M.S. Ayari : L’eurobond aggravera notre dépendance vis-à-vis de l’étranger

M.S. Ayari : L’eurobond aggravera notre dépendance vis-à-vis de l’étranger

par -

Dans une interview accordée à Africanmanager, le conseiller fiscal Mohamed Salah Ayari a déclaré que la dernière sortie de la Tunisie sur le marché international pour obtenir un crédit de l’ordre de 500 millions d’euros, soit l’équivalent de 1650 millions de dinars (MD, confirme le besoin urgent de financement du Budget de l’Etat. “Ce crédit ne fait qu’aggraver la dépendance de la Tunisie vis-à-vis des établissements financiers étrangers, surtout que les conditions d’emprunt sont plus draconiennes que celles obtenues auprès du FMI ou de la Banque Mondiale, du fait que le taux d’intérêt a été fixé à 6,75%“, a-t-il affirmé.

Mohamed Salah Ayari a dans le même contexte indiqué que la Tunisie n’a plus le choix, elle doit impérativement limiter les dégâts et accélérer les réformes structurelles envisagées depuis belle lurette, qui concernent essentiellement la réforme fiscale dans le but de lutter contre la fraude dont le taux est estimé à 50%, la caisse de compensation pour arrêter l’hémorragie de la subvention et l’orienter vers les familles nécessiteuses, le secteur informel qui constitue un frein pour le développement économique et la restructuration de certaines entreprises publiques afin de prendre une option claire concernant leur assainissement ou leur cession définitivement.

Dans le cadre du financement du budget de l’Etat pour 2018 à hauteur de 500 millions d’euros, la Tunisie a en effet réussi à mobiliser le montant en question avec un délai de remboursement de 5 ans et un taux d’intérêt de 6,75%. Le montant global proposé par 120 entreprises financières s’est élevé à 1250 millions d’euros.

Sur le projet de la loi de finances pour l’année 2019, actuellement dans les mains de l’ARP, le conseiller fiscal a assuré que ce texte ne peut pas être considéré comme une loi de relance. Il explique cela par le fait que le document ne comprend pas des mesures se rapportant notamment à l’encouragement de l’investissement, à l’exception de quelques avantages limités dans le temps, l’institution des conditions permettant l’amélioration de l’épargne et la lutte contre le secteur informel qui aggrave la concurrence déloyale par rapport au secteur organisé.

Ce projet de loi ne contient pas également des mesures portant sur l’arrêt de l’hémorragie du déficit commercial, qui n’a cessé de s’amplifier au fil des années pour atteindre le montant 16.000 MD et l’atténuation de l’aggravation de l’endettement extérieur qui tourne autour de 71% du PIB, a encore expliqué le conseiller fiscal.

Rappelons à ce propos que le projet de la loi de finances pour l’exercice 2019, adopté le 10 octobre 2018 par le Conseil des ministres et soumis à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), s’inscrit dans le cadre de la révision du taux d’imposition sur les sociétés pour poursuivre l’appui à la compétitivité des entreprises opérant dans le pays et préserver le site Tunisie en tant que destination attractive pour les investisseurs.
Il s’agit, également, d’accorder la priorité aux secteurs à forte valeur ajoutée en réduisant le taux d’imposition sur les sociétés pour se situer à 13,5%.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire