Algérie : Quand le PDG de la Sonatrach déballe, “in petto”, ses...

Algérie : Quand le PDG de la Sonatrach déballe, “in petto”, ses gros problèmes

par -

On ne sait pas comment et par qui les confidences d’Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de la très puissante Sonatrach, sont arrivées aux oreilles de Jeune Afrique, en tout cas elles sont arrivées à bon port ! Pourtant l’intéressé croyait avoir bien bétonné sa petite affaire en s’épanchant devant un petit cercle de proches, raté. On a appris que le groupe, dont il a pris les rênes En mars 2017, va mal et, pire, doute de sa capacité à honorer ses engagements…

Ould Kaddour a confié que la société publique algérienne n’a pas les moyens de satisfaire les demandes de ses clients étrangers en pétrole et gaz. La raison : la chute de la production. Des sources internes ont même indiqué que le groupe tourne, au mieux, à 85 % du quota (de 1,085 million de barils par jour) déterminé par l’Opep. Autre pépin, majeur aussi : Sonatrach approvisionne de moins en moins sa filiale Naftal, laquelle ventile des produits pétroliers sur le marché local. La conséquence immédiate est que cette unité est obligée d’importer de grosses quantités de carburant pour que les stations-services ne soient pas à sec, une situation ubuesque qui rappelle celle du Nigeria, 2ème producteur de pétrole du continent mais qui en importe quand même, pour d’autres raisons (il ne s’est doté d’une industrie de transformation du brut à la hauteur des gros besoins du pays le plus peuplé d’Afrique).

Quand on va à la pêche aux nouvelles du côté de Mustapha Guitouni, le ministre de l’Énergie, on entend des choses effrayantes. «Si l’on continue à consommer sans augmenter nos capacités de production, d’ici à 2025 la totalité de notre production sera destinée à la consommation nationale», a-t-il affirmé le 9 octobre. En d’autres termes à ce rythme, Alger devra faire une croix sur l’exportation qui rapporte encore tant, en dépit de la fonte des cours de pétrole. Reste à savoir ce que Ould Kaddour est en mesure de faire pour donner un coup de fouet à la production de la Sonatrach, qui par ailleurs a eu son lot dans les accords signés avec la Russie dernièrement…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire