Tags Posts tagged with "bei"

bei

par -

Les travaux du Forum économique africain seront ouverts, mardi 24 avril 2018 à Tunis, jusqu’au mercredi 25 avril 2018, avec la participation de 38 Etats africains, 140 personnalités africaines de haut niveau relevant des secteurs public et privé, dont des ministres, conseillers spéciaux auprès de chefs d’Etat et des dirigeants d’institutions financières (BADEA, la BAD, l’ITFC la BEI, l’AFD…), ainsi que des présidents de grands groupes privés.

800 participants sont attendus à ce forum, au cours duquel des rencontres B to B ainsi que des ateliers sectoriels seront organisés sur les thématiques “Construire en Afrique : un marché en expansion”, “Les Tics pour un développement durable en Afrique”, “La santé, vers de nouveaux modèles”, “L’enseignement universitaire et l’employabilité” et “L’Agrobusiness”.

D’après le commissaire général du forum, Radhi Meddeb, “cette rencontre Afrique-Afrique vise à renforcer les fondements du partenariat tuniso-africain, de créer des richesses ensemble ainsi que des opportunités d’emploi et d’investissement“.

Meddeb, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue lundi à Tunis, estime que la Tunisie va récupérer sa place sur le marché africain, dont les perspectives sont prometteuses, malgré les difficultés d’accès à ce marché et son coût élevé.

Bien que nous soyons africains, maghrébins méditerranéens et euro-méditerranéens, nous n’avons pas contribué suffisamment à la construction des ensembles régionaux africains, dont le Marché commun pour l’Afrique orientale et australe (COMESA) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui sont générateurs de croissance en Afrique“, a regretté Radhi Meddeb.
Selon lui, “un des objectifs de ce forum est d’annoncer que la Tunisie intègre la COMESA, qu’elle est en discussion avec la CEDEAO et qu’elle a signé à Kigali, récemment, les accords pour la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC)“.

Il s’agit également de montrer aux opérateurs tunisiens que l’Afrique n’est ni difficile ni lointaine et que les gisements de croissance dans ce continent sont énormes. Aujourd’hui, nous ramenons aux Tunisiens l’Afrique en Tunisie, tout en souhaitant que cela leur donne l’envie d’aller vers l’Afrique au départ de la Tunisie et de ne pas aller uniquement pour exporter mais pour créer aussi des relations solidaires et durables“, a encore déclaré le commissaire du Forum.

Hichem Ben Ahmed, secrétaire d ‘Etat chargé du Commerce extérieur a, pour sa part souligné, que la coopération entre la Tunisie et les pays africains s’inscrit dans une approche gagnant-gagnant, visant à développer les échanges entre eux. Il a mis l’accent sur le rôle de l’Etat dans la mise en place des législations appropriées pour faciliter la tâche d’intégration au secteur privé.

D’après ses dires, le forum sera une occasion pour renforcer le partenariat entre le public et le privé, examiner les problèmes auxquels fait face le privé, dans l’objectif d’identifier, ultérieurement, les solutions adéquates.

Un volet éducation sera débattu durant ce forum à travers l’intervention de représentants de l’Université du groupe Honoris, présente en Tunisie, au Maroc, en Côte d’Ivoire et en Afrique de Sud et qui ambitionne d’atteindre 100 mille étudiants sur le continent africain.

Des représentants des groupes algériens Cevital (industrie agroalimentaire) et Condor (domaine électroménagers et électroniques) et aussi des groupes tunisiens actifs en Afrique, la Soroubat (bâtiment) et Comete engineering, seront présents à ce forum, organisé conjointement par le ministère du Commerce, la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC).

TAP

par -

Ce jour, la Banque européenne d’investissement (BEI) – la banque de l’UE – et le Fonds monétaire international (FMI) ont signé une lettre d’entente portant sur la mise en commun de leur savoir-faire et de leur expérience en vue de promouvoir le développement économique durable, la stabilité financière et la croissance inclusive en Afrique. La BEI contribuera à hauteur de 3 millions d’EUR aux institutions économiques du FMI, à savoir les Centres régionaux africains d’assistance technique (Afritac) et le Fonds pour la stabilité du secteur financier (FSSF), et lancera, en coopération avec le FMI, une nouvelle formation en ligne sur l’intermédiation et l’inclusion financières. Outre sa contribution financière, la BEI fournira des orientations aux Afritac et au FSSF en siégeant au sein de leurs organes directeurs.

Lors de la signature de la lettre en marge des réunions de printemps du FMI et du Groupe de la Banque mondiale à Washington, les deux institutions étaient représentées par Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et Werner Hoyer, président de la BEI.

« Notre accord montre de manière concrète comment les institutions financières internationales et les banques de développement multilatérales peuvent collaborer – et le font – pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable et maximiser l’impact de notre savoir-faire et de notre expérience. Il est extrêmement important de créer des synergies et de veiller à ce que l’aide au développement que nous apportons soit aussi efficace que possible. Ce partenariat nous permettra de donner des moyens d’agir à des acteurs clés du développement en Afrique, à savoir les micro, petites et moyennes entreprises, les jeunes hommes et femmes entrepreneurs, ainsi que les intermédiaires financiers à même de soutenir leur inclusion financière et de les aider à exploiter leur potentiel », a déclaré Werner Hoyer, président de la BEI.

Christine Lagarde, directrice générale du FMI, s’est exprimée en ces termes : « L’existence d’institutions économiques et financières solides est essentielle au développement. Notre partenariat avec la BEI soutiendra les efforts continus que le FMI déploie pour renforcer les institutions en Afrique au moyen de programmes d’assistance technique et de formation, en mettant particulièrement l’accent sur la stabilité du secteur financier et son caractère inclusif. Il permettra également de rapprocher la communauté internationale de la réalisation de ses engagements au titre de l’initiative « Compact with Africa » du G20. »

Dans le cadre de ce partenariat, la BEI et le FMI conçoivent une formation en ligne qui visera à donner aux agents d’État les outils qui leur permettront d’obtenir des résultats en matière d’inclusion et de stabilité financières. Elle s’adressera en premier lieu aux autorités réglementaires du secteur public et aux acteurs de terrain du secteur privé en Afrique subsaharienne. Les participants pourront aussi être de jeunes professionnels, des membres du personnel d’institutions financières et de banques locales, des représentants de ministères des finances, d’organismes de réglementation et de banques centrales.

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, mardi 10 avril 2018 en plénière, un projet d’accord de crédit avec la Banque européenne d’investissement (BEI) d’une valeur de 166 millions d’euros (481 millions de dinars) destiné au financement du premier tronçon de l’autoroute du centre reliant Sbikha (Kairouan) à Jelma (Sidi Bouzid) sur une longueur de 99 kilomètres (km).

Le crédit sera remboursé sur 30 ans, dont 4 années de grâce et un taux d’intérêt variable.

Le tronçon objet du projet fait partie de l’autoroute du centre dont le réseau couvrira 186 km, moyennant une enveloppe de 1423 millions de dinars (MD) dont 402 MD mobilisés par le FADES (Fonds arabe pour le développement économique et social) pour la réalisation de 87 km de l’autoroute (le tronçon reliant Tunis à Sbikha) et 481 MD accordés par la BEI (99 km reliant Sbikha à Jelma), outre 540 MD provenant du budget de l’Etat.

Les députés ont mis l’accent sur l’importance d’élargir le réseau autoroutier afin de relier les régions côtières et les gouvernorats du centre à Tunis, appelant à garantir le démarrage des travaux dans les délais fixés et à régler tous les problèmes fonciers liés à ce projet.

Dans ce contexte, la députée Souad Zaouali a recommandé la concrétisation de la loi relative à l’expropriation des terres pour l’intérêt public afin de régler les problèmes en rapport avec les terres appartenant aux privés.

Le député Mohamed Ramzi Khamis a, pour sa part, appelé à renforcer le contrôle et la gouvernance en vue de réaliser les projets dans les délais programmés. Pour la députée Meherzia Laabidi, le ministère est appelé à assurer la bonne réalisation des projets d’autoroutes à la lumière des lacunes enregistrées au niveau de la qualité des routes déjà réalisées.

par -

Faute de quorum, le Président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mohamed Ennaceur, a décidé de reporter la séance plénière programmée lundi à 9 h pour l’examen d’un certain nombre de projets de lois relatifs à des accords de crédits et de financements.

Au programme de cette séance figure notamment l’examen du projet de loi relatif à un contrat de financement signé entre la Tunisie et la Banque Européenne d’Investissement (BEI), le 14 décembre 2017, pour contribuer au financement de l’autoroute du Centre, le projet de loi sur l’approbation de l’accord de crédit conclu entre la Tunisie et la Banque Islamique de Développement (BID), le 15 octobre 2017, en vue de participer au financement du projet de réalisation des barrages Saida et Kalâa Kebira.

Il s’agit, également, d’un projet de loi paraphé entre la Tunisie et la Banque Africaine de Développement (BAD) pour concourir au financement du projet de valorisation des périmètres irrigués et un projet de loi relatif à un accord de crédit signé entre la Tunisie et l’Agence Française de Développement (AFD) pour l’Impulsion de l’investissement et la modernisation des exploitations agricoles.

par -

La Société du Tramway de Rabat Salé (STRS) et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont annoncé aujourd’hui la signature d’une convention de prêt d’un montant de 40 Millions d’euros, destiné au financement du projet d’extension de la deuxième ligne du tramway de Rabat Salé. L’accord de ce prêt, bénéficiant de la garantie de l’Etat marocain, a été signé par Madame Flavia Palanza, Directeur des opérations dans le voisinage au sein de la Banque Européenne d’Investissement, et Monsieur Saïd Zarrou, Président Directeur Général de la Société du Tramway de Rabat-Salé (STRS) et Directeur Général de l’Agence pour l’Aménagement de la Vallée du Bouregreg.

Ce financement porte sur les travaux d’extension de la ligne 2 du réseau du tramway de Rabat Salé, sur une longueur d’environ 7 km comprenant 12 stations répartis à hauteur de 4 arrêts à Rabat et 8 arrêts à Salé. Il inclut également le co-financement de l’acquisition du matériel roulant nécessaire à l’exploitation future du réseau, soit 11 rames en composition double.

Ce projet d’extension du réseau du Tramway s’inscrit dans le cadre du Schéma Directeur du Transport et de Circulation de l’Agglomération de Rabat-Salé-Témara promouvant une mobilité urbaine, durable, écologique et efficiente au service des citoyens de la Métropole.

En renforçant l’attractivité du réseau du tramway sur la ligne 2, le projet anticipe un accroissement de la fréquentation de ladite ligne de l’ordre de 35% induisant par là même une réduction du trafic routier d’environ 10.000 voitures par jour. Ce report modal devrait générer une économie d’environ 4.500 tonnes de CO2 par an contribuant à faire de Rabat-Salé une ville moins émettrice de gaz à effet de serre en ligne avec les engagements du Royaume du Maroc dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat.

L’insertion du projet au cœur de l’agglomération permettra en outre d’améliorer l’environnement urbain, de limiter les nuisances et d’offrir un haut niveau de service à ses usagers.

Il est à rappeler que le réseau actuel du Tramway de Rabat Salé comprend deux lignes d’une longueur totale de 20 Km répartis sur 31 stations. Depuis sa mise en service ce réseau prioritaire a enregistré une fréquentation totale de 197 millions de voyageurs et transporte quotidiennement plus de 110.000 usagers.

par -

Ce lundi 5 mars 2018, la Banque européenne d’investissement (BEI) et Attijariwafa Bank annoncent la signature d’une ligne de crédit de 100 millions d’euros pour renforcer le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises de taille intermédiaires (ETI)  marocaines. La cérémonie de signature s’est déroulée à Casablanca en présence de M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général du groupe Attijariwafa bank et de Mme Flavia Palanza, Directeur des Opérations de Prêt dans les Pays du Voisinage à la BEI.

Cette nouvelle ligne de crédit octroyée à des conditions favorables grâce à la notation triple A de la BEI permettra à Attijariwafa Bank de renforcer sa capacité d’intervention en faveur des entreprises marocaines, qu’elles soient petites, moyennes ou intermédiaires, facilitant ainsi l’accès de ces dernières à un financement attractif et adapté à leurs besoins, notamment via des maturités plus longues de prêt. Une attention particulière sera portée au secteur industriel notamment manufacturier et aux services, ainsi qu’à l’impact social de la nouvelle ligne de crédit qui devrait soutenir environs 3 500 emplois.

A cette occasion, M. Mohamed EL KETTANI, Président Directeur Général du groupe Attijariwafa bank a déclaré : « Notre satisfaction est grande quant à la signature de cette nouvelle ligne de 100 millions d’euros avec la BEI et ce, pour plusieurs raisons. En premier lieu, je tiens à souligner la convergence de nos visions en matière de soutien et d’accompagnement des entreprises, qu’elles soient très petites, petites, moyennes ou de taille intermédiaire. A cet égard, cette ligne vient élargir le spectre de nos engagements déjà pris en direction des PME et des ETI ; cœur battant de l’économie marocaine. En second lieu, il faut retenir l’orientation à fort impact social qui sera donnée à l’utilisation de cette ligne et ce, par le financement de projets industriels et de services qui contribueront à créer des emplois notamment pour nos jeunes. Enfin, j’ai l’intime conviction que cette ligne répondra aux besoins de financement d’activités offshore orientées à l’export comme l’écosystème automobile. »  

Pour sa part, Mme Flavia PALANZA, Directeur des Opérations de Prêt dans les Pays du Voisinage à la BEI, a affirmé : « C’est un financement important pour l’économie marocaine. Les entreprises sont un vecteur de croissance et d’emploi, c’est pourquoi il est de notre responsabilité de créer des conditions optimales de financement et d’accès au crédit. Avec cette nouvelle ligne de crédit avec Attijariwafa Bank, nous contribuons au dynamisme et à la compétitivité de l’économie marocaine. Nous offrons des perspectives d’emploi aux jeunes. »

En tant qu’un des principaux bailleurs de fond de la région, la BEI a consacré 1,9 milliard d’euros d’investissements en 2017, dont un quart de ces nouveaux financements à l’appui de projets concrets dans les secteurs clefs de l’économie marocaine tels que le soutien aux entreprises et au secteur de l’innovation, l’énergie, l’industrie, les transports, l’eau et l’assainissement, l’éducation, la santé ou encore le logement social.

De son côté, le groupe Attijariwafa bank consolide, à travers ce nouvel instrument de financement, sa position de premier financeur de l’économie marocaine et des TPME/ETI en particulier.

par -

 Le Conseil des ministres réuni jeudi soir au palais du gouvernement à la Kasbah, sous la présidence du chef du gouvernement Youssef Chahed a examiné plusieurs projets de loi et décrets gouvernementaux.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, relayé par la TAP, le Conseil des ministres a passé en revue la situation économique et sociale du pays.

 Le Conseil a adopté trois projets de loi portant approbation d’un :

-Contrat de financement conclu entre la Tunisie et la Banque Africaine d’Investissement à titre de contribution au financement du projet du Réseau ferroviaire II;

-Accord de crédit conclu entre la Tunisie et l’Institut allemand de crédit pour la reconstruction (KfW) à titre de contribution au financement du Réseau ferroviaire II;

-Contrat de garantie conclu entre la Tunisie et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) relatif à une ligne de crédit octroyée à la Banque de l’habitat pour le financement des projets des micro-entreprises, des petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises environnement.

Le Conseil des ministres a également adopté six décrets gouvernementaux portant :
-Nomination de deux membres au conseil de la Bourse de Tunis,

-Nomination des membres du Comité de contrôle du Fonds de garantie des dépôts bancaires,
-Nomination des délégations spéciales dans les gouvernorats de Siliana, Monastir, Gafsa et la Manouba,
-Création du Conseil supérieur de l’exportation et fixation de ses attributions, sa composition et ses modalités de gestion,

-Fixation du champ et des conditions d’intervention de la direction des moyennes entreprises relevant de la direction générale des impôts,

-Fixant la composition, les attributions et le fonctionnement du conseil national de l’aéronautique civile.

Selon le communiqué, le Conseil des ministres a également passé en revue l’avancement dans l’exécution des décisions annoncées en faveur de Médenine. Il a été décidé d’inscrire à l’ordre du jour des réunions des Conseils des ministres, l’examen et le suivi de la mise en œuvre des décisions et des programmes de développement annoncés en faveur de plusieurs régions du pays.

Le Conseil des ministres a examiné en outre la stratégie d’action du ministère du Transport et les projets en matière d’infrastructure.

 Le Conseil a pris connaissance des rapports des commissions ministérielles économique et sociale sur le dossier de l’emploi et les mécanismes permettant de trouver des solutions en particulier pour les diplômés du supérieur.

par -

Ulrich H. Brunnhuber, le chef de la représentation diplomatique de la Banque européenne de l’investissement (BEI) en Tunisie a indiqué, dans une déclaration à Africanmanager, que les encours actifs de la banque en Tunisie ont atteint à ce jour 4,4 milliards d’euros, soit près de 12% du PIB tunisien, partant de la micro-finance et du financement aux PME jusqu’au financement des grands projets dans divers secteurs d’activités, à savoir l’infrastructure, les routes et l’électricité.

Ulrich H. Brunnhuber a, dans le même contexte, indiqué que la BEI a pris un engagement avec le gouvernement tunisien pour investir 2,5 milliards d’euros en Tunisie et ce, entre les années 2016 et 2020, et faire en sorte de dégager près de 500 Millions d’euros chaque année.

Par ailleurs, depuis le démarrage de ses activités en Tunisie, la BEI a investi près de 7 Milliards d’euros sous forme de financement de projets.

par -

Confiant en le potentiel de croissance et des gisements de productivité que représente le site tunisien, la Banque européenne de l’investissement (BEI) reconfirme de nouveau son engagement à soutenir la Tunisie dans cette période de transition démocratique. Pour l’année prochaine, dans laquelle on va basculer dans quelques, la BEI a déjà mobilisé 500 Millions d’euros au titre d’investissements en Tunisie. ” Nous sommes en train de concrétiser l’engagement qu’on a pris lors de la conférence Internationale pour l’investissement “Tunisia 2020”, qui a eu lieu l’année dernière, à Tunis“, a indiqué Ulrich H. Brunnhuber, chef de la représentation diplomatique de la BEI en Tunisie dans une interview accordée à Africanmanager. “On est en train de concrétiser les promesses qu’on avait faites lors de Tunisia 2020 “, a-t-il soutenu.

Il a fait par ailleurs fait remarquer que durant cette rencontre, la BEI a pris un engagement avec le gouvernement tunisien pour investir 2,5 milliards d’euros en Tunisie et ce, entre les années 2016 et 2020, et faire en sorte de dégager près de 500 Millions d’euros chaque année jusqu’à l’achèvement de ce plan d’investissement. Pour l’année 2018, la BEI devrait investir, comme déjà convenu, 500 Millions d’euros en Tunisie. “C’est déjà l’objectif que nous souhaitons atteindre durant cette année“, a-t-il ajouté.

Vos priorités sont les nôtres… Notre mandat est de soutenir la Tunisie, de vous suivre, de bien vous écouter et de voir après où on peut aller et quel sera votre planning que nous devons suivre, analyser pour pouvoir par la suite soutenir“, a indiqué le chef de la représentation diplomatique de la BEI en Tunisie, faisant remarquer à ce propos que la BEI est le premier bailleur de fonds en Tunisie. “Notre partenariat avec la Tunisie est solide et les relations de confiance et de connaissance mutuelle remontent déjà à près de 40 ans“, a-t-il dit.

Évoquant les chiffres, le responsable de la BEI a tenu à préciser qu’aujourd’hui, les encours actifs de la banque en Tunisie ont atteint 4,4 milliards d’euros, soit près de 12% du PIB tunisien, partant de la micro-finance et du financement aux PME jusqu’au financement des grands projets dans divers secteurs d’activités, à savoir l’infrastructure, les routes et l’électricité. En effet, depuis le démarrage de ses activités en Tunisie, la BEI a investi près de 7 Milliards d’euros.

S’agissant de l’ensemble des projets qui ont été soutenus par la BEI durant l’année 2017, Ulrich H. Brunnhuber a fait noter la signature avec la Banque de l’Habitat d’un accord de crédit d’un montant de 120 millions d’euros qui lui permettra de renforcer son financement aux PME et un autre contrat avec la SNCFT pour étoffer le parc du matériel roulant du projet du Réseau ferroviaire rapide ( RFR). Ajoutons à cela la signature de plusieurs autres conventions dans le secteur privé pour principalement soutenir la culture mécatronique et son développement en Tunisie et le financement du projet de l’autoroute du centre Sbikha/Jelma pour une valeur estimée à 166 Millions d’euros (482 Millions de dinars) conclu jeudi dernier, avec le ministère de la Coopération internationale.

Sur les prochains projets de la BEI en Tunisie, le chef de la représentation diplomatique en Tunisie a déclaré que le fonds va poursuivre ses efforts en matière de soutien à l’infrastructure et développement des régions de l’intérieur pour qu’elles puissent contribuer à la transition économique et sociale du pays. ” Pour les années prochaines, nous allons continuer dans ce sens là et aider le gouvernement tunisien à monter et achever les projets qu’il considère prioritaires tout en se basant sur son plan quinquennal”, a précisé le responsable de a BEI, avant d’ajouter : “Nous sommes en train de travailler et en plein espoir que l’année prochaine s’annonce aussi importante pour la Tunisie en termes de soutien aux projets“, a-t-il confié à Africanmanager.

par -

Un accord de financement d’une valeur estimée à 166 Millions d’euros (482 Millions de dinars) pour soutenir le projet de l’autoroute du centre Sbikha/Jelma a été conclu, ce jeudi 14 décembre 2017, entre la Banque Européenne de l’Investissement (BEI) et le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale. Ont procédé à la signature de ce contrat Zied Laâdhari et Ulrich H. Brunnhuber, chef de la représentation diplomatique de la BEI en Tunisie et en la présence du ministre de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui et Sophie Vanhaeverbeke, chef de la coopération de l’Union européenne en Tunisie.

Le projet porte sur la construction d’un axe routier de deux voies reliant les villes de Sbikha et Jelma sur 99 Km. Il s’agit plutôt de la deuxième tranche d’un projet d’autoroute Tunis/Jelma s’étalant dans sa globalité sur 186 Km et nécessitant des investissements de l’ordre de 1423 Millions de dinars. Ce projet vise en effet à développer le secteur du transport public, renforcer le réseau des autoroutes, relancer l’investissement et créer un dynamisme économique dans les régions de l’intérieur.

Ulrich H. Brunnhuber s’est lors de cette rencontre réjoui de la signature de ce contrat qui dénote, selon lui, de la confiance qu’accorde la BEI à la Tunisie et de son engagement à accompagner la transition et le développement économique dans le pays. ” C’est un financement d’envergure qui reflète notre forte mobilisation en faveur de la Tunisie et des Tunisiens conformément à notre engagement lors de la conférence “Tunisia 2020″… Je suis d’autant plus qu’heureux de signer ce nouveau financement avec la Tunisie avec qui nous sommes liés par un partenariat de confiance et de grande qualité“, a-t-il dit.

Il a fait par ailleurs remarquer que ce projet, qui a été soutenu par la BEI depuis 2011, aura un impact réel sur le quotidien des habitants de ces gouvernorats en termes notamment de transport et de qualité de vie. De plus, il permettra, selon lui, la création de 140 emplois directs et près de 10 mille emplois indirects durant la période du chantier.

Le soutien de la BEI à ce projet date en effet de l’année 2011, avec des dons de 4,7 millions d’euros de l’UE et ses États membres, tout en finançant des études préparatoires (techniques, économiques, environnementales et sociales) nécessaires au démarrage des travaux relatifs à ce projet routier. En effet, la BEI s’est engagée, en novembre 2016, à soutenir à hauteur de 2,5 Milliards d’euros d’ici 2020 la Tunisie dans la mise en oeuvre de ses programmes prioritaires de développement. Pour le secteur immobilier, la BEI a appuyé 11 projets pour 2,5 Milliards de dinars.

Les travaux avant la fin de 2018

De son côté, le ministre de l’Équipement a tenu à préciser que la BEI a accompagné son ministère, depuis l’année 2011, dans toutes les étapes, depuis les études préliminaires jusqu’à l’établissement des dossiers d’appel d’offres relatifs à la réalisation du projet de l’autoroute du centre.

Deux bailleurs de fonds vont participer au financement du tronçon prioritaire entre Tunis et Jelma : le Fonds Arabe de Développement Économique et Social (FADES) pour la section liant Tunis à Sbikha, de 87 Km de long et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour la section liant Sbikha à Jelma, de 99 Km de long. Ce dernier est composé de 4 lots de travaux comprenant 5 échangeurs , 5 grands ouvrages hydrauliques, 38 passages supérieurs et inférieurs ,130 ouvrages hydrauliques et 2 aires de repos. Les travaux du tronçon prioritaire Tunis-Jelma vont commencer à la fin de l’année 2018 sur une durée de 3 ans.

Un symbole important et des avantages

De son côté, Zied Laâdhari a fait savoir que ce financement est un grand message de la part de nos amis européens, notamment dans cette période où la Tunisie se prépare à fêter l’anniversaire de sa Révolution. C’est aussi, selon lui, un message très fort de confiance et de la détermination de l’Europe à renforcer encore davantage la coopération entre les deux pays.

Il a indiqué que ce projet va renforcer l’infrastructure dans les régions de l’intérieur et renforcer le tissu productif du développement économique : ” sans infrastructure, on ne peut pas monter des projets productifs“, a-t-il précisé.

Selon ses déclarations, ce crédit sera remboursable sur 30 ans, avec 4 années de grâce. Les fonds relatifs à ce projet seront disponibles à partir de la date de signature de l’accord en question.

par -

La Banque européenne d’investissement (BEI) va muscler le Groupe One Tech à travers un financement de 21 millions d’EUR, rapporte Zone Bourse ce lundi 11 décembre 2017. La cagnotte sera affectée à l’extension et la modernisation des unités de production de l’entreprise tunisienne qui s’active dans les secteurs du Câble et de la Mécatronique. Il est aussi question d’injecter des sous dans la recherche-développement et l’innovation. Ce programme est à même de générer plus de 720 emplois directs permanents dans le pays.

A noter que ce soutien entre, partiellement, dans le cadre du Programme H2020/InnovFin, un pactole dédié aux entreprises innovantes, cofinancé par la Commission Européenne et dont la Tunisie est la seule à bénéficier au Maghreb

Román Escolano, vice-président de la BEI, a indiqué ceci : «Ce financement est emblématique : il souligne l’engagement de la banque de l’Union européenne en faveur des entreprises du secteur privé s’inscrivant dans l’excellence industrielle et créatrices d’emploi notamment auprès des jeunes. Notre institution a pour mission de créer les conditions optimales au financement de technologies toujours plus innovantes, essentielles à l’économie et à la compétitivité. A ce titre, la BEI est fière d’accompagner les entreprises tunisiennes dans leur croissance».

par -

Ce 8 décembre 2017, la Banque européenne d’investissement (BEI) et AGC Automotive Induver Morocco ont annoncé la signature d’un contrat de financement de 56 millions d’euros pour la construction d’une nouvelle usine de vitrage automobile en présence de Roman Esclano, Vice-Président de la Banque européenne d’investissement (BEI) , d’Hakim Abdelmoumen, Administrateur d’AGC Automotive Induver Morocco et Président de l’AMICA (Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile) et de Gauthier Delmarre, Directeur d’AGC Automotive Induver Morocco.

Le projet porte sur la construction d’une usine de vitrages automobiles trempés et feuilletés située à Kenitra. L’usine produira des systèmes complets de pare-brise, de vitres latérales et de lunettes arrière pour voitures et véhicules légers. La capacité initiale sera de 600.000 carsets par an, avant de passer progressivement à près de 1,1 million de carsets annuels.

L’usine qui devrait employer 625 personnes d’ici 2022, a pour objectif de pénétrer le marché nord-africain, de mieux servir les marchés du Sud de l’Europe, tout en renforçant la position du groupe AGC au niveau européen.

Roman Escolano, Vice-Président de la BEI, s’est félicité de cette signature : « Je suis très heureux de signer avec AGC Automotive Induver Morocco ce contrat de financement qui marque l’engagement concret de la BEI en faveur de l’accompagnement sur le long terme de la filière automobile au Maroc. Nous misons sur l’industrie car elle est un fer de lance pour l’avenir en termes de développement économique. C’est un vivier d’emplois et de hautes compétences, ayant un impact direct sur la compétitivité de l’économie marocaine ».

Dans le cadre de l’action de la BEI en faveur du secteur industriel au Maroc, la BEI s’inscrit dans l’accompagnement sur le long terme et ce nouveau financement intervient après ceux ayant soutenu les aspects logistiques (avec le projet Tanger-Med) et les infrastructures industrielles (financement des technopoles).

La BEI considère l’appui au secteur privé essentiel, notamment dans le cadre de la nouvelle initiative « Résilience économique » de la Banque visant à renforcer la résilience économique dans les pays voisins du sud en modernisant et développant les infrastructures économiques et sociales et en stimulant la croissance durable et la création d’emplois.

par -

La Banque européenne d’investissement (BEI) a accordé à la Tunisie un prêt de 83 millions d’euros (soit 249 millions de dinars) pour soutenir la construction et la mise en service du nouveau Réseau ferroviaire rapide (RFR) qui permettra de doter la ville de Tunis d’un nouveau système de transport rapide sur 17 kilomètres.
Ce prêt souverain accordé à la Tunisie au profit de la Société des chemins de fer tunisiens (SNCFT) sera remboursé sur 30 ans avec une période de grâce de 3 ans et un taux d’intérêt de 0,5%. Il est cofinancé par l’Agence française de développement (16 millions d’euros ) et la Banque allemande de coopération internationale (KFW) .

Concrètement, ce financement permettra l’acquisition de 28 rames nécessaires au nouveau système de transport rapide, outre le financement de construction de nouvelles infrastructures essentielles à ce réseau comme un centre d’entretien et des zones de stationnement supplémentaires aux gares terminus.
L’accord de prêt a été signé jeudi au cours d’une cérémonie tenue à Gammarth (banlieue nord de Tunis) en marge du Forum Tunisia investissement, par Zied Ladhari ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale et Flavia Palanza, directrice des opérations de prêt dans les pays du voisinage de la BEI et Silka Statmann, directrice de l’énergie et de la logistique à la KFW.

Dans une déclaration à TAP, Flavia Palanza a indiqué que cet accord qui vise à doter la Tunisie d’infrastructures performantes, témoigne de l’engagement de la BEI en faveur de l’innovation .
” Pour la BEI, c’est un projet très important pour deux raisons essentielles car premièrement, il répond à des objectifs communs à la Tunisie et à l’Union européenne, à savoir la décongestion de la ville de Tunis tout en offrant à la population l’accès à un transport public durable et tourné vers l’avenir qui aura un impact direct sur l’amélioration de leur vie quotidienne “, a indiqué la responsable européenne.
Quant à la deuxième raison, elle concerne l’environnement puisqu’il s’agit de financer un mode transport propre qui contribue à réduire les gaz à effets de serre.

par -

Flavia Palanza, directrice des opérations à la Banque Européenne pour l’Investissement (BEI), a indiqué à l’ouverture des travaux de l’édition 2017 du “Tunisia Investment Forum”, un rendez vous international des investisseurs, que la Tunisie est un partenaire de longue date qui a une présence très importante dans le domaine de l’investissement, précisant que le développement des petites et moyennes entreprises (PME) et des très petites entreprises constituent le foyer de la croissance.
C’est là que se concentrent les nouvelles générations que nous devons aider à se développer et à rester dans leur pays pour contribuer à sa prospérité“, a-t-elle dit.
La BEI peut apporter, d’après elle, son expertise surtout à travers le partenariat public-privé (PPP) et aider les pays partenaires à partager les risques et les bénéfices entre les promoteurs et les pays, citant à cet effet le programme “Innofin” qui constitue une panoplie d’instruments de financement de l’innovation ouverts aux entreprises et banques européennes et à la Tunisie qui constitue le seul pays africain partenaire de ce dispositif et qui peut avoir accès à ce fonds comme l’Italie, la France ou n’importe quel pays européen.

par -
Les efforts visant à améliorer l’emploi et la croissance dans la région méditerranéenne devraient venir du secteur privé. Tel est le message délivré ce jour lors de la conférence internationale sur la « Relance des investissements dans le bassin méditerranéen », organisée au Caire par la Banque européenne d’investissement (BEI), en partenariat avec le ministère de la coopération internationale et de l’investissement, la délégation de l’Union européenne en Égypte et l’Union pour la Méditerranée (UpM). Les participants à la conférence ont débattu des possibilités et des défis régionaux dans le contexte des récents efforts menés par la Banque afin de mobiliser des financements destinés à accroître la résilience économique des pays méditerranéens et à offrir de nouvelles possibilités, notamment aux jeunes et aux femmes, au titre de sa nouvelle initiative Résilience économique.

En 2016, la banque de l’UE a accordé des financements pour un total de 1 070,6 millions d’EUR afin de soutenir le développement du secteur privé sur la rive sud de la Méditerranée. Ces financements ciblaient des microentreprises, des petites et moyennes entreprises, ainsi que de grandes sociétés.

De hauts fonctionnaires, des investisseurs, des banquiers et des chercheurs d’Égypte, de Jordanie, du Liban, du Maroc et de Tunisie ont évoqué le contexte économique actuel et les moteurs potentiels de la croissance économique dans la région, les moyens d’aider les PME et les microentrepreneurs à accéder aux financements et les besoins d’investissement cruciaux pour promouvoir l’innovation et la compétitivité internationale des entreprises locales.

« Nous pensons que le secteur privé joue un rôle absolument essentiel pour stimuler l’activité économique et créer des emplois pour les chômeurs et les nouveaux arrivants sur le marché du travail. C’est pourquoi la BEI renforce son appui au secteur privé au titre de son initiative Résilience économique. Nous venons d’approuver 600 millions d’EUR de financement en faveur des PME en Égypte, en Jordanie, au Liban, en Tunisie et au Maroc dans le cadre de cette nouvelle initiative. Et nous sommes actuellement à la recherche d’autres projets de qualité à soutenir », a affirmé Dario Scannapieco, vice-président de la BEI.fr

Ivan Surkoš, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne en Égypte, s’est exprimé en ces termes : « Le développement économique est un enjeu d’une importance cruciale et, pour porter ses fruits, il doit être durable et inclusif et offrir des emplois décents à tous, en particulier aux jeunes et aux femmes. »

« Dans ce contexte, le secteur privé joue un rôle primordial. Le soutien aux PME et au secteur privé en Égypte et dans le bassin méditerranéen continuera donc d’être au cœur de la coopération européenne », a-t-il ajouté.

Ivan Surkoš a fait observer que l’UE devrait mobiliser plus de 1,2 milliard d’EUR de nouveaux financements en faveur des microentreprises et petites et moyennes entreprises (MPME) de la région grâce à l’initiative de l’UE sur l’inclusion financière au cours de la période 2016-2020. L’ambassadeur a indiqué qu’à cet effet, des ressources de la Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV) de la Commission européenne et des institutions financières européennes seront mises en commun.

En outre, le chef de la délégation de l’UE a annoncé la mise en place d’une nouvelle initiative, le « Plan européen d’investissement extérieur » (PEIE), qui couvrira la région Moyen-Orient et Afrique du Nord et visera à mobiliser des fonds publics et privés de l’UE et de ses États membres. Cette initiative permettra également d’intensifier les efforts destinés à améliorer le climat des affaires et des investissements. Quelque 44 milliards d’EUR devraient être mobilisés entre 2017 et 2020.

La conférence de la BEI se tient au moment où la banque de l’UE déploie son initiative Résilience économique, qui complète parfaitement le Plan européen d’investissement extérieur. L’initiative Résilience économique dans les pays voisins du Sud et les Balkans occidentaux implique un changement radical dans l’appui de la BEI à ces régions, l’objectif étant d’aider ces économies à absorber et à gérer les chocs et les crises, comme la crise des réfugiés syriens, tout en maintenant la croissance. En favorisant l’investissement dans le secteur privé et les infrastructures vitales, elle vise à créer des perspectives d’emploi et à améliorer tant la vie quotidienne que l’environnement économique. Elle vise à accroître la prestation de services dans des domaines tels que les transports, l’énergie, l’eau, l’assainissement et l’éducation. Outre un financement accru, la BEI offrira davantage de financements concessionnels, un appui renforcé au secteur privé et une assistance technique sur la période 2016-2020.

Depuis son lancement fin 2016, l’initiative progresse : 13 projets représentant environ 1 milliard d’EUR de financements ont été approuvés jusqu’à la mi-2017. Le développement du secteur privé représente plus de la moitié des financements approuvés. À eux seuls, les prêts octroyés par l’intermédiaire de banques partenaires devraient bénéficier à plus de 600 petites entreprises et entreprises de taille intermédiaire, ce qui permettra de préserver plus de 40 000 emplois.

En 2016, la BEI a accordé 1,6 milliard d’EUR à la région méditerranéenne, dont 60 % ont été consacrés au financement du secteur privé.

par -

Comme il a été déjà annoncé, l’opérateur téléphonique tunisien, Tunisie Télécom, a obtenu un prêt de 100 millions d’euros de la BEI (Banque Européenne d’investissement). C’était alors l’une des premières conventions signées avec l’institution financière européenne, venue en Tunisie annoncer le renforcement de son aide à la Tunisie dans le cadre du forum d’investissement «Tunisia 2020». Ce prêt, dont TT est la 1ère à bénéficier en dehors de l’Europe, fait partie du mécanisme des grands projets du fonds InnovFin.

Le prêt est destiné à un important projet d’infrastructure pour tout le pays. Il s’agit du programme national haut débit (HD), à travers le déploiement de 2.000 kilomètres de fibres optiques, notamment dans les régions intérieures de la Tunisie et la mise en place de 1.500 sites de relais pour la 4G. C’est à ce titre que TT a choisi trois partenaires technologiques de renom. En plus du finlandais Nokia et de l’américain Adtran, qui sont déjà associés aux essais de cette technologie, il y aura aussi le chinois Huawei

par -

Un accord de crédit a été signé, ce lundi 28 novembre 2016, entre le vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), Roman Escolano et Habib Ben Saâd, PDG de la Banque de Tunisie (BT). Il s’agit d’une nouvelle opération financière d’un montant de 50 millions d’euros, soit près de 125 millions de dinars en faveur de la Banque de Tunisie, en partenariat avec le Réseau Entreprendre. C’est le 3ème de ce type après ceux signés avec la BTK et Amen Bank, s’appuyant sur une étroite collaboration avec la société civile (Réseau entreprendre) et un acteur de référence du secteur bancaire.

En vertu de cet accord, la Banque de Tunisie s’engage à consacrer 10% de la ligne de crédit mise à disposition par la BEI aux TPE tunisiennes qui bénéficieront d’un taux d’intérêt préférentiel. Une attention particulière sera portée au traitement rapide des demandes de financement, ainsi qu’à la mise en œuvre de règles de bonne gouvernance au sein même de ces toutes petites entreprises.

L’association Réseau Entreprendre jouera un rôle de coaching et d’accompagnement pour ces entreprises, ainsi que l’interlocuteur privilégié de la Banque de Tunisie pour faciliter l’accès au financement de ces TPE.

En marge de cette signature, le PDG de la Banque de Tunisie a indiqué qu’il s’agit d’un nouveau levier pour la Banque, surtout que ce crédit sera remboursé à des conditions très favorables.

Pour rappel, la banque de l’Union européenne a consacré depuis la Révolution de 2011 par moins de 1,4 milliards d’euros de financements en faveur de projets dans les secteurs privé et public, lesquels ont mobilisé 3,4 milliards d’euros de financements nouveaux.

par -

La Banque européenne d’investissement (BEI) vient de signer avec la compagnie nationale de télécommunication, Tunisie Telecom, un contrat de financement de 100 millions d’euros pour soutenir le développement de ses réseaux. C’est lors d’une rencontre qui a eu lieu ce lundi 28 novembre 2016 au siège de TT que le contrat en question a été signé. L’accord a été paraphé par le président de la BEI, Werner Hoyer et M. Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom, en la présence de l’ambassadeur de la Suède en Tunisie, des représentants de la BEI et de la Banque centrale de Tunisie (BCT)

La signature s’est faite en marge de la participation de la BEI à la Conférence internationale d’appui au développement économique, social et durable de la Tunisie , “Tunisia 2020”, qui démarrera demain mardi 29 novembre 2016 à Tunis.

TT prévoit d’utiliser le financement de la BEI pour le développement des réseaux très haut débit fixe et mobile, par la mise en place de 1500 sites sur l’ensemble du pays, ainsi que le déploiement de 2000 Km de fibre optique. Ces montants seront alloués également à la modernisation du réseau dont le réseau national de transport par la mise en place de liaisons 100 Gbps et 400 Gps ainsi que le réseau métropolitain de collecte par la mise en place pour la première fois de la technologie WDM, permettant de faire face à l’augmentation de la demande de capacité des réseaux très haut débit.

Lors de la signature, le président de la BEI a déclaré que le financement de ce projet porté par TT entre dans le cadre du programme Cadre InnovFin, programme réservé aux Etats membres de l’UE et aux pays associés (dont la Tunisie, seul pays associé du continent africain). Ce financement est le premier du genre effectué hors Union européenne. La Tunisie, au travers de TT, fait preuve d’exemple pour toute la région et bien au-dèla, en matière de réactivité et de dynamisme.

Il a en outre réaffirmé l’engagement de la BEI à poursuivre son soutien : “Nous soutenons le tournant amorcé par ce groupe ces derniers mois quant à son image et à son dynamisme, et renforcerons davantage la concurrence dans le secteur des tics en Tunisie pour un meilleur accès à Internet sur l’ensemble du territoire tunisien, en particulier dans les régions intérieures”.

Quant à lui, le PDG de TT a indiqué que sa compagnie s’est réjouie de cet accord : “Nous sommes très fiers d’établir ce partenariat avec la BEI et nous considérons ce financement comme un gage de confiance dans les compétences techniques et financières de TT”, a-t-il dit.

Et Nizar Bouguila de rajouter que ce crédit accordé par le BEI est très avantageux, avec des conditions de financement très étudiées et adaptées aux projets d’infrastructure.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed a reçu, ce lundi 28 novembre 2016, au palais du gouvernement à la Kasbah, le président de la Banque européenne d’investissement (BEI), Werner Hoyer qui a été accompagné par une délégation, indique un communiqué de la présidence du gouvernement.

Des accords de financement d’une valeur estimée à 400 millions d’euros seront signés entre le gouvernement tunisien et la BEI, et ce en marge de la conférence internationale sur l’investissement qui va démarrer demain, 29 novembre 2016, à Tunis, indique le même communiqué.

par -

L’examen des recommandations relatives au dossier de candidature de l’investisseur étranger qui sera chargé de la réalisation de la 2ème tanche du projet Taparura, a constitué la principale question débattue lors d’une séance de travail tenue, vendredi dernier, entre le ministre de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire Mohamed Salah Arfaoui et des représentants de la BEI et de l’AFD (Agence française de développement.

Au cours de la réunion, les deux parties ont convenu d’accélérer la révision du dossier en coordination avec les équipes d’encadrement technique et les services locaux et régionaux, outra la société civile. Il s’agit en outre de publier un 2ème appel d’offres avant la fin de l’année en cours, précise un communiqué du ministère.

Outre les représentants de la BEI et de l’AFD, ont participé à cette séance le PDG de la société d’étude et d’aménagement des cotes nord de Sfax, Lakdar Gasmi.

FOCUS 🔍

ITALCAR SA, distributeur officiel des marques Fiat, Fiat Professional, Lancia, Alfa Romeo, JEEP et IVECO en Tunisie, a dévoilé lors d’une conférence de presse tenue...

Le meilleur des RS

Dans un long billet qu'il a intitulé "UNE FAUTE POLITIQUE MAJEURE A DENONCER" et qu'il a posté sur sa page Facebook, Habib Karaouli, s'insurge,...

INTERVIEW

Achraf Ayadi, expert bancaire et financier a accordé à Africanmanager, une interview exclusive où il a parlé de la situation économique actuelle en Tunisie,...

AFRIQUE

Selon les statistiques rendues publiques par l’Observatoire du tourisme du Maroc et rapportées par l’agence Ecofin, ce sont au total 3,4 millions de touristes...

Reseaux Sociaux

SPORT