Jomaa contraint de répondre aux mauvais bruits sur lui

Jomaa contraint de répondre aux mauvais bruits sur lui

par -

L’ancien chef de gouvernement et candidat à la présidentielle, Mehdi Jomaa, s’est dit qu’il était peut-être temps de faire face aux mauvais bruits qui courent depuis un certain temps et de tenter de les stopper, avant qu’ils parasitent et polluent sa campagne électorale. D’abord les rumeurs autour d’un contrat de vente de sel. Le président d’Al Badil Ettounsi les balaye d’un revers de la main dans un post Facebook publié vendredi 16 août 2019 dans la soirée. Il affirme qu’aucun contrat de vente de sel n’avait été reconduit avec qui que ce soit quand il était à la tête du gouvernement en 2014. «Un article de presse fabriqué de toutes pièces avait été sorti et j’avais moi-même porté plainte contre ce média pour diffamation. Hélas l’enquête n’a toujours pas été lancée et je suis déterminé à faire éclater la vérité», a-t-il écrit.

Par ailleurs Jomaa a affirmé que son gouvernement n’a jamais paraphé un contrat de renouvellement de vente de pétrole à une entreprise française. Le seul contrat qui était sur la table est celui conclu avec une entreprise tunisienne dont l’Etat contrôle la moitié du capital et reçoit la moitié de ses bénéfices.

Autre sujet abordé par le candidat à la présidentielle : Ses prétendues liaisons avec le mouvement Ennahdha. Il soutient qu’il n’a aucune affinité avec les idées et théories des islamistes et qu’il est d’avis que l’action politique et la prédication religieuse ne peuvent pas faire ménage…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire