L’Espagne à deux doigts de perdre son statut de “démocratie pleine” !

L’Espagne à deux doigts de perdre son statut de “démocratie pleine” !

par -

L’Espagne risque très gros pour sa gestion de la crise catalane. En effet elle a été épinglée par le rapport d’un centre de réflexion britannique très respecté et pourrait être cataloguée “démocratie imparfaite” pour avoir tenté “d’empêcher par la force le référendum illégal sur l’indépendance de la Catalogne le 1er octobre et son traitement répressif des personnalités politiques indépendantistes“, d’après l’AFP. Pourtant il y a quelques jours au Forum économique mondial de Davos, le roi Felipe VI vantait le modèle démocratique espagnol en citant justement le classement “The Economist Intelligence Unit” (EIU). Mais le fait est que la note de son pays est passée de 8,30 à 8,08.

L’Espagne a sauvé in extremis sa place dans la catégorie des “démocraties pleines“, ou figurent les nations qui ont décroché une note supérieure à 8, mais elle pourrait dès 2018 basculer dans le rang des “démocraties imparfaites” (note entre 6 et 8), avertit Joan Hoey, éditrice de la publication.

L’Espagne traverse en ce moment sa pire crise politique depuis 40 ans, en fait depuis que le pays est reconnu comme une démocratie. Le gouvernement central a été durement éprouvé par les leaders indépendantistes de la Catalogne, qui ont bravé une interdiction de la justice en organisant un référendum d’autodétermination. Il y a eu des interventions policières musclées relayées par les télés du monde entier, des actes qu’on n’a pas l’habitude de voir dans une grande démocratie. Le Premier ministre Mariano Rajoy, un conservateur, s’est toujours drapé avec le respect de la loi et de la Constitution pour justifier la main de fer, mais ça risque de lui couter cher. Ce “légalisme exacerbé pour répondre à ce qui est essentiellement une question démocratique ou pour refuser un vote démocratique” n’est “pas vraiment la marque d’un gouvernement qui chérit pour de bon la démocratie et veut l’étendre“, a déclaré Joan Hoey.

Le rapport pointe également les inculpations pour “rébellion” et “sédition” des dirigeants indépendantistes dont quatre ont été placés en détention provisoire.
À notre époque, dans une démocratie moderne, voir des élus être poursuivis pour des chefs d’accusation qui semblent pour le moins archaïques (…) ne semble pas aller dans le sens de classer l’Espagne comme démocratie pleine“, indique Joan Hoey.

A noter que l’indice se base sur cinq facteurs : “processus électoraux et pluralisme, libertés civiles, fonctionnement de l’État, participation politique, et culture politique“.
Le classement des pays, dans les catégories “démocratie pleine“, “démocratie imparfaite“, “régime hybride” ou “régime autoritaire“, est déterminé par leurs notes dans ces cinq domaines.
Enfin sachez que la Norvège est le leader mondial et la Corée du Nord bonne dernière…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire