AccueilLa UNELa ruée des investisseurs étrangers vers l’énergie renouvelable

La ruée des investisseurs étrangers vers l’énergie renouvelable

A vrai dire, la Tunisie avance à grands pas dans le domaine du développement des énergies renouvelables et envisage ainsi d’atteindre une production de l’électricité de 12% à partir des énergies renouvelables en 2020, 22% en 2022 et 30% à l’horizon 2030, conformément à la stratégie nationale en la matière.

- Publicité-

C’est dans ce contexte que le gouvernent d’union nationale a mis en place un ambitieux programme pour le mix énergétique à cause du creusement du déficit énergétique, passant de 0,6 million de tonnes en 2010, à 4,2 millions de tonnes en 2016, soit plus de 45% des besoins en énergie primaire.

Et à l’instar de nombreuses économies de la région Moyen-Orient, Afrique du Nord et Turquie, la Tunisie a confirmé qu’elle chercherait à accroître les investissements étrangers dans le secteur des énergies renouvelables, car elle envisage de renouveler son paysage énergétique au cours des prochaines années.

Bientôt 5 projets de centrales solaires photovoltaïques

Selon des données communiquées ce mardi 23 juillet 2019 par le ministère de l’Industrie et des PME à Africanmanager, des opérateurs internationaux ont exprimé leur grand intérêt pour la construction de cinq centrales solaires photovoltaïques dans les gouvernorats de Tozeur, Sidi Bouzid, Kairouan, Gafsa et Tataouine.

Il s’agit de projets en concession pour la production de 500 mégawatts d’électricité à partir des énergies renouvelables (solaire photovoltaïque PV), production prévue par la Tunisie dans le cadre de son plan solaire et sa stratégie de promotion des énergies vertes. Les tarifs de production proposés dans le cadre des offres financières recueillies varient entre 71,8 et 84,1 millimes le kilowatt/heure.

La tarification proposée par la société norvégienne Scatec, pour la réalisation de la centrale solaire PV de Tataouine, d’une capacité de 200 mégawatts, (71,8 millimes le kilowatt/heure) « est la plus basse à l’échelle africaine et parmi les meilleures tarifications à l’échelle internationale« .

Selon la même source, ces tarifications permettront de réduire les coûts de production de l’électricité à l’échelle nationale et de réduire de 5% les importations en gaz naturel.
Ces projets dont le coût s’élève à 1200 millions de dinars enteront en exploitation à partir de 2021.

A rappeler que les énergies renouvelables en Tunisie ne représentent que 3% de la production énergétique malgré le grand potentiel que cette filière présente, permettant de couvrir les besoins du pays et même d’exporter. Ce taux pourrait être renforcé pour atteindre 30% en 2030.

La transition énergétique en Tunisie demeure une nécessité impérative imposée par le changement climatique et les exigences économiques, sans compter les opportunités que l’investissement dans ce domaine procure en matière d’employabilité, à l’instar des expériences menées au Maroc et en Italie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,575SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles