Exclusif : Tous les détails du Budget 2019, qui pose problème (Document)

Exclusif : Tous les détails du Budget 2019, qui pose problème (Document)

par -

Selon les prévisions du ministère des Finances révélées la semaine dernière lors d’une réunion gouvernementale et dont une copie de la projection est parvenue à Africanmanager, le Budget de l’année 2019 serait de l’ordre de 40,6 Milliards de dinars, en augmentation de 8,5% par rapport à celui de 2018.

Ainsi, le budget de 2019 va connaître une légère amélioration au niveau de sa structure par une légère augmentation des ressources propres de l’État, lesquelles vont passer de 74 à 75% en 2019 et une légère régression des ressources d’emprunt qui passeraient à 25%, contre 24% en 2018. Cette augmentation est encore plus importante par rapport au Budget 2017 dont la structure était de 70%, en ressources propres et 30%, en ressources d’emprunt.

Quant aux ressources propres de l’État, elles seraient de l’ordre de 30,5 Milliards de dinars, en augmentation de 9,8% par rapport à l’année 2018 ( 27,7 Milliards de dinars). Ces ressources propres proviendront essentiellement des ressources fiscales qui vont également connaître une augmentation assez importante de l’ordre de 10,5% par rapport à l’année dernière pour atteindre 27 Milliards de dinars, contre 24,3 Milliards de dinars dans le Budget de 2018.

Les recettes non fiscales connaîtront aussi une légère amélioration de l’ordre de 3,5 Milliards de dinars contre 3,4 Milliards de dinars l’année précédente.

Quant aux ressources d’emprunt, elles seraient de l’ordre de 10,15 Milliards de dinars, en légère augmentation par rapport à l’année 2018 où le chiffre a été de 9,7 Milliards de dinars.

Critiquant ledit budget, une source bien informée au ministère des Finances a reproché au gouvernement de ne pas insérer dans le Budget 2019 une politique d’austérité alors que cela avait été annoncé par Youssef Chahed, qui avait assuré, selon la source, que si on ne prend pas des mesures rigoureuses en 2018 on risque d’avoir un budget austère en 2019. “Le résultat est qu’on n’a pas pris en considération cette logique et qu’on est toujours dans un budget expansionniste avec un taux de croissance global de 8,5%”, a indiqué notre interlocuteur. Il a fait remarquer qu’il n’existe pas de volontarisme rigoureux pour stopper le dérapage au niveau du déficit, surtout qu’on n’a pas réalisé de chiffres très performants pour maintenir cette optique expansionniste, selon ses déclarations.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire