Les Milliards du Royaume-Uni, à des conditions qu’on ne peut refuser !

Les Milliards du Royaume-Uni, à des conditions qu’on ne peut refuser !

par -
Les Milliards du Royaume-Uni, à des conditions qu'on ne peut refuser !

L’UKEF (UK Export Finance), l’organisme de crédit à l’exportation vers le Royaume-Uni, a fait l’objet d’une rencontre organisée mardi 25 septembre 2018 à Tunis à l’initiative de la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique (TBCC). Relancer les activités de cette agence de crédit et faire connaître ses modalités de fonctionnement et ses domaines d’intervention, tels ont été les principaux objectifs de ce rendez-vous honoré par l’ambassadrice du Royaume-Uni en Tunisie, Louise De Sousa et Mehdi Ben Abdallah, président de la TBCC.

Mehdi Ben Abdallah s’est félicité de la tenue d’un tel événement en Tunisie permettant, selon lui, de renforcer les relations entre le Royaume-Uni et la Tunisie dans divers domaines. “Beaucoup de choses ont changé aujourd’hui et les choses bougent de manière sérieuse (…) plusieurs programmes ont été mis en place afin d’aider la Tunisie à restructurer le secteur financier et du coup soutenir les entreprises tunisiennes en leur fournissant les financements nécessaires pour monter des projets“, a-t-il dit.

Il a dans ce sens rappelé l’organisation de missions de délégations britanniques en Tunisie et que d’autres auront lieu prochainement au Royaume-Uni et ce, en collaboration avec l’Ambassade de la Tunisie au Royaume-Uni et le Cepex. Les secteurs visés sont l’agroalimentaire et l’énergie. “Nous voulons faire comprendre le mécanisme de l’UKEF, discuter les moyens et les modalités d’utilisation et comment profiter des mécanismes mis en place par la chambre“, a-t-il précisé, faisant remarquer que cette rencontre est un pas pour que les entreprises tunisiennes puissent s’engager dans ce processus d’aide à l’exportation. Il a souligné que ce qui nous manque c’est juste l’information.

L’UKEF est un programme de financement à long terme de 2 milliards de livres (près de 7 milliards de dinars) pour appuyer les entreprises tunisiennes et les aider à concrétiser leurs projets. Tous les secteurs d’activités sont concernés par ce programme qui offre également la possibilité aux très petites entreprises (TPE) de se regrouper (2 ou 3 entreprises) pour travailler sur un seul projet qui pourra bénéficier du financement accordé par l’UKEF, a indiqué le président de la TBCC.

De son côté, Vomic Shah, directeur de l’UKEF, a tenu à préciser que l’UKEF est la plus vieille agence de crédit à l’exportation au monde. Elle offre des prêts directs, de finance conformes à la Charia, de refinancement sur les marchés des capitaux ou de crédits à l’exportation classiques et intervient également dans diverses structures, notamment les partenariats public-privé et les propositions de financement de projets à recours limité. Ses garanties de crédit à l’exportation sont normalement des garanties bancaires inconditionnelles à 100% émanant directement du gouvernement de sa Majesté.

Le responsable de l’UKEF a tenu toutefois à préciser que l’agence n’a pas coopéré avec la Tunisie depuis son projet avec Tunisair, lequel remonte à plus de trois ans.

Il a renouvelé la disposition de son agence à financer des projets en Tunisie, notamment en ce qui concerne les partenariats public-privé (PPP).

UKEF a joué un rôle de pionnier dans l’innovation : Par exemple son Sukuk (obligation conforme à la charia) a été récompensé par un prix et est le tout premier à être garanti par une agence de crédit à l’exportation ; à souligner aussi sa capacité à faciliter des prêts dans plus de 40 devises étrangères, du dollar australien au Kwacha zambien.

Outre les prêts, l’UKEF peut financer les contrats à partir d’une valeur minimum de 20% portant sur des biens achetés au Royaume-Uni. En tant que ministère public et agence de crédit à l’exportation, l’UKEF offre des crédits avec des conditions de remboursement allant de 2 à 10 ans et jusqu’à 18 ans dans certains secteurs comme l’énergie, avec des emprunts fondés sur la notation souveraine du Royaume-Uni, ce qui se traduit par un taux d’intérêt plus compétitif que d’autres organismes préteurs.

Toujours pour les entreprises tunisiennes, l’UKEF peut aller en matière de financement jusqu’à 85% de la valeur du projet. Le remboursement du crédit ne commencera que lorsque le projet entrera en production.

L’UKEF offre aussi aux entreprises tunisiennes la possibilité d’accéder au financement rétrospectivement, même après le commencement de l’exécution du contrat avec un minimum requis compétitif de 20% de contenu britannique.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire