AccueilLa UNEVotre appartement, toujours plus cher !

Votre appartement, toujours plus cher !

Signe, comme pour la voiture, d’une réussite sociale même relative, l’achat d’un appartement ou d’une maison, est une chose importante pour le Tunisien, indicateur de statut social, et l’objectif de tout couple en Tunisie.

- Publicité-

« Durant le troisième trimestre 2020, l’indice des prix de l’immobilier (IPIM année de base 2015) a enregistré une augmentation de 6% par rapport à la même période de l’année précédente ». C’est ce qu’indiquent les chiffres de l’INS. Ce dernier n’explique pas que dans cette hausse, l’acquéreur a payé la hausse des matériaux de construction, devenus plus chers sous l’effet des hausses des coûts à l’importation. Mais aussi les coûts financiers qui ont aussi haussé sous l’effet des salaires et des banques.

Ceci est d’ailleurs confirmé par le président de la structure patronale des promoteurs immobiliers Fahmi Chaabane. Pour lui, « la hausse de l’indice général des prix de l’immobilier en Tunisie est due à la hausse des prix des matières premières, notamment importées. Le coût élevé de la main-d’œuvre, en plus du taux d’intérêt initial, s’est ajouté aux intérêts composés en raison de la récession du secteur en 2020 ».

« En calcul trimestriel du changement, l’indice des prix de l’immobilier a connu une hausse de 0,1% au 3ème trimestre 2020, contre une baisse de 6,0% au deuxième trimestre 2020. Cela est en partie dû à l’augmentation des prix des terrains résidentiels de 4 %. En revanche, le prix des appartements a baissé de 0,3% au troisième trimestre 2020 par rapport au deuxième trimestre de la même année », dit l’INS. Et les explications demeurent les mêmes.

Le communiqué de l’INS a aussi souligné que « les prix des appartements ont enregistré une augmentation de 3,7% au troisième trimestre de 2020 par rapport à la même période de l’année dernière (la moyenne enregistrée au cours des cinq dernières années 2015-2019 a été de 9,5%), les prix des logements ont augmenté de 8,3% (5,4% la moyenne pour la période 2015-2019) et le prix du foncier résidentiel a augmenté de 6,2% (6,1% la moyenne pour la période 2015-2019) ».

Chaabane a expliqué que les ventes enregistrées étaient principalement d’anciennes ventes, et que globalement, les ventes et le marketing par rapport à 2018 et 2019 étaient en baisse de 80%. Pessimiste comme un vendeur de lieux de sommeil, il prévoit  cependant « en l’absence d’un assouplissement de la crise économique et de la non baisse du taux d’intérêt direct, que la situation sera difficile et les prix augmenteront l’année prochaine ».

–      Le volume des échanges immobiliers a augmenté de 1,8 %

Bizarrement, et alors que les promoteurs se plaignent de baisses de leurs chiffres d’affaires et de méventes mêmes, l’INS affirme que « le volume des transactions immobilières a connu une augmentation de 1,8% au troisième trimestre 2020 par rapport à la même période l’an dernier (-49,2 % au deuxième trimestre de la même année) ». Mais c’est manifestement juste une hausse, signe d’une petite reprise après un long confinement. Une reprise, notamment concrétisée par une reprise des transactions en terrains résidentiels, qu’explique certainement la volonté de reconstruction des réserves foncières des promoteurs, réserves qui représentent leurs prochaines ventes. Les transactions en terrains ont d’ailleurs ainsi enregistré une augmentation de 3,4 %. Des transactions qui n’arrivaient pourtant pas à redécoller à cause de la 2ème vague du Covid. Des transactions qui enregistrent ainsi une baisse de la demande en appartements de 5,2 % et une stabilité pour les maisons où l’acheteur demande l’espace en temps de Covid.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,699FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles