13 C
Tunisie
samedi 28 novembre 2020
Accueil Actualités Tunisie : Le MAE fait ce qu'il veut de l'argent public

Tunisie : Le MAE fait ce qu’il veut de l’argent public

Dans son dernier rapport, le HCCAF a relevé des dépassements dans la gestion des recrutements au sein du ministère des Affaires étrangères (MAE), dans la gestion des fonctions administratives et des agents recrutés par certaines missions diplomatiques tunisiennes à l’étranger, comme la non-transparence dans les critères de recrutement. Le rapport de la commission a aussi remarqué que le MAE avait refusé de remettre à la Cour des Comptes le détail des recrutements à l’étranger, pour vérifier le respect des critères propres au statut des agents diplomatiques et du respect des conditions d’accès au privilège du passeport diplomatique, ce qui a été considéré comme une transgression de la loi.

- Publicité-

Le même rapport a remarqué des irrégularités dans la distribution des privilèges financiers, de la mauvaise gestion dans les frais de mission et dans les dépenses de scolarité des enfants des ambassadeurs tunisiens, ainsi que des irrégularités commises dans les dépenses dites de souveraineté. C’est ainsi qu’un montant de 140 mille DT au titre des dépenses de l’autorité publique a été transféré dans un compte bancaire appelé «Spéciale Affaires étrangères» ouvert à la STB et ce, en violation des articles 55 et 58 du code de la comptabilité publique. Et encore une fois, le MAE a refusé de remettre l’état de ce compte à la Cour des Comptes et des justificatifs des dépenses. Pire, le rapport de la HCCAF rapporte l’existence de dépenses, non justifiées et même indument données, au titre de dédommagement d’un montant de 7,603 MDT donnés à 12 agents.

Et les dépassements continuent chez le ministère des Affaires étrangères. Ce sont ainsi des dépenses de réceptions et de cadeaux, faites sans recours à la concurrence, des dépenses qui ont été supportées par le MAE sous le titre de l’organisation du Congrès international des amis de la Syrie, du Forum de l’avenir et que les services du contrôle des finances refusent jusqu’ici d’accepter. Mais aussi des dépenses d’organisation du Forum arabo-chinois, faites avant l’obtention de l’accord du contrôleur des dépenses publiques. Des dépenses faites sans le recours à la concurrence pour l’organisation de ce Forum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,374SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles