

De son côté, l’expert auprès de la GIZ Ali Abâab a souligné “l’importance de transformer les régions en pôles de développement” où l’Etat jouera “un grand rôle aux côtés des acteurs locaux et du secteur privé“, estimant que “l’orientation vers la décentralisation aura des retombées positives dans un futur proche“.
D’après ses dires “Il est nécessaire de revoir la carte économique dans le sens d’instaurer des grandes villes selon une approche intégrée de développement territorial et économique“.

par -

Après le succès de la première édition du CORP Tour, qui a ciblé pas moins de huit gouvernorats (Béja, Gafsa, Kébili, le Kef, Tataouine, Médenine, Siliana et Tozeur ), le CORP (Centre d’Orientation et de Reconversion Professionnelle)  a décidé, cette année encore, de renouveler l’aventure en lançant le 2ème CORP Tour qui touchera cette fois neuf nouveaux gouvernorats.

En effet, cette année la tournée aura lieu les 20, 21 et 22 février 2018 dans les régions suivantes :

  • Jendouba, Bizerte, et Monastir (le 20 février 2018).
  • Kasserine, Tunis et Sousse (le 21 février 2018).
  • Gabès, Nabeul et Mahdia (le 22 février 2018).

Fruit de la coopération entre le projet Fonds pour la promotion de l’Emploi des Jeunes en Tunisie de la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et la Chambre Tuniso-Allemande de l’Industrie et du Commerce (AHK Tunisie), le CORP continue ainsi à être un acteur majeur de l’emploi en Tunisie. En effet, les chiffres réalisés jusque-là témoignent de l’impact de ce dernier sur l’employabilité des jeunes en Tunisie :

  • +1800 bénéficiaires des sessions d’orientation et de l’expertise des conseillers du CORP
  • 1243 personnes formées en Soft- Skills
  • Plus de 110 conférences effectuées dans les universités du pays touchant plus de 15.000 étudiants
  • 1114 placements en entreprises
  • 203 personnes ayant suivi une reconversion professionnelle
  • 1.200 organismes et entreprises atteints,

Un programme riche et varié

Fort du succès de  la première édition qui a rassemblé plus de 1000 jeunes Tunisiens à travers 8 régions de la Tunisie, le CORP envisage donc de lancer cette  deuxième édition en partenariat avec le Centre Tuniso-Allemand d’Information pour l’Emploi, la Migration et la Réintégration, l’Agence Tunisienne pour l’Emploi et le Travail Indépendant (ANETI) et le Centre de Carrières et de Certification des Compétences (4C).

Le programme de ce nouveau CORP Tour prévoit de nombreuses conférences qui se tiendront dans plusieurs régions afin de sensibiliser les jeunes au concept de l’employabilité et leur transmettre les outils nécessaires pour faire face au monde de l’emploi et mieux cerner les défis auxquels ces jeunes sont confrontés.

Des salons d’emploi régionaux seront également organisés simultanément dans le but de créer un espace de rencontre entre les entreprises et les jeunes chercheurs d’emploi pour discuter des postes disponibles et envisager d’éventuels entretiens d’embauche.

Plus d’informations sur les horaires, les lieux et les inscriptions (gratuites) :

A propos du CORP 

Le Centre d’Orientation et de Reconversion Professionnelle est un projet exécuté par la Chambre Tuniso-Allemande de l’Industrie et du Commerce (AHK Tunisie) et financé par le Fonds Emploi de la GIZ en Tunisie dans le but de rapprocher les qualifications des chercheurs d’emploi aux réels besoins des entreprises en Tunisie.

Le CORP œuvre via l’ensemble de ses services à outiller les chercheurs d’emploi pour l’amélioration de leur employabilité et travaille constamment à réaliser le matching adéquat entre le profil du candidat et les attentes des entreprises. Le CORP répond à un besoin réel et prioritaire à savoir l’accompagnement des chercheurs d’emploi comme celui des entreprises pour leur permettre d’affronter plus sereinement les défis du marché de l’emploi.

Les services du CORP sont :

  • L’orientation professionnelle
  • La reconversion professionnelle
  • Les sessions de formation Work Force
  • Une mission d’intermédiaire entre offre et demande d’emploi

par -

Le Cepex a annoncé, sur son site web, son plan ” Turbo-Africa ” 2018 pour donner de l’élan à l’action nationale sur l’Afrique. Il présente une gamme de services assez diversifiée pour soutenir et accompagner les efforts des PME sur le marché africain et fournir une assistance particulière au profit des institutions publiques et privées à qui incombe le marketing du ” made in Tunisia ” sur l’Afrique.

Il s’articule autour de six axes majeurs qui touchent à tous les niveaux la chaine de valeur de la promotion de l’offre tunisienne des biens et services à l’export. Le Cepex a adapté ses mécanismes de soutien en faveur de cette orientation africaine et a opté pour le principe de la discrimination positive en faveur des marchés émergents de l’Afrique Sub-saharienne s’agissant de l’octroi des subventions au titre de promotion et d’accès aux marchés extérieurs, l’expansion de son réseau de représentations sur le territoire africain et la contribution substantielle et effective dans le renforcement des requis de la diplomatie économique.

Cette dynamique de conquête s’opère sur la base d’un programme annuel confectionné selon une démarche de concertation entre les différentes parties prenantes (Représentations diplomatiques tunisiennes en Afrique, Associations patronales, secteur privé…). Ce programme tient compte de la présence géographique de nos bureaux en Afrique, à savoir en Côte d’Ivoire, au Cameroun et en République Démocratique du Congo. Ces trois pays accueilleront 6 actions sur 9 programmées en 2018 eu égard à leur apport considérable dans la préparation et l’organisation de ce type de manifestations.

Le Cepex tisse sa toile depuis 2010

La vocation panafricaine de cette action s’est matérialisée depuis 2010. En effet, le Cepex s’est employé à assurer une présence permanente ” sur place ” en procédant à l’ouverture d’un bureau à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, dans le but d’assurer un accompagnement singulier en faveur des opérateurs économiques tunisiens en quête de contacts d’affaires et de mettre à leur disposition un point d’appui pour leur faciliter la tâche à tous les stades du process.
Dans cette même optique, son réseau vient d’être étoffé par deux nouvelles antennes à Douala et Kinshasa, respectivement capitale économique du Cameroun et capitale de la République Démocratique du Congo. Elles seront opérationnelles dès le début de l’année 2018 et représenteront l’amorce d’une stratégie irréversible d’expansion sur le continent africain avec, en perspective, l’ouverture prochaine de nouveaux bureaux.

Les antennes du Cepex en Afrique sont investies d’une triple mission, à savoir :
– Informer sur les opportunités d’affaires que recèlent ces marchés en procédant à une analyse de concordance de l’offre tunisienne avec la demande locale et en tenant compte de leur niveau de compétitivité et des avantages concurrentiels dont ils peuvent se prévaloir sur ces marchés.
– Accompagner l’appareil exportateur tunisien dans sa quête des marchés africains en facilitant l’organisation du voyage d’affaire en termes de logistique d’accueil, de mise en relation commerciale, d’introduction dans les milieux d’affaires, de networking… Bref, en fournissant toutes les conditions favorables à la réussite et à l’optimisation des missions d’affaires en Afrique, qui ne sont pas de tout repos.
-Promouvoir les produits et services ” made in Tunisia ” auprès des milieux d’affaires et consolider l’image de la Tunisie comme provenance idéale pour des importations best-cost.

Cet appui a pour objectif la promotion des capacités des groupements sectoriels de PME proposant des produits ou services complémentaires pour l’ouverture conjointe de nouveaux marchés en Afrique, l’étude du potentiel d’exportation en biens et services tunisiens sur le Cameroun et la RDC ainsi qu’un programme d’actions triennal et du dispositif tunisien et de l’expérience tunisienne (publique et privée) durant ces dernières années sur le marché ivoirien et l’adoption d’une approche commune entre les différents acteurs pour optimiser le potentiel du marché et d’un programme de formation-action (coaching) des nouveaux représentants du CEPEX en Tunisie et sur les marchés ciblés en collaboration avec le réseau des chambres mixtes allemandes dans ces pays.

Bien qu’il s’agisse d’une mesure appliquée depuis longue date, le bonus de 10% accordé aux taux de subventions du Foprodex dont bénéficient les PME exportatrices au titre d’actions promotionnelles qui s’opèrent sur les marchés de l’Afrique subsaharienne sera d’un apport considérable, particulièrement en cette période de multiplication des actions à caractère promotionnel sur l’Afrique. Cette discrimination positive en faveur des pays de l’Afrique subsaharienne fut décrétée dans le but d’encourager les PME tunisiennes à conquérir les destinations peu familières et lointaines et à mettre en application la politique de diversification des marchés que le Cepex s’efforce de consolider.

Le Cepex a évoqué également le programme PEMA ou programme pour la promotion des activités d’export impactant l’emploi vers de nouveaux marchés africains, lequel est le fruit d’une collaboration entre le Cepex et GIZ, bureau allemand de coopération internationale. Ce programme a pour objectif de soutenir les PME Tunisiennes pour accéder à de nouveaux marchés à l’exportation en Afrique Subsaharienne, en renforçant les services d’appui conformes aux besoins ainsi que les initiatives et consortiums d’export.

par -

L’Allemagne et la Tunisie signeront, mardi, à Abidjan, l’accord relatif à un appui budgétaire supplémentaire allemand à la Tunisie de 300 millions d’euros (879,9 MD) répartis sur 3 ans, et ce dans le cadre du plan “Compact with Africa”, initié par le gouvernement allemand pour attirer des investissements privés en Afrique, ont annoncé lundi des responsables allemands à l’Agence GIZ et à la banque KFW, lors d’un déjeuner de presse, organisé à la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne à Tunis.
L’accord sera signé en Côte d’Ivoire où se tiendra les 29 et 30 novembre 2017 le 5ème sommet de la Commission de l’Union africaine (UA) et de l’Union Européenne (UE), avec la participation de la Banque africaine de développement (BAD). Le président de la République, Béji Caid Essebsi et le ministre des Affaires Etrangères, Khémaies Jhinaoui, sont attendus à ce sommet, qui rassemble tous les 3 ans des décideurs des deux continents pour débattre de l’avenir des relations euro-africaines et du resserrement des liens entre les deux continents.

Les responsables des bras technique et financier de l’Allemagne – l’Agence de coopération technique allemande GIZ et la Banque allemande KFW – ont fait état, lors de la conférence de presse, de la disposition des deux institutions à accompagner la Tunisie, jusqu’au bout, dans sa transition énergétique, dont les principaux objectifs sont la promotion de l’énergie propre (éolien et solaire en particulier) et la réduction de l’énergie fossile de 34% jusqu’à 2030.
Pour la KFW, le volume des financements des projets en cours de réalisation ou préparation est estimé à environ 2 milliards d’euros, dont un montant de 1090 millions d’euros mobilisés pour des projets relatifs à l’eau et 377 millions d’euros pour des projets énergétiques. La banque allemande cofinance actuellement 3 grands projets de développement des énergies renouvelables en l’occurrence : un projet éolien à Jbel Abderrahmene à Nabeul, d’une capacité de 120- 160 mégawatts (MW) et un autre à Sidi Daoud (Cap-Bon, Haouaria) d’une capacité de 50MW et le projet de la première centrale d’énergie photovoltaïque située à Tozeur dont la capacité s’élève à 10MW outre un projet d’énergie hydraulique à Oued Meleh (Kébili) et des études et projets portant sur l’efficacité énergétique.

par -

“Améliorer l’accès des PMEs tunisiennes à de nouveaux marchés d’exportation en Afrique est l’objectif d’un nouveau projet actuellement sous préparation par la coopération allemande en Tunisie, qui sera mise en œuvre par la GIZ sous le mandat du Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement”, a annoncé l’AHK dans sa dernière note publiée ce vendredi 10 novembre 2017 et dont une copie est parvenue à Africanmanager.

Selon cette note, à ce jour, 74% des exportations de la Tunisie vont vers l’Europe. Les marchés de l’Afrique Subsaharienne n’absorbent que 2% des exportations tunisiennes, bien que de nombreux pays du continent comptent parmi les marchés enregistrant les plus fortes croissances au monde. La diversification de l’économie et le développement de nouveaux marchés constituent d’importantes conditions pour une croissance économique durable. Dans cette optique, la Tunisie peut également se positionner comme hub dans la région en tant que lien entre l’Europe et l’Afrique Subsaharienne.

En effet pour mieux connaître les besoins des entreprises, l’AHK Tunisie a été mandatée par la GIZ pour mener une enquête auprès de ses membres en collaborant étroitement avec la Chambre économique africaine (ACN) et le Tunisia-Africa Business Council et leurs adhérents. Suite à l’évaluation de l’enquête avec une participation de 109 entreprises, l’AHK a organisé un atelier entre entreprises et institutions publiques et privées. Selon les résultats de l’enquête, le manque de réseau commercial sur place ainsi que le manque d’information sur les marchés cibles sont encore des facteurs qui ralentissent l’activité sur les marchés subsahariens, bien que les problèmes de financement et d’infrastructure persistent également.

Il a été constaté que les partenaires sont essentiels dans le développement des affaires. En effet, plus de la moitié des entreprises actives en Afrique ont déjà un – les autres entreprises sont à la recherche de partenariats. Enfin, l’AHK constate que toutes les entreprises ayant des activités liées à l’Afrique s’expriment de manière très optimiste, ce qui est aussi souligné par le fait que plus que 90% d’entre elles s’attendent à une croissance de leur chiffre d’affaires en 2017.

En effet, selon Martin Henkelmann, Directeur Général de l’AHK Tunisie, l’enquête a fait ressortir que ce sont actuellement plutôt les grandes sociétés qui sont actives en Afrique Subsaharienne. Il est cependant important d’ouvrir les voies pour les PMEs, afin que celles-ci puissent accéder au marché africain.

par -

La situation de la coopération technique entre la Tunisie et la GIZ (Agence Allemande de la Coopération Internationale) et les perspectives de son développement ont été au centre de la réunion qu’a eue Zied LADHARI, Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, avec les hauts experts de la GIZ, ce matin au siège de son département.

L’exposé présenté par les experts a mis l’accent sur les objectifs globaux de la coopération dont essentiellement le développement des régions défavorisées et la création des opportunités d’emploi et de formation, surtout pour les jeunes, ainsi que l’appui à la croissance économique.

Cette coopération s’axe sur quatre clusters importants dont notamment les ressources naturelles, l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique, l’économie, l’emploi, la Gouvernance et la démocratie.

L’exposé a montré également que la coopération technique avec la GIZ n’a cessé de se développer depuis son démarrage en 1975, elle s’est accélérée surtout après 2011 passant d’une enveloppe moyenne de 5 millions d’Euros par an à 30 millions d’Euros actuellement sous forme de don.

Les hauts experts de la GIZ ont souligné la volonté de leur institution de développer davantage ce partenariat  et de l’élargir à d’autres domaines d’activités.

Ils ont également passé en revue la stratégie du portefeuille de la GIZ qui s’oriente vers le plan quinquennal 2016-2020 et les orientations stratégiques du gouvernement tunisien. Cette stratégie reflétera également les initiatives allemandes pour de nouveaux thèmes tels que la migration, la sécurité, le tourisme et l’économie verte.

Dans ce cadre, il est à signaler que la République d’Allemagne a intensifié son engagement à soutenir le processus de transition démocratique en Tunisie. Cet engagement croissant d’aide allemande à la Tunisie est passé de 102 millions d’Euros en 2011 à 285,3 millions d’Euros en 2017.

En plus une somme de 100 millions d’Euros a été récemment accordée à la Tunisie comme appui budgétaire dans le secteur de l’eau.

Le Ministre Zied LADHARI a exprimé sa satisfaction de l’ampleur de l’engagement du Gouvernement Allemand, notamment la GIZ pour appuyer davantage la Tunisie dans cette phase transitoire, appelant les experts Allemands et leurs vis-à-vis tunisiens à continuer sur cette voie de succès.

Il a également mis en exergue l’impact socio-économique de cette coopération et de ce partenariat riche, et de ses perspectives prometteuses, insistant sur l’importance de travailler sur la réduction des lourdeurs administratives de part et d’autre afin d’accélérer la réalisation des projets.

M.LADHARI a suggéré l’instauration des rencontres périodiques et régulières pour une mise au point sur l’état d’avancement des projets.

par -

Les perspectives de la coopération entre la Tunisie et l’Agence allemande de la coopération internationale (Giz) ainsi que l’appui à l’Instance Tunisienne de l’Investissement (TIA) ont été au centre de l’entretien qui a eu lieu aujourd’hui entre le Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, Zied Ladhari, et une délégation d’experts de l’agence, qui effectue actuellement une visite de travail en Tunisie pour une mission d’identification et de formulation de cet appui.

Lors de l’entretien, Dr. Matthias Grossmann Conseiller senior auprès de la Giz, a déclaré que le but de cette mission est la mise en place de la matrice finale du dit projet, et de rencontrer les différents acteurs impliqués dans le domaine de l’investissement en Tunisie.

De son côté, le Ministre a exprimé sa satisfaction pour l’excellence du niveau de la coopération bilatérale entre la Tunisie et l’Allemagne, tout en saluant cette nouvelle coopération entre la Giz et le Ministère relative au projet d’appui à l’Instance Tunisienne de l’Investissement, rappelant que l’investissement constitue aujourd’hui le plus important levier de croissance pour notre pays, et à cet égard, l’instance devrait être doté des moyens de mener à bien sa mission.

M. Zied Ladhari a mis l’accent sur le rôle de la TIA qui consiste essentiellement à faciliter davantage l’implantation des entreprises et l’accompagnement des investisseurs.

Il est à noter que cet appui technique et financier intervient dans le cadre d’un mémorandum d’entente qui a été signé le 12 juin 2017 à Berlin en marge du Sommet G20 – Afrique, entre le Ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale et le Ministère Allemand de la Coopération Economique et du Développement.

par -
La société Knauf en collaboration avec le Fonds pour l'Emploi de la GIZ

La société Knauf en collaboration avec le Fonds pour l’Emploi de la GIZ ouvriront en septembre prochain à Maknassy (Sidi Bouzid) un centre de formation intégré, moderne et innovant, qui permettra aux jeunes demandeurs d’emploi de démarrer une carrière professionnelle dans le secteur du plâtre.

Afin de promouvoir le nouveau centre et mettre en valeur ce métier prometteur en Tunisie auprès des demandeurs d’emploi, la société Knauf a mis en place une caravane nationale qui fait le tour de la Tunisie : elle a fait une halte le 10 mai dernier à Khaznadar et le 11 juin à Maknassy, siège de la société Knauf.

La caravane prévoit également une démonstration technique de projection d’enduit et de plâtre ainsi que l’installation de plaques de plâtre incluant l’explication du fonctionnement de la machine à projection. Après les deux premières haltes de la caravane, déjà plus de 75 jeunes Tunisiens ont manifesté leur intérêt pour le nouveau centre de formation et déposé leurs demandes d’inscription.

par -
Le Fonds pour l'Emploi de la GIZ

Le Fonds pour l’Emploi de la GIZ, en collaboration avec la Société «Bouzguenda Frères» ont lancé le projet “Centre de Formation Mobile”.

Il s’agit d’un concept innovant qui installe une plateforme mobile combinant une salle de classe pour l’apprentissage théorique (basé sur la technologie et les modes opératoires du bâtiment et des travaux publics) et le chantier pour la pratique, soutenue par des encadreurs expérimentés formés par des experts internationaux.

Deux plateformes ont déjà été installées dans la zone industrielle Azib (Bizerte) et dans la zone industrielle El Agba (La Manouba).

La première formation des apprentis a débuté le 26 mai 2014 après celle des formateurs internes qui s’est déroulée du 19 au 24 mai dernier.

Chaque cycle sera composé de 5 à 8 jeunes qui seront formés durant une période de trois à quatre semaines par les formateurs internes.

par -
Des séminaires sur le

Des séminaires sur le “transfert des connaissances et de la technologie à travers l’amélioration de l’orientation à la clientèle” se tiennent du 14 au 17 avril 2014 à Hammamet. Ces journées sont organisées par la Coopération Allemande en Développement (GIZ). Elles s’inscrivent dans le cadre du Programme d’Appui au Système de Recherche et de l’Innovation (PASRI) financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par le GIZ.

Ces rencontres visent à renforcer l’orientation de l’administration vers les utilisateurs de ses services, en vue de créer une relation fructueuse entre les institutions de recherche et les entreprises en matière de transfert de technologie.

L’objectif est également d’inciter ces derniers à considérer désormais les utilisateurs comme des clients. “Il s’agit d’établir une tradition de communication entre les institutions et leurs clients, ce qui permettra de faciliter les processus de réponse et créer ainsi une relation durable et respectueuse entre les deux parties” selon Philippe Lotz, chargé du programme à la GIZ.

Selon un communiqué du GIZ, environ 60 personnes prendront part à ces séminaires venant des bureaux de transfert de technologie et des cellules de valorisation.

par -
La gestion dans l’innovation au sein de l’entreprise industrielle et le rapprochement entre la recherche scientifique et la production ont été le thème d’une session de formation récemment organisée

La gestion dans l’innovation au sein de l’entreprise industrielle et le rapprochement entre la recherche scientifique et la production ont été le thème d’une session de formation récemment organisée par l’Agence allemande de coopération (GIZ), au profit de 100 entreprises industrielles et 25 autres de recherche, durant trois jours, à Hammamet, dans le cadre du programme d’appui à la recherche et l’innovation, financé par l’Union européenne.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Africa Oil Week (www.Africa-OilWeek.com), le premier Sommet international pour le secteur pétrolier et gazier africain, se déroulera au Cap en Afrique du Sud du...

Reseaux Sociaux

SPORT