Libye : L’ONU ne verrait pas d’un mauvais oeil le retour des...

Libye : L’ONU ne verrait pas d’un mauvais oeil le retour des kadhafistes!

par -

C’est Ghassan Salamé, le délégué spécial de l’ONU pour la Libye, qui l’a dit : «les élections, qui sont le point d’arrivée du processus, doivent être ouvertes à tout le monde (…) Cela peut inclure Saïf al-Islam [Kadhafi]» et, de fait, tous les ex-dignitaires du régime balayé par le soulèvement populaire de 2011…

Seuls les extrémistes islamistes sont hors course, ajoute Ghassan Salamé, qui formule par ailleurs le voeu de voir l’ensemble des initiatives diplomatiques “parallèles” dans cette crise entrer dans le giron de l’ONU, rapporte l’Agence Ecofin.
Ce message s’adresse certainement à la France, qui s’est dernièrement illustrée par la rencontre du 26 juillet 2017 qui avait réuni autour de la même table les deux principaux protagonistes de la scène libyenne, le maréchal Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, à la tête du gouvernement dit d’union nationale. Cette initiative en solo avait été beaucoup reprochée, par l’Union africaine (UA), au président français, Emmanuel Macron. Salamé doit penser aussi à l’UA, qui s’apprête à organiser, en partenariat avec la France, une Conférence nationale interlibyenne.

Face au casse-tête de la Libye, l’ONU a donc revu ses ambitions à la baisse et ne verrait pas d’un mauvais oeil, in fine, le retour des khadafistes. Haftar est certes l’homme fort de l’Est libyen mais cela ne suffira pas à asseoir sa légitimité sur tout le territoire, et encore moins lui faire gagner, tout seul, les élections. Même problématique du côté du camp d’al-Sarraj, incapable ne serait-ce que de sécuriser le pays. Le tabou – le retour des kadhafistes dans le jeu – sera certainement abordé lors de la rencontre de Tunis, première étape de la feuille de route de l’ONU…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire