AccueilLa UNEJusque-là, de la mauvaise gestion caractérisée !

Jusque-là, de la mauvaise gestion caractérisée !

Cela dure depuis ladite révolution, et il est désormais impératif de le dire : Il y a mauvaise gestion, caractérisée et avalisée par l’ARP, des deniers publics en Tunisie. Nul n’ignore, en effet, que les dépenses de l’Etat proviennent en très grande partie des taxes et impôts que prélève l’Etat sur tout, les salaires, les revenus des personnes physiques et des entreprises, sur tout ce qu’on consomme et sur tous les services, ainsi que des dettes que payeront tous les Tunisiens, du plus petit au plus grand, et quelles que soient leurs situations sociales.

- Publicité-

–          Ses poches se vident …

En 2020, l’Etat tunisien avait prévu de récolter 47,227 Milliards des poches de tout le monde. A fin novembre de la même année, il en a mobilisé 40,163 Milliards DT, dont 26,485 Milliards DT,  en ressources propres, c’est-à-dire essentiellement de la fiscalité directe et indirecte, ce qui devrait représenter une pression fiscale* 25,4 %, plus que celle des Etats-Unis (24,3 %) et proche de la Suisse (27,9 %).

Sur les salaires et autres rémunérations, par exemple, l’Etat a prélevé jusqu’à fin novembre dernier, 5,211 Milliards DT, contre 4,8 Milliards DT une année auparavant, c’est-à-dire en hausse liée à l’augmentation de la masse salariale en général (17,262 Milliards DT, en hausse de presque 13 % en glissement annuel). Sur les entreprises, il a prélevé presque 2,57 Milliards DT, en baisse de 18,5 % à cause du confinement sanitaire et des mesures du Covid-19. A cause des différents mouvements sociaux (El Kamour, Douleb et autres), les taxes sur les entreprises pétrolières n’ont rapporté à l’Etat que 455,6 millions DT. A cause du Covid et du confinement aussi, qui ont laminé les courants de commerce international, l’apport financier de tous les impôts indirects (Douane, TVA, taxe de consommation et autres), ont été à la baisse (-8,2 % en glissement annuel). Ceci étant dit, les ressources propres d’un Etat Camorriste dans le sens italien et « Kamouriste » dans le sens tunisien, se tarissent. Elles ont diminué de 6,4 % à fin novembre dernier. Et pourtant ! 

…, et largesses aux fonctionnaires augmentent

Compte non tenu du remboursement de la dette, l’Etat tunisien a dépensé presque 36 Milliards DT, dont 22,356 Milliards DT en dépenses de gestion. On y  retrouve 17,262 Milliards en salaires et rémunérations, pour les seuls agents de l’Etat, y compris le gouvernement et son staff. Et encore, on pourrait même croire que la vraie masse salariale serait nettement plus importante. C’est en effet le ministère des Finances qui précise que « les allocations familiales sont reclassées de rémunération à subventions », pour donner l’impression que le gouvernement a réduit sa masse salariale, jugée l’une des plus importantes au monde par le FMI !

A eux seuls donc, les agents de l’Etat empochent 77,21 % des dépenses de gestion de l’Etat. Tout entrepreneur faisant pareil serait passible d’un procès en mauvaise gestion, et son conseil d’administration le renverrait illico presto. Mais, on le voit en Tunisie, toutes les entreprises publiques font pareil, et personne n’est renvoyé ou même sanctionné par aucune des structures de contrôle, administratif ou financier !

Le train de vie du gouvernement (Dépenses de fonctionnement courantes…logistique, maintenance, fournitures, électricité, gaz, essence etc.), a coûté plus de 1,3 Milliard DT aux contribuables jusqu’à fin novembre (1,683 Milliard DT prévus pour toute l’année 2020). Un montant, en hausse de 18,2 % par rapport à 2019, et en constante hausse depuis 2016, où il dépassait à peine le Milliard DT.  On n’oubliera pas les 3,791 Milliards DT (chiffres à fin novembre 2020), donnés en compensation, interventions sociales, budget des collectivités locales, bourses d’études, contributions pour le CNRPS, et autres.

–          Généreux en dépenses pour ses agents, et avare en investissements pour le peuple

Une bonne gestion de ce que « pique » l’Etat dans la poche de ses concitoyens, signifierait qu’une  bonne partie des revenus de cette pression fiscale est  réutilisée aux fins d’investissement dans l’infrastructure et sa maintenance, et aussi dans la création de l’emploi, l’Etat maintenant encore une large partie de l’outil de production (Steg, Sonede, mines, pétrole et une centaine d’entreprises publiques dans des secteurs, même concurrentiels, par ailleurs toutes déficitaires).

Or, en face de tout ce train de vie, quelque part fastidieux par rapport aux moyens de l’Etat, les investissements directs de l’Etat n’ont même pas représenté 2 Milliards DT (1,898 Milliards DT), dont seulement 1,238 Milliard DT en financement public. Et face aux dépenses de gestion qui augmentaient de 16,6 %, celles de développement reculaient de 6,4 % en glissement annuel

Pour ses propres richesses et plus d’emplois, l’Etat tunisien ne consacre à l’investissement que 14,3 % de toutes ses dépenses, et seulement 16,5 % du total de ses recettes.

La conclusion est que l’Etat tunisien (au sens stricto sensu de l’Administration directe de l’Administration), vit nettement au-dessus de ses capacités financières ! Un cas de mauvaise gestion caractérisée de l’argent de contribuables

On n’omettra  pas de citer les énormes sommes en euros et en dollars, notamment de l’Union européennes et de la Banque mondiale, donnés pour des projets qui n’ont toujours pas vu le jour et dont l’argent attend toujours d’être encaissé, et aussi les multiples lignes de crédits qui alimentent les liquidités des banques et qui ne sont que, très rarement et trop peu, utilisés pour les besoins déterminés, notamment en investissement. Et cela aussi, s’appelle mauvaise gestion !

* « Les recettes fiscales totales en pourcentage du PIB indiquent la part de la production d’un pays qui est prélevée par l’État sous forme d’impôts. Elles peuvent donc être considérées comme un indicateur du contrôle exercé par l’État sur les ressources produites par l’économie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,699FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles