Le remède de cheval tout de suite après les élections ?

Le remède de cheval tout de suite après les élections ?

par -

A l’occasion du 50ème anniversaire de la Bourse de Tunis, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a déclaré que le système législatif doit mieux s’adapter aux normes internationales afin de garantir la transparence du secteur financier tunisien.

Il a ajouté que le gouvernement travaille laborieusement dans ce sens et vise en outre à simplifier les mesures d’introduction en bourse pour les sociétés, en particulier les PME.

Le chef du gouvernement a également indiqué que l’introduction en Bourse des sociétés étatiques améliorera leur gouvernance et créera une dynamique financière importante pour le secteur.

Pour sa part, Bilel Sahnoun, directeur général de la Bourse de Tunis, a regretté le faible volume du marché. “Le volume ne représente que 25% du PIB; dans les pays émergents, le volume est aux alentours de 50%… La solution est d’introduire de grandes sociétés dans la bourse, dans le cas de la Tunisie, ce sont les sociétés de l’Etat qu’il faut introduire” a-t-il argué.

La même source a précisé que l’introduction des entreprises publiques en Bourse permettra de gagner en poids, ce qui attirera automatiquement les investisseurs; il s’agit d’une mesure bénéfique pour tous les intervenants selon lui.

Il a signalé l’absence de plusieurs secteurs importants dans le marché financier, comme celui des mines, l’énergie, les hydrocarbures, l’agriculture, le tourisme et la télécommunication, tout en indiquant que l’entrée des sociétés de télécommunication en Bourse changera la physionomie de la place financière. “Entre 40% et 50% des secteurs qui constituent la richesse nationale ne sont pas présents dans les indices de la bourse, c’est un défaut considérable” a-t-il déclaré.

Prenons l’exemple de la Régie Nationale du Tabac et des Allumettes, ce n’est qu’en Tunisie que ce type de société est encore sous le contrôle de l’état, son entrée en bourse est une opportunité pour le marché financier, pour le budget de l’Etat et pour les employés de la société pour en finir avec son management archaïque et la transformer en une société moderne” a-t-il indiqué.

Bilel Sahnoun a souligné que la volonté politique est insuffisante pour introduire les sociétés de l’Etat en bourse, et qu’il faut l’accord des syndicats pour franchir ce pas.

Le président du Conseil du Marché Financier, Salah Essayel, a confirmé ce diagnostic et a ajouté que l’introduction des société de l’Etat en Bourse élèvera la capitalisation et les offres du marché financier, et permettra également à ces sociétés de recevoir le financement nécessaire pour leur réorganisation.

Il a ajouté que l’objectif est de transformer des entreprises déficitaires et qui dépendent des subventions de l’Etat pour survivre en entreprises gagnantes et dynamiques.

Salah Essayel a confié qu’en 2020 il sera impératif de restructurer ces sociétés pour qu’elles puissent survivre, Tunisie Télécom figure parmi les sociétés qui entameront ce processus prochainement.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire