Tags Posts tagged with "tourisme,"

tourisme,

par -

Le délégué régional du tourisme à Monastir Faouez Ben Halima, a annoncé dans une déclaration accordée à Mosaïque fm que le taux d’occupation dans les hôtels a atteint 100%.

Il a précisé que tous les hôtels sont ouverts, à l’exception de ceux qui font l’objet d’un suivi judiciaire.

Ben Halima a, en outre,  souligné que plus de 275 mille touristes ont choisi Monastir comme destination touristique, soit une augmentation de 14.7% par rapport à la même période de l’année dernière.

par -

Le délégué régional du tourisme à Sousse, Foued El Oued, a déclaré lundi 21 août sur les ondes de Mosaïque fm que le secteur touristique dans la région se porte mieux cette année.

Il a assuré que la ville a connu l’arrivée de 518 mille touristes depuis le début de l’année avec un retour en force des marchés classiques à savoir français, allemands et belges.

par -

La ministre du tourisme, Salma Elloumi a annoncé dans une déclaration accordée à Mosaïque fm que le nombre de touristes ayant visité la Tunisie jusqu’au 20 août courant a atteint la barre de 4.58 millions.

Elle a ajouté que  le nombre de touristes européens a augmenté de 16% contre 60 % pour les touristes algériens et ce par rapport à la même période en 2016.

Les revenus touristiques s’élèvent par ailleurs près de 1.5 milliard de dinars soit une hausse de 19% par rapport à 2016, a-t-elle affirmé.

par -

De nombreuses difficultés entravent la reprise de l’activité touristique dans le gouvernorat de Kébili, selon le rapport de la commission de l’emploi et de l’investissement présenté lors de la réunion de la délégation spéciale du conseil régional de Kébili.
Plusieurs autres activités liées au secteur du tourisme, à l’instar de l’artisanat, ont également enregistré un recul à cause de cette crise, indique le même document.
Parmi les indicateurs publiés, la baisse de la capacité d’accueil des unités hôtelières de 4316 à 3999 lits entre 2010 et 2016, la régression du nombre des arrivées touristiques de 369 830 personnes en 2010 à 72 121 en 2016 et la diminution des nuitées touristiques de 401 443 à 79 657 durant la même période.
Pour remédier à cette situation, la commission recommande l’encouragement du tourisme intérieur, la mise en place d’une stratégie de revalorisation des sites archéologiques, la création d’une structure chargée de la promotion du tourisme saharien ainsi que l’encouragement du lancement de projets touristiques dans les oasis.

par -

Air Malta reprend du service en Tunisie, et du bon pied, après 8 ans de léthargie. Un communiqué publié sur le site de la compagnie fait état d’une ruée sur les vols entre Malte et Tunis, au-delà des espérances.

A en croire le communiqué, les 3 vols par semaine ont transporté plus de 1500 passagers, à la date du 31 juillet, sachant que les navettes ont repris il y a à peine un peu plus d’un mois, le 26 juin 2017. A noter que les vols sont programmés les lundis, mercredis et jeudis.

Nous avons scruté la situation en Afrique du Nord. Puisque la conjoncture en Tunisie est revenue à la normale, nous voulons être parmi les premières compagnies à reconnecter l’Europe avec la destination“, a affirmé Paul Sies, directeur commercial de Malta Airlines.

Pour mieux bétonner son affaire, le communiqué fait la part belle aux endroits et sites historiques qui valent le détour pour les touristes en Tunisie. Air Malta invite également les Tunisiens a visiter Malte, ses superbes plages et ses boites de nuit.

Sies a déjà fait savoir il y a peu dans le magazine The Independent que la compagnie avait “déjà enregistré plus de 2000 réservations pour les semaines à venir” et que “le vol du 28 juillet était archi plein“, avant de conclure : “ça va plus vite que ce qu’on avait espéré“.

Le communiqué ouvre aussi des horizons plus larges en soulignant que cette ligne Tunisie-Malte va booster les interconnexions avec d’autres destinations européennes telles Vienne, Londres, Rome, Amsterdam, Prague, Munich, Bruxelles, Marseille, Catane, Milan et Zurich.

par -

L’Afrique a accueilli quelque 58 millions de touristes en 2016, a annoncé l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) dans son rapport annuel publié mardi, estimant que le nombre des touristes pourrait atteindre les 134 millions en 2030, relate le site L’Expression.

“Les arrivées de touristes en Afrique ont augmenté d’environ 8% en 2016, selon les données relativement limitées disponibles jusqu’à présent”, écrit l’OMT.

Le continent a accueilli 57,8 millions de touristes en 2016, soit 4,4 millions de plus qu’en 2015, selon les tableaux publiées. Cela représente 34,8 milliards de dollars de recettes touristiques, selon les estimations de l’institution des Nations Unies, dont le siège est à Madrid.

par -
Le Président de la Fédération Régionale des agences de voyage à Djerba, Hamda Abdellaoui, a déclaré sur les ondes de Mosaïque fm que la saison touristique de cette année a enregistré une amélioration par rapport à l’année dernière malgré la baisse du nombre de touristes russes de près de 50%.
Cette amélioration est due au retour des autres touristes européens comme les allemands dont le nombre a augmenté de 60% par rapport à la saison passée.

par -

Les indicateurs touristiques à Tabarka et Ain Draham, ont enregistré une nette amélioration au cours du mois de juillet par rapport à la même période de l’année dernière, a indiqué le commissaire régional au tourisme Hichem Mehouachi dans une déclaration à la TAP.

En effet, durant le mois de juillet 2017, la région a connu une hausse de 60,6% au niveau des arrivées touristiques et de 73,9% pour les nuitées touristiques.

Les algériens étaient en tête de liste des touristes qui ont visité la zone touristique, avec 7000 personnes pendant le mois écoulé.

par -

Les avoirs nets en devises de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) à la date du 3 août 2017, ont poursuivi leur baisse, pour se situer, à seulement 93 jours d’importation, soit 11904 MDT. Une situation qui ne peut être qualifiée que de catastrophique surtout que cette baisse se poursuit depuis plusieurs mois pour atteindre aujourd’hui des niveaux alarmants et jamais atteints depuis plusieurs années et ce, malgré les interventions massives de la banque centrale pour réguler le marché. Un constat qui dénote la situation catastrophique de la devise et l’incapacité de la banque centrale à maîtriser la situation et à remettre le pays sur les rails. C’est à partir de ce constat qu’on peut avouer l’urgence pour la Tunisie de relancer vigoureusement son tourisme et ses exportations afin de reconstituer son matelas de devises et s’échapper à cette situation chaotique. Ce qui aurait aussi automatiquement pour effet de réduire sensiblement le recours à l’emprunt extérieur, avec un service de la dette qui dévore le stock de devises.

Les avoirs en devises n’ont cessé toutefois, depuis le début de cette année, de dégringoler pour devenir beaucoup plus importants, comme en témoignent les derniers indicateurs de la Banque centrale arrêtés à la date du 1er août 2017 et selon lesquels les avoirs nets en devises ont atteint 11795 MDT couvrant ainsi 94 jours d’importation. Quant au billets et monnaies en circulation, ils ont atteint 11184 MDT.

À la date du 7 juillet de cette année, les avoirs nets en devises ont atteint 12.646 MDT, soit 101 jours d’importation, un chiffre qui demeure en deçà des prévisions et des attentes des acteurs économiques eu égard aux sommes colossales injectées par la Banque centrale pour réguler le marché. Le volume global de refinancement a toutefois atteint jusqu’à la date du 10 juillet de cette année 10.164 MDT.

Cette tendance à la baisse des avoirs nets en devises à la BCT a été observée depuis le début de cette année. Jusqu’à la date du 26 janvier 2017, les avoirs en devises se sont situés à 12,3 milliards de dinars, contre 13,3 milliards de dinars à la même date de l’année écoulée, soit 106 jours d’importation (contre 121 jours d’importation en janvier 2016).

Ainsi, la Tunisie se situe sur le seuil d’insécurité en termes de réserves en devises, étant donné que ce seuil est normalement fixé, selon les spécialistes, à 110 jours d’importation.

A rappeler aussi qu’à fin décembre 2016, les réserves en devises de la Tunisie couvraient 114 jours d’importations contre 127 jours à la même période en 2015.

par -

National Geographic Australie s’est penchée sur les destinations méditerranéennes phares. Barcelone, Marseille ou encore Athènes ont, incontestablement, la cote. Mais d’après le célèbre magazine, d’autres destinations ont tout ce qu’il faut – une riche histoire, un vrai legs culturel et une bonne gastronomie – pour trôner aux côtés des ténors et s’attirer ainsi un flux plus dense de touristes. Tunis est sur la liste des merveilles méditerranéennes “lésées”, selon National Geographic…

Cette dernière est allée jusqu’à comparer Carthage à Pompéi, ce qui est loin d’être dénué de bon sens ; la Médina de Tunis fait également sensation… Cette « magnifique ville nord-africaine », qui a accusé le coup suite aux attaques terroristes de 2015, relève fièrement la tête et continue d’intéresser les touristes, dit le magazine britannique. La seule représentante de la côte sud de la Méditerranée – toutes les autres villes sont italiennes ou espagnoles – mérite mieux, beaucoup mieux !

par -

A l’issue de la levée de la restriction de voyage vers la Tunisie par la Belgique, l’aéroport Enfidha-Sousse accueillera ce vendredi 31 mars et ce samedi 1er avril deux vols tranportant 360 touristes belges.

Selon les données rapportées par Mosaïque fm, les voyages sont organisés par les tours opérateurs TUI Belgique et Thomas Cook. Les touristes seront hébergés à Hammamet, Sousse, Monastir et Mahdia.

par -

La Tunisie participe au Salon international du tourisme organisé à Pékin du 29 au 31 mars 2017, considéré comme l’une des plus importantes manifestations touristiques en Chine.
Le salon consacré dans sa deuxième édition aux professionnels du secteur touristique, connaît la participation d’un grand nombre d’exposants venus de plusieurs pays (bureaux nationaux de tourisme, compagnies aériennes, agences de voyages, grands hôtels internationaux….).
Un espace important a été aménagé par l’office national du tourisme tunisien (ONTT), qui a accueilli plusieurs rencontres de travail entre plusieurs hôtels et agences de voyages tunisiens et chinois.
L’ambassadeur de Tunis à Pékin, Dhia Khaled, a pris part à la cérémonie d’ouverture du salon et a rencontré à cette occasion des représentants des agences de voyage et des médias chinois intéressés par la promotion de la destination Tunisie.
Il convient de rappeler que les autorités tunisiennes ont décidé récemment la levée du visa pour les touristes chinois, ce qui a permis de réaliser une augmentation de leur nombre au début de l’année de 400 %.

par -
La 2e édition du salon professionnel de l’hôtellerie

Le Parc des expositions du Kram abritera du 5 au 8 avril 2017 “les salons du Tourisme ” sous le signe ” la reprise du tourisme Tunisien “.
L’organisateur de l’évènement, Afif Kchouk a affirmé, lors d’une conférence de presse tenue, mercredi, qu’il s’agit de cinq salons organisés aux mêmes date et lieu, à savoir le M.I.T “Marché International du Tourisme”, “Horeca Expo” (équipements et services pour l’hôtellerie et la restauration), “Spa Expo” (thermalisme, thalasso et spa), “Boat Show” (plaisance et activités nautiques) et “Golf Show”.
Les salons du Tourisme enregistreront la participation de l’Algérie, l’Egypte, l’Indonésie, l’Afrique du sud, le Cameroun et le Congo.
100 exposants participent à ces salons, représentant diverses spécialités liées au tourisme, notamment l’hôtellerie, les loisirs, le transport, le tourisme culturel, le tourisme de santé…
Kchouk a par ailleurs, indiqué que le choix s’est porté sur le mois d’avril pour organiser ces salons, dans l’objectif de soutenir la reprise du tourisme tunisien, constatée depuis le début de l’année 2017 et à dynamiser le tourisme intérieur, à travers la promotion des programmes, produits et services touristiques.
Il est à noter que le ” M.I.T ” qui atteint cette année sa 23ème édition, est le showroom de la Tunisie touristique, visant à faire du pays, une capitale pour le tourisme maghrébin, méditerranéen et africain.

par -

Tabarka et Ain Draham connaissent depuis des années un développement notable du secteur touristique et ce, grâce à leur gros potentiel balnéaire et forestier et à l’existence d’une excellente infrastructure touristique. Pourtant cette région a été toujours marginalisée et n’a pas bénéficié d’un plan stratégique consistant visant le développement du tourisme et de l’installation de projets de loisirs et de divertissement pour attirer les touristes étrangers.

Selon le rapport du commissariat régional au Tourisme de Tabarka, pour la première fois depuis 2010, le nombre des entrées de touristes à Tabarka et Ain Draham a enregistré un record, au cours de cette année, de même que le nombre de nuitées, avec une croissance respective de 167% et 170%, par rapport à la même période de l’année 2016.

Le nombre des entrées, au cours de ces derniers mois, a atteint 27.700 contre 10.370 en janvier 2016 et le nombre de nuitées 46 mille contre 17.000.

On signale que cette région reste la destination préférée des touristes algériens, leur affluence s’explique essentiellement par les similitudes culturelles entre les deux peuples, la non-imposition du visa, les prix accessibles et la proximité des frontières.

Les points frontaliers de Melloula, à Tabarka et Babbouche, à Aïn Draham, ont connu en janvier 2017 une grande affluence de la part des touristes algériens. Le point frontalier de Melloula a enregistré l’entrée de 3 à 4 mille Algériens.

On note également qu’au cours de la période du 1er janvier au 30 novembre 2016, les entrées des Algériens à travers ce poste frontalier ont sensiblement augmenté par rapport à l’année dernière (+26%), passant de 400 mille à 530 mille touristes.

Au niveau du point frontalier de Babbouche, 100 mille Algériens sont entrés au cours de la même période, contre 68 mille l’année dernière (+49%).

Sur un autre volet, le nombre des touristes dans les hôtels de Tabarka et Aïn Draham a augmenté de 16,7% entre 2015 et 2016, à 148 mille 595 personnes.

S’agissant des nuitées, elles se sont élevées à 289 mille 47, en augmentation de 8,3%.

Généralement les Algériens aiment passer leurs vacances en Tunisie et ils continuent de le prouver !

Une ligne directe Paris-Tabarka dédiée aux golfeurs

Lors de la onzième édition du Salon du Golf, qui s’est récemment déroulé à Paris, Porte de Versailles, le directeur des ventes du Tour Opérateur Royal First Travel, Joseph Trabelsi, a indiqué à la TAP que « des vols directs seront affrétés vers Tabarka à partir de fin juin et jusqu’à mi-septembre pour bien desservir la destination et attirer les golfeurs ».

Pour sa part, la directrice des ventes à l’hôtel la Cigale Tabarka, Mouna Ben Abdeladhim, a souligné que « l’inauguration du golf de la Cigale à Tabarka est prévue le 25 mars 2017 ».

Et d’ajouter que « le golf la cigale Tabarka, qui était fermé depuis 2012 pour rénovation, s’étale sur 10 hectares et dispose d’une technicité de parcours de haut niveau et contient sept trous ».

par -

Le gouverneur de Nabeul, Mnaouer Ouerteni a assuré, mercredi 15 mars 2017, que des hommes d’affaires émiratis vont créer un centre touristique à Hammamet, sur une surface de 12 hectares, son coût est estimé à environ 500 millions de dinars.

Il a précisé à Shems fm que ce centre comportera un hôtel haut de gamme qui sera consacré aux émirs des pays du Golfe et leurs familles.

par -

Le secteur touristique en Tunisie a enregistré une amélioration notable grâce aux campagnes publicitaires et aux efforts menés par les différents intervenants de la profession.

Des statistiques dévoilées récemment par l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) relèvent que le nombre de touristes qui ont visité la Tunisie durant le mois de janvier 2017 a évolué de 10,5% par rapport à la même période en 2016. Le nombre de touristes a atteint 231,366.

Les chiffres tombent avec des indices de retour des touristes européens en Tunisie surtout les français et les britanniques.

Les chiffres assurent également que le marché maghrébin est le plus important avec 58,4%. Le nombre de touristes maghrébins a atteint à la fin du mois de janvier 182.514 (avec une augmentation de 7,9% par rapport à janvier 2016. 97.978 sont des touristes algériens et 80.696 sont des Libyens).

S’agissant des marchés traditionnels, le nombre de touristes européens a atteint durant cette même période 39. 462 (12,6% du nombre d’arrivants). Le nombre des touristes français a augmenté pour atteindre 20.250 touristes (augmentation de 29,5%).

Le tourisme intérieur a également enregistré une hausse de 4% pour un total de 5 millions de nuitées passées dans les hôtels, a relevé l’ONTT.

Les tours opérateurs mondiaux sont de retour!

Suite à l’amélioration de la situation sécuritaire et sociale, le groupe de tourisme TUI a décidé d’emboîter le pas à son concurrent Thomas Cook et reprendra ses vols à destination de la Tunisie à partir du 31 mars 2017, a-t-il annoncé dans un communiqué.

La semaine dernière, le tour opérateur Thomas Cook avait fait savoir que des voyages à destination de la Tunisie seraient à nouveau organisés à partir du mois d’avril.

Depuis l’attentat sanglant de Sousse, seule Tunisair assurait quelques vols depuis la Belgique vers la Tunisie. Après cet attentat, le ministère belge des Affaires étrangères avait émis un avis de voyage négatif pour la Tunisie. Les tours opérateurs avaient alors suspendu tous leurs voyages vers la Tunisie.

Mais la semaine dernière, la Belgique a assoupli son avis de voyage pour les villes côtières tunisiennes ainsi que pour Tunis. Dans la foulée, les voyagistes ont décidé de réintégrer la Tunisie comme destination touristique.

On rappelle qu’en 2015, la Tunisie a été frappée par trois attaques sanglantes de l’organisation djihadiste Etat islamique. Elles avaient fait un total de 72 victimes, dont deux ressortissantes belges. Tous les voyages non essentiels vers la Tunisie avaient alors été déconseillés par les Affaires étrangères.

par -

Selon des statistiques dévoilées par l’Observatoire du tourisme marocain et citées par le site Telquel, au total 10,3 millions de touristes ont visité le Maroc durant l’année 2016 soit une hausse de 1,5% par rapport à 2015.

Ce chiffre représente une hausse de 1,5% par rapport à l’année 2015. Dans le détail, si on note une baisse globale du nombre des touristes étrangers (TES) de 0,9%, on remarque que les arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont progressé de 4%.

Les arrivées de touristes espagnols, néerlandais et belges ont augmenté respectivement de 2%, 3% et 2% alors que celles en provenance du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France ont accusé des baisses respectives de 6%, 2% et 1%, précise l’Observatoire. Les marchés chinois et russes ont quant à eux progressé respectivement de 32.329 et 23.921 arrivées additionnelles par rapport à 2015, note l’Observatoire.

Par ailleurs, les nuitées totales réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés sont en hausse de 4,5% par rapport à fin 2015, sous l’effet d’une progression de 1,4% des touristes non-résidents et de 11% pour les résidents, toujours selon la même source.

par -

On aurait aimé ne pas être amenés à écrire ce genre de papier en ce moment même où commencent à se dessiner les prémices d’une possible reprise, tant les informations dont nous faisons ici état avec force photographies, pourrait battre en brèche les efforts d’au moins 3 ministères pour bien préparer la relance de tout un secteur qui fait vivre des centaines de milliers de personnes. Il s’agit de ceux de l’intérieur, du tourisme et de l’environnement. Ce n’est pourtant pas faute de les avoir alertés. Nous les avions contactés tous, depuis l’été dernier, pour le ministère de l’intérieur et il y a seulement quelques jours, pour les deux autres. Nous continuons alors notre travail de lanceurs d’alerte. D’abord contre l’inertie des premiers concernés par cette action de maintenance que sont les municipalités et l’Apal (Agence de protection et d’aménagement du littoral). Mais ensuite le ministère de l’Environnement qui renvoie automatiquement vers l’Apal sans pouvoir le faire bouger et le pousser à la réaction, et le ministère du Tourisme qui renvoie vers le ministère de l’Environnement qui renvoie lui-même vers l’APAL qui ne bouge pas. Venus constater les dégâts il y a quelques jours, des cadres de l’Apal ont estimé que «il suffira d’attendre que la mer remonte et emporte elle-même toutes les saletés».

C’est dire toute l’inertie et toute l’apathie de ces trois structures étatiques face à la question de l’entretien et de la maintenance du fonds de commerce d’un très large pan de l’économie nationale. Mais d’abord les faits :

  • La relance et son seul point fort

En effet, la relance du tourisme se confirme. Divers TO ont, soit levé, soit assoupli leurs warnings sur les voyages et donc le déplacement de leurs touristes en Tunisie. MSC Cruise, pour le maritime, recommence à desservir le port touristique de La Goulette, TUI et Thomas Cook essentiellement, pour l’aérien, ont annoncé le retour de leurs vols touristiques sur la Tunisie. Chez certaines nationalités, importantes pour le tourisme tunisien comme les Français et les Belges, ou encore les Russes, les réservations ou «Early Booking», se comptent déjà en centaines de milliers. Le président du SETO, René Chikli, a même annoncé que le Booking vers la destination Tunisie a augmenté de 40 % pour la saison 2017 par rapport à 2016. Tout cela promet donc une assez bonne saison touristique et nécessiterait par conséquent une préparation de l’essentiel des produits que vend la Tunisie à ses touristes que sont les SSB.

Pour tous ces touristes, la Tunisie vend jusqu’ici principalement une image, qui est son fonds de commerce, faite de soleil, plage et mer. Le fameux triptyque «SSB» ou «Sun, Sea & Beach». Et si le soleil est une ressource naturelle qui ne demande pas entretien, ce n’est pas le cas de la mer et de la plage. Ces deux dernières ont en effet besoin d’un entretient continu. Les villes touristiques perçoivent, de plus, au moins une partie de la taxe touristique, normalement destinée à l’entretien des plages qui constituent l’essentiel des ressources de ces villes qui ne vivent que du tourisme.

  • Des tonnes d’algues, de la bière, du vin et du plastique

En face de ces vérités, un état des lieux, plutôt désastreux des plages et de la mer. Nous prenons pour cela l’exemple de la principale région, Sousse et El Kantaoui, Mecque de la majorité des touristes algériens et russes entre autres, pour ne citer que les chiffres des deux dernières années.

Dans cette région et sa principale station balnéaire, les plages sont sales, très sales mêmes. Le sable fin que recherchent les touristes, est couvert de tonnes d’algues, de milliers de bouteilles et canettes de bière, de bouteilles de vin vides et de tonnes de plastique, comme le montrent ces photos prises il y a quelques jours par nos soins.

Des algues charriées et déposées, certes par la mer pendant la période hivernale. Mais d’autres détritus, déposés par les hommes, sans que les municipalités, celles d’Akouda et de Hammam-Sousse en particulier, ne bougent le petit doigt. L’Apal, non plus, dort du plus profond de son sommeil. On avait tenté, l’année dernière, de la réveiller par l’intervention de l’ancien ministre de l’Environnement. Il se révèlera impuissant devant le refus de bouger de l’Apal. Des riverains avaient essayé de rendre sa propreté à la plage et ont même loué des engins de levée et de transport. Ils seront empêchés par l’Apal de déplacer une seule algue, et ont même été avertis par PV du risque de déplacer les saletés qui envahissent les plages et n’ont donc pu rien entreprendre dans ce sens. Des autorités qui ne font pas, non plus même en pleine période estivale, leur devoir de propreté de ces plages par les passages périodiques et quotidiens des tamis de plages et par la mise en place de corbeilles et de poubelles de plein air sur ces plages. Des activités pourtant de leur unique ressort.

A quelques semaines de l’afflux touristique, ces plages ne sont en effet toujours pas traitées, ni par les municipalités, ni par l’Apal. Les tonnes d’algues s’entassent, couvertes par le sable transporté par le roulis des vagues et se transforment en pourritures puantes, autour desquelles s’agglutinent des millions de moustiques de plage. Ils dévalorisent ainsi le fonds de commerce de toute une région qui ne vit que par ces plages. Des plages qui ravaleront par la suite, sous l’effet du roulis des vagues, les tonnes de plastique déposées, les canettes de bière et les bouteilles de vin vides, jetés par les hordes de soulards du bord de plage dès que la nuit tombe.

Des hordes, non contrôlées par le poste de police, qui n’est pourtant qu’à quelques mètres de la plage. L’été 2016, nous avions rendu visite au district de police de Sousse. C’était peine perdue. Quelques rondes passaient, de temps en autre, jetaient un Salamalec et s’en allaient. Quelque chose changera-t-elle enfin ? Lequel des 3 ministres lèvera enfin le petit doigt pour ces kilomètres de plages enfouis sous les saletés et les détritus ? N’y aurait-il pas là crime de non-assistance à plages en danger ?

 

par -

Du nouveau sous le soleil tunisien, et peut-être du costaud et du durable cette fois, contrairement à la très lente reprise de ces derniers mois. La bonne nouvelle nous vient de la Belgique ; après une modification non négligeable des consignes de voyage de la part des autorités, la Tunisie commence à retrouver son pouvoir d’attraction. Les tours opérateurs majeurs belges n’ont pas tardé à embrayer et ressortent déjà les propositions à Tunis et dans les stations balnéaires, et ça marche ! Les journalistes de RTLinfo Arnaud Gabriel, Gaetan Delhez et Adrien Englebert, à travers un reportage, diffusé le jeudi 02 mars 2017, ont pu mesurer cet engouement pour la Tunisie qui relance un secteur sinistré depuis les attaques du Bardo, le 18 mars 2015 et de Sousse, le 26 juin 2015…

Caroline a confié ceci aux journalistes : «On y allait chaque année avant, donc on connaît très très bien la Tunisie. Je trouve que c’était des gens très très gentils, on n’a jamais eu de problèmes en vacances, on a toujours été très bien accueilli». La dynamique des réservations est tellement forte qu’en quelques jours, la Tunisie a été propulsée à la 5ème place des destinations les plus prisées pour les prochaines vacances. “Pour les vacances de Pâques, Djerba, je n’ai plus de place. On a recommencé avec un vol par semaine. On va sans doute doubler les capacités et rajouter un deuxième vol“, déclare Nicole Jennes, conseillère dans une agence de voyage.

Voilà qui n’était pas arrivé depuis l’attaque meurtrière de l’hôtel Imperial Marhaba de Sousse, où 39 personnes avaient péri, majoritairement des touristes, dont un Belge. Les autorités avaient immédiatement déconseillé à leurs ressortissants « tout voyage non essentiel » en Tunisie. Cette alerte vient d’être modifiée, le 23 février 2017, les visiteurs belges peuvent désormais débarquer à Tunis, sur l’axe côtier Mahdia-Monastir-Sousse-Hammamet-Nabeul-Tunis-Bizerte, ces zones ayant été déclarées suffisamment sécurisées. À ce sujet, Ilse a déclaré au micro de RTLinfo : “On a confiance dans les service de sécurité qui prennent quand même des mesures, font des arbitrages. Donc, une fois que les décisions sont prises, les endroits sont de nouveau sûrs“.

À part la sécurité, les plages au sable fin et les piscines somptueuses, les prix très bas pratiqués par les agences sont un puissant moteur. Certains rabais vont jusqu’à 60% parfois. Certains packs sont même commercialisés à moins de 300 euros la semaine, tout compris.

Ça bouge aussi à Paris !

Une hausse de l’ordre de 40 % a été enregistrée au niveau des réservations des voyages forfaitaires vers la Tunisie pour l’été 2017 en comparaison avec le mois de février 2016“, a déclaré, à l’agence TAP, jeudi après-midi, le président du Syndicat des entreprises du tour operating (Seto) René-Marc Chikli, à Paris.
Le président du Seto indique “qu’il y a une reprise timide du marché français sur la Tunisie“. Et de préciser : “Nous n’avons pas encore reçu un large nombre de réservations pour la Tunisie, mais elles demeurent cependant importantes car nous n’avons pas connu cette situation depuis des années“.

La décision définitive des touristes français de se rendre en Tunisie devra être prise à partir de la fin du mois de mars, voire mai, juin. “La réelle décision sera prise en mai et juin pour juillet, août ainsi que l’arrière-saison“, souligne le président du Syndicat des entreprises du tour operating.
Chikli a ajouté que la reprise du marché tunisien s’inscrit dans le cadre d’une reprise générale. “Nous sommes sur un ascendant et la Tunisie en profite “, note le président du Seto.
Et d’insister : “la Tunisie doit également profiter de la capacité limitée de ses concurrents, à l’instar des îles Canaries“.

Chikli estime que la communication et le travail de fond effectués par l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), aussi bien à Paris qu’en Tunisie, ainsi que le ministère du Tourisme et de l’Artisanat ont eu un impact positif sur le comportement du touriste français.
Le fait que la Tunisie communique sur toutes les mesures prises pour assurer la sécurité rassure les touristes“, a-t-il soutenu.

Le baromètre annuel de l’activité tour operating pour l’année 2016, rendu public le 15 décembre 2016, indique que l’activité des voyages à forfait vers la Tunisie a enregistré une baisse de l’ordre de 70,7%. Les vols secs ont également chuté de 28.8%, d’après le communiqué du Seto. Au total 65 229 clients se sont rendus en Tunisie l’année dernière.
Le président du Seto a refusé de commenter le bilan de l’année 2016. “Cela fait partie du passé et nous redémarrons pour annoncer des clients en 2017“, insiste René-Marc Chikli.
Le Syndicat des entreprises du tour operating a été fondé en 2013 par les membres de l’Association de tours opérateurs qui regroupe plus de 70 professionnels.

TAP

par -

Des professionnels en provenance d’Algérie, du Mali, d’Iran, de Chine, d’Inde et d’Indonésie sont attendus au Salon international du tourisme qui se tiendra du 15 au 19 mars 2017 à Sousse, aux côtés d’une centaine d’exposants tunisiens.

En marge du salon, un marathon est prévu, au départ des Ribats de Sousse, Monastir et Mahdia, en direction de la Foire internationale de Sousse, avec la collaboration de la Fédération tunisienne du sport pour tous et du Commissariat régional aux sports.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et suite à une opération de fouille et de ratissage, un détachement de l'Armée nationale populaire a...

SPORT