AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelLa SIAP fermera, fermera pas ? L'étrange ballet du gouvernement et des...

La SIAP fermera, fermera pas ? L’étrange ballet du gouvernement et des citoyens

Le ministre de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises (PME), Slim Fériani, a souligné, samedi, que l’arrêt des deux unités encore en activité au sein de la société SIAP (Société industrielle d’acide phosphorique), à Sfax, demeure tributaire de la réponse de l’Agence nationale de protection de l’environnement (ANPE), alors que le député Chafik Ayadi eestime que « la fermeture totale de la SIAP est une décision qui doit émaner des citoyens de la région et non une décision technique« .
Répondant, lors d’une assemblée plénière de l’ARP, à une question posée par le député Chafik Ayadi et relative au maintien par le gouvernement du fonctionnement de la SIAP, malgré la décision de son arrêt et l’allocation d’investissements d’un montant de 75 millions de dinars pour des projets alternatifs, Fériani a fait savoir que « le ministère de l’industrie a établi un programme pour l’effectuation de visites de contrôle aux unités industrielles en 2018« .

Une délégation du ministère visitera la SIAP en cas de parution d’une décision de l’ANPE sur la poursuite du fonctionnement de cette société concernant la production de produits non polluants, a-t-il ajouté, faisant remarquer que le nombre des entreprises industrielles dépasse en Tunisie les 40 mille, ce qui exige un programme mettant l’accent sur les activités dangereuses.
Ayadi a soutenu que l’activité du phosphate n’est pas polluante en elle-même mais entrave l’activité économique dans la région et doit être arrêtée, soulignant que la région de Sfax a besoin du soutien de l’Etat pour la mise en place de nouveaux projets d’investissements.
Il s’est interrogé sur les causes du maintien en activité par le gouvernement de la SIAPE, dans la ville de Sfax à l’exception d’autres régions, ce qui est de nature à provoquer des discordes, selon lui.
La décision d’arrêt du fonctionnement de la SIAP « demeure du ressort des citoyens de la région de Sfax et non d’une décision venant de l’ANPE« , a-t-il précisé, qualifiant l’activité du phosphate de non productive et affirmant que la société a impacté les moyennes de croissance dans la région où l’activité économique ne doit pas être entravée par les autorités centrales.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,998SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -