Du rififi dans la concession

Du rififi dans la concession

par -

Lançant dernièrement une invitation presse pour un de ses évènements, le concessionnaire tunisien de la marque d’automobile française Peugeot signait cette invitation du nom d’une nouvelle société, appelée «Stafim Opel» et avec l’image de la marque française en guise de logo de la nouvelle société qui sera en charge de la nouvelle offre du concessionnaire que dirige Abderrahim Zouari.

Stafim est jusque-là un concessionnaire uni-marque. A fin avril 2019, il immatriculait 635 véhicules particuliers (En baisse de 14 % par rapport à avril 2018) et 343 véhicules utilitaires (En baisse de 41 % par rapport à la même période de 2018), loin derrière les 1.836 Isuzu, qui tient le haut du pavé.

La marque au lion était entre les mains d’un ancien membre de la famille de Zine El Abidine Ben Ali à travers la société «Azur Holding» qui avait alors forcé son propriétaire initial, la Biat, qui en avait confié la direction à Moncef Jarraya, à lui vendre ses actionnaires.

Ce n’est finalement qu’en 2013 que les 65,98 % de la Banque internationale arabe de Tunisie seront revendus au groupe El Khéchine, pour la somme de 166 MDT. Deux années auparavant, en 2011, la Stafim qui détenait 14 % de parts de marché réalisait un total bilan de plus de 119,097 MDT et un résultat net de plus de 6,770 MDT.

Il semblerait, selon nos informations, que la Stafim aurait réussi des négociations de reprise de la concession d’Opel en Tunisie, après que Peugeot la française a réussi à racheter le germano-américain Opel en mars 2017 pour 1,3 Milliard d’euros, estimant que cela lui revenait de droit.

De fait, Opel aurait décidé de rompre ses relations avec le groupe tunisien Atrous, qui en était le concessionnaire, à côté de la Chevrolet du même MGM qui avait Opel dans son portefeuille, avant mars 2017.

  • Stafim et Afrique-Auto, à couteaux tirés et en silence

Ce rachat aurait dû faire de la Stafim le concessionnaire des trois marques de Peugeot (le Groupe PSA, acronyme de Peugeot société anonyme, est un constructeur automobile français qui exploite les marques automobiles Citroën, DS Automobiles, Peugeot ainsi que Vauxhall et Opel depuis le rachat de la division européenne de l’américain General Motors en mars 2017), comme l’est en Tunisie Ennakl qui vend toutes les marques du constructeur allemand Volkswagen.

Le contrexemple, en Tunisie toujours, existe cependant bien. Du même groupe français PSA, les voitures particulières de marques Peugeot, Citroën et DS ont des concessionnaires différents. Le premier est le groupe El Khéchine et le deuxième est le groupe Loukil.

De plus, le groupe El Khéchine, qui est à la tête de la concession Peugeot, n’aurait cependant pas réussi à se faire transférer par les autorités commerciales tunisiennes la carte de concessionnaire Opel. Cela a été confirmé à Africanmanager par l’ancienne directrice du commerce, au ministère du même titre. Cela, d’autant plus qu’ils seraient nombreux les chasseurs de cartes automobiles en Tunisie qui courent cette affaire.

Ce qui complique encore plus les choses pour le groupe El Khéchine et pour l’ancien ministre du Transport Abderrahim Zouari, c’est que le groupe Atrous se serait déjà plaint au Conseil de la concurrence qui lui aurait donné raison, estimant notamment, selon nos sources, que la carte Opel donnerait accès à Stafim à une PDM de 30 % dans le marché tunisien des automobiles et le mettrait en situation de domination du marché, ce que réfute Stafim-Opel.

Ce n’est pas confirmé par Tahar Atrous, contacté par Africanmanager et qui a préféré ne pas en parler au téléphone dit-il, mais ce dernier a entamé des poursuites judiciaires pour rupture abusive de contrat. De son côté Stafim, qui préfère attendre avant de parler, comme nous l’a indiqué Abderrahim Zouari lorsque nous l’avions contacté au téléphone, aurait fait appel auprès du tribunal administratif, contre la décision du Conseil tunisien de la concurrence.

L’affaire est donc loin d’être close, sous le regard silencieux du reste du secteur en Tunisie, qui subit le jeu des reprises entre marques étrangères au niveau international. Un jeu aux lourds enjeux financiers pour les concessionnaires tunisiens.

  • Les PDM par concessionnaire

En attendant, Stafim-Opel ne vend toujours pas encore de voitures Opel. Elle n’assure que le service après-vente de la marque. Au mois d’avril 2019, l’ancienne marque de l’américain MGM ne figurait pas dans les tablettes de l’ATTT qui rend publiques chaque mois les statistiques des immatriculations automobiles en Tunisie.

Selon les chiffres ATTT du mois d’avril 2019, Afrique-Auto du groupe Al Atrous représenterait une PDM (Part De Marché) de 14,09% avec 2056 véhicules immatriculés. Avec seulement 978 véhicules immatriculés à fin avril 2019, Stafim ne représenterait qu’une PDM de 6,7 %.

En Tunisie, ils sont désormais 25 concessionnaires de véhicules automobiles de toutes les marques européennes, japonaises et chinoises. Ils se sont partagés jusqu’au mois d’avril dernier un marché de 14.587 immatriculations de véhicules neufs. Cela, sans compter les 3.588 voitures particulières du marché parallèle.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire