Zoghlami : “Il y aura indemnisation, que vous le vouliez ou non”!...

Zoghlami : “Il y aura indemnisation, que vous le vouliez ou non”! (Vidéo)

par -

L’argent, plus précisément le Fonds de la Dignité, a mis le feu au Parlement dimanche 9 décembre 2018. Au départ il était question de plancher tranquillement sur le projet de la Loi de finances 2019, mais le débat sur l’indemnisation des victimes de la dictature, très passionné et qui clive l’opinion publique, a vite pris le dessus, et après impossible de calmer les esprits…

Le chef du bloc de Machrouû Tounes, Hassouna Nasfi, a été le premier à dégainer. Il a souligné qu’il fallait d’abord s’assurer qu’il n’y a pas un conflit d’intérêt avant de voter le texte, dans la mesure où plusieurs élus d’Ennahdha sont directement ou indirectement concernés par le Fonds de la Dignité, au titre de bénéficiaires de ces dédommagements ou d’avocats de bénéficiaires.

Cette sortie a provoqué l’ire des députés d’Ennahdha. Yamina Zoghlami a affirmé que l’indemnisation est, avant tout, la reconnaissance par l’Etat tunisien des horreurs commises par la tyrannie et la dictature, soulignant que les députés n’ont pas droit à ces dédommagements, comme le stipule la convention-cadre publiée par l’IVD. «Les dédommagements et la réhabilitation sont la moindre des choses pour les victimes. Là on discute d’une caisse vide, et puis 10 Millions de dinars ce n’est rien par rapport aux tortures, viols et autres brimades. Dans tous les cas les dédommagements seront décaissés, qu’on le veuille ou non !», a asséné Zoghlami.

Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, a tenté de se dégager de ce bourbier en affirmant qu’aucun montant n’a été fixé pour le moment et que s’il y a consensus sur cette affaire, le gouvernement n’injectera aucun sou dans ce fonds. Là c’est le grand argentier de l’Etat qui s’exprime, un argentier sans argent et qui verrait d’un très bon oeil que ces 10 MDT restent dans ses caisses. Mais c’est sans compter sur le député d’Ennahdha Samir Dilou, Yamina Zoghlami et les autres…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire