AccueilMondeUkraine: L'UE veut renforcer les sanctions contre Moscou

Ukraine: L’UE veut renforcer les sanctions contre Moscou

L’Union européenne discute lundi d’un renforcement des sanctions contre Moscou pour son invasion de l’Ukraine, où le président Volodymyr Zelensky a limogé le chef des services de sécurité et la procureure générale en raison de soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes.

A son arrivée à la réunion à Bruxelles, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a déclaré que la reprise des exportations de céréales depuis l’Ukraine était une « question de vie ou de mort » et qu’il avait « espoir » qu’un accord soit trouvé cette semaine pour débloquer le port d’Odessa.

« La vie de (…) dizaines de milliers de personnes dépend de cet accord » en train d’être négocié entre la Russie, l’Ukraine, la Turquie et les Nations Unies, qui vise à faire sortir par la mer Noire quelque 20 millions de tonnes de céréales bloquées dans des silos ukrainiens à cause de l’offensive russe, a-t-il expliqué.

L’Union européenne entend poursuivre sa pression sur Moscou avec de nouvelles sanctions ainsi qu’un soutien financier et militaire à l’Ukraine, a annoncé Josep Borrell.

Les ministres européens des Affaires étrangères doivent se pencher sur deux propositions de la Commission européenne d’interdire les achats d’or à la Russie pour aligner les sanctions de l’UE sur celles de ses partenaires du G7, et d’inscrire de nouvelles personnalités russes sur la liste noire de l’UE.

Les mesures successives adoptées jusqu’à présent ont isolé et durement frappé économiquement la Russie, sans la faire reculer ou renoncer à son invasion lancée le 24 février.

Alors que la Russie poursuit ses bombardements sur plusieurs villes ukrainiennes, le président Zelenksy a annoncé dimanche avoir « pris la décision de relever de leurs fonctions la procureure générale » et le chef des services de sécurité (SBU) .

Les autorités ukrainiennes enquêtent sur plus de 650 cas de soupçons de trahison de responsables locaux, dont 60 dans les zones occupées par les forces russes et prorusses, a-t-il ajouté dans son adresse du soir.

« Un si grand nombre de crimes contre les fondations de la sécurité nationale et les liens établis entre des responsables ukrainiens en charge de l’application des lois et les services spéciaux russes posent des questions très sérieuses aux dirigeants concernés. Chacune de ces questions recevra une réponse », a-t-il poursuivi.

La procureure générale a notamment dirigé l’enquête sur les atrocités présumées commises au début de l’invasion par les forces russes dans la ville de Boutcha, banlieue au nord-ouest de Kiev, devenues aux yeux de l’Occident un symbole des « crimes de guerre » russes en Ukraine.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -