Tags Posts tagged with "mae"

mae

par -

Le président de l’observatoire des droits de l’Homme, Mustapha Abdelkebir, a affirmé dans une déclaration accordée ce mercredi 27 septembre 2017 à Africanmanager que 16 ressortissants âgés entre 20 et 30 ans sont incarcérés dans les prisons libyennes.

Il a précisé que ces derniers ont été emprisonnés pour une affaire de migration clandestine, ajoutant que leur rapatriement doit être une priorité pour l’Etat tunisien vu les mauvaises conditions de détention.

Abdelkebir a également fait état de l’immobilisme des autorités tunisiennes, notamment le ministère des Affaires étrangères, sur ce sujet.

par -

Le président de la Chambre syndicale nationale des cliniques privées, Khaled Nabli, a appelé, dans une interview accordée ce mardi 26 septembre 2017 à Africanmanager, le gouvernement et le ministère des Affaires étrangères à intervenir dans les plus brefs délais afin de résoudre le problème de l’accumulation des dettes de l’Etat libyen auprès des cliniques privées. Elles dépassent ainsi la somme de 200 millions de dinars, selon ses dires.

Il a, dans ce contexte, précisé que l’Etat libyen avait promis que les dettes seront remboursées progressivement, mais il n’en fut rien. «Nous avons tenté, à plusieurs reprises, de négocier avec les autorités libyennes dans le but de parvenir à une solution, mais face à l’échec de ces tentatives, nous nous tournons vers l’Etat, afin qu’il règle le problème de cette dette qui est devenue très lourdes», a expliqué Khaled Nabli.

Le président de la Chambre a fait savoir que le montant qui était censé être payé représentait seulement près de 15% des dettes auprès des cliniques privées en Tunisie, dont la valeur exacte est de 230 millions de dinars tunisiens et que 55 cliniques sont concernées par ces dettes qui se sont accumulées de 2011 jusqu’à la fin de 2016.

Sur un autre volet, Nabli a affirmé qu’il est reste toujours optimiste et que les problèmes des cliniques privées seront bientôt résolus étant donné qu’une réunion se tiendra mardi prochain entre les représentants de la Chambre syndicale des cliniques privées et l’ambassadeur libyen.

On rappelle que Salah Moubarek, conseiller du ministre libyen des Finances, avait annoncé que la rencontre qui a eu lieu en mars dernier entre le ministre libyen des Finances, Oussama Hammed, et l’ancienne ministre tunisienne de la Santé, Samira Merai, a permis de mettre en place plusieurs mesures pour la résolution du problème des dettes libyennes envers les cliniques locales.

Les deux responsables se sont mis d’accord sur la création d’un comité chargé de veiller sur le bon déroulement de l’affaire, et le suivi de l’engagement des Libyens à rembourser, dans un premier temps, 60% de leurs dettes dans chaque clinique.

par -

Dans une Libye en proie au chaos et à la dégradation de la situation sécuritaire, plusieurs Tunisiens ont été incarcérés dans les prisons pour des délits qu’ils n’ont pas commis.

Les arrestations arbitraires de nos ressortissants en Libye avaient scandalisé une bonne partie de l’opinion publique, alimentant ainsi les accusations sur l’incapacité des autorités tunisiennes à protéger leurs ressortissants, victimes d’enlèvements, de torture, de maltraitance, du fait de l’absence d’un Etat digne de ce nom en Libye.

Des proches de ces détenus, démoralisés, désespérés, en sont réduits à faire des sit-in périodiques pour obtenir du gouvernement qu’il fasse la lumière sur cette sombre affaire qui discrédite la diplomatie tunisienne.

Dans une interview accordée à Africanmanager, le président de l’Observatoire tunisien des droits de l’Homme (OTDH), Mustapha Abdelkebir, a affirmé que de nombreux Tunisiens ont été emprisonnés dans les prisons libyennes pour de fausses accusations. Ces détenus, qui sont issus de différentes régions du pays, ont été incarcérés dans des conditions inhumaines, a-t-il  affirmé.

Abdelkebir a également fait état de «l’immobilisme» des autorités tunisiennes sur ce sujet, affirmant qu’il faut intervenir dans les plus brefs délais et que leur rapatriement doit être une priorité pour l’Etat tunisien.

Il a, sur un autre volet, ajouté que quatre Tunisiens «innocents» sont menacés par une condamnation à la peine de mort en Libye pour le meurtre d’un Libyen.

Une bonne nouvelle, tout de même

Abdelkebi a annoncé que 45 détenus tunisiens emprisonnés dans les geôles libyennes seront libérés dans les jours à venir.

Il a précisé que les détenus se trouvent dans deux prisons différentes, ajoutant que les négociations entre la Tunisie et la Libye ont abouti à un accord en vertu duquel ces détenus seront libérés et acheminés par voie terrestre à travers le poste frontalier de Ras Jedir.

Il a rappele que 78 Tunisiens détenus dans les prisons libyennes ont été libérés dernièrement et sont rentrés au bercail.

A signaler que le gouvernement tunisien n’a de cesse de renouveler ses appels à ses ressortissants en Libye à la prudence, à quitter le territoire si nécessaire et à ne pas se rendre dans ce pays dans les conditions actuelles, sauf nécessité absolue.

Pour sa part, le ministère tunisien des Affaires étrangères avait annoncé la formation d’une cellule de crise pour le suivi de la situation des Tunisiens en Libye. Cette cellule doit protéger les vies des Tunisiens en Libye et garantir, entre autres, leur sécurité pour parer à toute éventualité durant la prochaine période.

par -

Quelque 78 Tunisiens écroués dans les prisons libyennes pour tentative d’émigration clandestine depuis les côtes de la ville libyenne d’Al-Zaouia ont été libérés vendredi par les autorités libyennes.
Selon un communiqué rendu public samedi par le département des Affaires étrangères (MAE), la libération de ces Tunisiens intervient à la suite d’une série de contacts avec les autorités libyennes, le parquet libyen et le Consulat général libyen à Tunis.

” Les Tunisiens libérés sont arrivés vendredi soir à 22H00 au poste frontalier de Ras Jedir “, lit-on dans le communiqué. ” De telles affaires ne peuvent être réglées par les voies officielles “, a indiqué le département des Affaires étrangères, faisant remarquer que les contacts se poursuivent avec les autorités compétentes libyennes au sujet de la situation des Tunisiens établis en Libye, particulièrement ceux qui sont incarcérés dans les prisons libyennes pour des motifs divers.

Le président de l’Observatoire tunisien des droits de l’Homme (OTDH), Mustapha Abdelkebir avait déclaré dans la journée que 80 tunisiens qui étaient incarcérés dans les prisons libyennes ont été libérés par les autorités libyennes, à la faveur des efforts déployés par l’observatoire, le Croissant rouge libyen, l’Organisation Ennasr , des défenseurs des droits de l’Homme ainsi que des personnalités libyennes dont des Maires.
Condamnés pendant une période d’une semaine à 4 mois, les Tunisiens libérés sont originaires des gouvernorats de Médenine, Gabès, Tataouine, Kairouan et Tunis. La plupart d’eux ont été mis sous les verrous pour tentative d’émigration clandestine depuis les côtés libyennes, alors le reste a été écroué pour des raisons différentes (manque de documents, bagarres, etc…).

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, s’est entretenu, mercredi 22 février 2017, au siège du département, avec le vice-président démissionnaire du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente libyen, Moussa Al Kouni.
Selon un communiqué du département, la rencontre a donné lieu à l’examen de l’initiative du président Béji Caïd Essebsi visant la résolution de la crise en Libye.
L’entrevue a également permis de passer en revue les résultats de la réunion qu’a eu, lundi dernier, le président de la République avec les ministres tunisien, algérien et égyptiens des Affaires étrangères.
La réunion a été couronnée par la signature de la Déclaration de Tunis pour un règlement politique global de la crise en Libye.
Par ailleurs, Jhinaoui a informé son hôte des résultats de la réunion ministérielle tripartite, tenue le 19 février courant, au siège du département pour rapprocher les points de vue et réunir les conditions de succès du dialogue politique.
Le ministre a affirmé que la Tunisie est favorable à tout règlement de la crise par le dialogue et les moyens pacifiques.
” Tout règlement de la crise en Libye passe obligatoirement par le dialogue “, a-t-il insisté.
De son côté, Al Kouni a salué, l’initiative du président Béji Caïd Essebsi visant la résolution de la crise en Libye rendant hommage aux efforts de la Tunisie en vue d’inciter les protagonistes libyens à réaliser la réconciliation nationale.

par -

Une source officielle au ministère des Affaires étrangères (MAE) a démenti, ce mardi 13 décembre 2016, sur le site Akher Khabar, les informations selon lesquelles le régime syrien aurait commencé à appliquer la peine de mort à plus de 100 terroristes tunisiens.

La même source a ajouté que seulement 47 Tunisiens sont incarcérés dans les prisons syriennes, dont certains condamnés à mort.

par -

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé jeudi, 17 novembre 2016, que des contacts ont été établis avec les autorités libyennes compétentes pour s’enquérir de la situation de 54 pêcheurs tunisiens dont les bateaux ont été arraisonnés en Libye et demander leur libération.
Le ministère rappelle dans un communiqué que trois bateaux de pêche tunisiens ont été arraisonnés par les gardes-côtes libyens et escortés vers le port Zaouia en Libye.
Une cellule de suivi a été créée au sein du ministère des Affaires étrangères regroupant les représentants des départements concernés, précise-t-on de même source.
La cellule, en état de réunion permanente devra assurer le suivi de la situation des pêcheurs tunisiens et établir les contacts nécessaires avec les autorités libyennes pour garantir leur retour dans le pays, ajoute le communiqué.
Le ministère de la Défense nationale avait indiqué mardi que trois bateaux de pêche tunisiens ont été arraisonnés par les gardes-côtes libyens et escortés vers l’un des ports libyens.
Selon le département de la Défense nationale, des unités de la marine nationale déployées sur les lieux sont intervenues et ont obtenu la libération de l’un des bateaux, baptisé “Haj Saâd 2”.

par -

Le ministère des Affaires étrangères multiplie les efforts pour connaître le sort du ressortissant tunisien Mohamed Aziz Farhat, qui n’a pas donné signe de vie depuis son arrivée, le 17 octobre dernier, dans un hôtel à Bali, en Indonésie.

Dans un communiqué rendu public, le département a ajouté que l’ambassade de Tunisie à Jakarta et le consulat honoraire à Bali ont été chargés de faire les recherches et les renseignements nécessaires.

Néanmoins, le ministère n’a encore obtenu aucune information sur le sort de ce jeune Tunisien de 23 ans, qui travaille à la compagnie aérienne Qatar Airways, à Doha et qu’il a quittée, le 17 octobre, pour quelques jours de vacances à Bali.

par -

Le Département d’Etat américain a renouvelé sa mise en garde à ses ressortissants se trouvant  en Tunisie. Dans un communiqué publié jeudi 29 septembre 2016, Washington les a appelés à éviter de se rendre dans les villes proches des frontières algériennes, Jendouba, le Kef et  Kasserine.

Ils sont appelés également à éviter de se rendre dans les régions proches des frontières libyennes, comme Ben Guerdane et Médenine.  La mise en garde concerne aussi Gafsa, Sidi Bouzid et le désert de Remada où se trouve la zone militaire tampon, a précisé la même source.

En réaction à cette alerte, l’expert et analyste sécuritaire Fayçal Cherif a relevé dans un entretien téléphonique accordé, ce samedi 1er  octobre  2016 à Africanmanager que « Les Etats-Unis possèdent un système de renseignement  très puissant et des équipements ainsi que des logistiques sophistiqués.

Il faut prendre au sérieux cette mise en garde. La menace terroriste existe toujours en Tunisie  surtout avec la dégradation de la situation sécuritaire en Libye essentiellement dans les villes de Derna et de Syrte.

Il a, en effet, affirmé que  « les terroriste retranchés dans les villes de Syrte et de Derna en Libye se sont focalisés sur les moyens pour s’infiltrer sur le territoire tunisien.

Ces éléments considèrent que la Tunisie ne possède pas les moyens et la logistique pour  y faire face, en comparaison avec les pays voisins comme l’Algérie et l’Egypte. Ils veulent également profiter des mouvements de protestation régionaux afin de commettre des attentats”.

Il a ajouté que suite aux bombardements aériens menés dans les zones de Syrte, de nombreux terroristes ont changé de “look” et de comportement et se sont mêlés aux citoyens libyens…

Ce que reproche Fayçal Cherif  au ministère des AE !

 Fayçal Cherif a, en outre,  affirmé qu’«il n’y a pas une ferme volonté politique de lutter contre le terrorisme en Tunisie.D’ailleurs,  le ministère des Affaires Etrangères ne possède pas un centre d’études et de recherches. Une structure essentielle qui aurait pour mission de prendre connaissance de ce qui se passe en Libye et même dans les pays du Moyen-Orient.

Ce centre permettrait également de faciliter les différentes tâches des unités sécuritaires déployées dans les différentes régions du pays ».Il a, dans ce contexte, précisé que « les Etats-Unis possèdent 240 centres » et que « c’est honteux de ne pas s’inspirer de ces expériences novatrices ».

L’expert  a , en outre, fait savoir que la Tunisie possède des spécialistes et des universitaires brillants dans les affaires de sécurité et d’analyse, mais ils sont marginalisés par les partis au pouvoir.

par -
Le syndicat des agents du ministère des affaires étrangères a appelé

Dans une déclaration accordée, ce samedi 1er octobre  2016 à Africanmanager, l’expert et analyste sécuritaire Fayçal Cherif a affirmé qu’«il n’ y a pas une ferme volonté politique de lutter contre le terrorisme en Tunisie, d’ailleurs le ministère des Affaires Etrangères ne possède pas un centre d’études et recherches. Une structure essentielle qui aurait pour mission de prendre connaissance de ce qui se passe en Libye et même dans les pays du Moyen-Orient. Ce centre permettrait également de faciliter les différentes tâches des unités sécuritaires déployées dans les différentes régions du pays”.

Il a, dans ce contexte, précisé que “les Etats-Unis possèdent 240 centres” et que “c’est honteux de ne pas s’inspirer de ces expériences innovatrices ».

Fayçal Cherif a également fait savoir que la Tunisie possède des spécialistes et des universitaires brillants dans les affaires de sécurité et d’analyse, mais ils sont marginalisés par les parties au pouvoir.

par -

Le directeur du bureau de communication au sein du ministère des Affaires étrangères, Naoufel Abidi, a affirmé que l’information qui a dernièrement circulé dans certains journaux, magazines et sites web, information selon laquelle des ministres du Gouvernement Essid auraient été désignés ambassadeurs à l’étranger, est une simple rumeur, et a appelé les différentes parties à puiser l’information depuis la source.

Toujours dans ce même sens, Naoufel Abidi a indiqué que, conformément à la Constitution, la désignation des ambassadeurs est une prérogative qui revient au président de la République.

par -
Le syndicat des agents du ministère des affaires étrangères a appelé

Une permanence continue des services de légalisation des documents et papiers sera assurée par le ministère des Affaires étrangères pour les citoyens et les Tunisiens résidant à l’étranger, indique, vendredi, le département des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère précise que ces permanences se dérouleront du 11 juillet au 15 août au siège du département et ce tous les lundis, mardis, mercredis et jeudis de 14h00 à 17h00, ajoute la même source.

par -

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a appelé les ressortissants tunisiens, dans un communiqué rendu public ce mercredi 29 juin 2016, à faire preuve de prudence lors de leurs déplacements en Turquie.

 On rappelle dans ce contexte qu’une attaque terroriste a été perpétrée mardi 28 juin 2016 à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, faisant jusqu’à présent 41 morts et 239 blessés.

par -
Devant le refus des autorités d'octroyer un visa légal pour le

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a affirmé vendredi que le communiqué du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur ne classe pas Hezbollah comme organisation  terroriste et n’a pas le caractère de décision contraignante.

Il a ajouté que la position de la Tunisie, pays du siège du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, participe de son souci de l’action arabe commune et s’inscrit dans le cadre de la position commune adoptée par le Conseil à l’issue de ses travaux. La Tunisie, souligne le MAE, réaffirme son attachement à l’une des constantes de sa politique étrangère de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des autres États.

Le ministère indique que l’engagement de la Tunisie  dans cette orientation n’occulte point l’important rôle joué par Hezbollah dans la libération d’une partie du territoire libanais occupé ni ses positions de soutien à la question palestinienne. La Tunisie met l’accent sur la nécessité pour ce mouvement de s’abstenir de tout ce qui est de nature à menacer la stabilité des pays de la région et leur sécurité intérieure, souligne cependant le ministère tunisien des Affaires étrangères.

par -

Selon des informations fournies par les autorités libyennes, le raid aérien mené vendredi à l’aube contre deux maisons à Sabratha, en Libye, a fait six blessés tunisiens, a indiqué le directeur de l’Information du département des Affaires étrangères, Naoufel Laabidi.

La ville de Sabratha est située à environ cent kilomètres du poste-frontalier de Ras Jedir.

Joint par l’Agence TAP, Naoufel Laabidi a précisé qu’un premier bilan fait état de 40 morts tunisiens et algériens.

Le ministère des Affaires étrangères, a-t-il ajouté, suit de près le dossier en coordination avec la représentation libyenne en Tunisie pour déterminer les circonstances du raid aérien.

D’après un diplomate occidental cité par le New York Times, la cible de ce raid était un Tunisien (Noureddine Chouchane) impliqué dans les attentats contre le Musée du Bardo, à Tunis, en mars dernier, et un hôtel de Sousse, en juin de la même année.

Originaire de Sidi Bouzid, Noureddine Chouchane est accusé d’être impliqué dans l’attentat terroriste de Sousse et les tentatives d’assassinat du député Ridha Charfeddine et un policier à Sousse.

Le ministère de l’Intérieur avait émis, en mai 2015, un avis de recherche contre Noureddine Chouchane et cinq autres individus impliqués dans des affaires de terrorisme. Selon des informations, Noureddine Chouchane aurait rejoint un groupe terroriste en Libye après sa fuite.

 

par -

Le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a reçu mardi à Tunis l’Ambassadeur d’Iran Mustapha Boroujourdi.
La rencontre a permis de passer en revue les perspectives de la coopération bilatérale et les moyens de les consolider et de les diversifier.
Les deux parties ont examiné des questions régionales et internationales d’intérêt commun.

par -

La Mutuelle d’Assurance de l’Enseignement (MAE) qui détenait directement, 995 967 actions et droits de vote représentant 4,9798% du capital de la Société Tunisienne de Réassurance (Tunis Re), a déclaré avoir franchi à la hausse, le 28 janvier 2016, le seuil de 5% du capital suite à l’acquisition en bourse de 4 100 actions et droits de vote représentant 0,0205% du capital de ladite société.
La Mutuelle d’Assurance de l’Enseignement (MAE) a déclaré que les objectifs qu’elle vise au cours des douze prochains mois sont la poursuite de l’acquisition de nouvelles actions ou de nouveaux droits de vote et la demande de sa nomination comme administrateur.

Tap

par -

Né le 5 avril 1954, le nouveau ministre des Affaires Étrangères, Khemaies Jhinaoui est un avocat titulaire d’une licence en droit public, un DESS dans la même discipline et un DEA en sciences politiques et en relations internationales.

Il a été chargé de mission auprès du cabinet du ministre des Affaires Étrangères, de 1996 jusqu’en 1998.

À la suite de la Révolution de 2011, Khemaies Jhinaoui est nommé secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi.

par -
Selon le ministère des Affaires étrangères

Selon le ministère des Affaires étrangères, la Tunisie abritera du 15 au 18 septembre prochain la 28e conférence ministérielle de la Commission économique et sociale pour l’Asie de l’ouest (ASCWA- Economic and social commission for western asia).

A noter que la Tunisie a adhéré en juillet 2012 à l’ESCWA qui compte 17 Etats arabes membres. Cette organisation régionale a pour vocation de favoriser la complémentarité et l’intégration arabes dans les divers domaines de développement.

par -
La secrétaire d'Etat roumaine aux affaires étrangères

La secrétaire d’Etat roumaine aux affaires étrangères, Carmen Burlacu, effectue les 16 et 17 juillet 2014 une visite de travail en Tunisie pour prendre part à une séance de travail élargie avec son homologue Fayçal Gouiaa.

Elle sera reçue par le président de l’Assemblée nationale constituante (ANC) et les ministres de la culture, de l’enseignement supérieur, du commerce et de l’artisanat.

Le meilleur des RS

Ancien responsable à différents postes en matière de communication, enseignant en journalisme et journaliste, Fethi Houidi est ce matin d’humeur massacrante. Beaucoup le comprendraient...

INTERVIEW

Il n’est pas le ministre des Finances, mais il en connait tous les arcanes. C’est un survivant du gouvernement «Essid» et il est l’homme...

AFRIQUE

INVESTOUR a réuni près de 30 ministres africains du tourisme pour débattre et échanger des expériences concernant le développement du secteur sur le continent....

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur tunisien Faouzi Benzarti va succéder au Marocain Hussein Ammouta à la tête du Widad Casablanca, annonce le club champion d'Afrique en titre, vendredi. Benzarti,...