Tags Posts tagged with "députés"

députés

par -

“La majorité absolue des députés du Mouvement Nidaa Tounes vont voter en faveur du gouvernement d’union nationale” a déclaré mardi l’élu du Mouvement à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Hatem Ferjani.
Recevant lundi une délégation du parti, le chef du gouvernement désigné Youssef Chahed a réagi positivement aux réserves émises par les membres de la délégation au sujet de la composition de son gouvernement, a-t-il précisé à l’agence TAP.
Selon Ferjani, le président du groupe parlementaire de Nidaa Tounes et nombre de députés œuvrent actuellement à rapprocher les vues au sein du bloc afin d’aboutir à une position commune, à même de permettre de voter la confiance au gouvernement de Youssef Chahed.
“Le Mouvement Nidaa Tounes va rendre publique dans les prochaines heures sa position définitive à l’égard du gouvernement de Youssef Chahed , a-t-il indiqué.
D’après le président du groupe parlementaire de Nidaa Tounès, Sofiène Toubel, la position définitive du parti sera annoncée au terme des concertations autour des réserves émises au sujet de la composition du gouvernement de Youssef Chahed.
Youssef Chahed, qui a réagi positivement aux réserves émises par la délégation du parti, a promis de considérer tous les points avancés par la délégation et de tenir compte de certaines propositions formulées, a-t-il déclaré dans la journée à l’agence TAP.

par -

Au cours de la période octobre 2015-juillet 2016, le taux d’assiduité des députés aux plénières s’élève à 84%, alors que le taux de leur participation au vote des projets de loi se situe autour de 55%, selon Chaïma Bouhelal, membre de l’Organisation ” Bawsala “.
Contactée jeudi par l’agence TAP, elle a expliqué que seuls trois députés ont répondu présents à toutes les plénières. Il s’agit de Hédi Ben Brahim (Mouvement Ennahdha), Mohamed Torjmen (Bloc Al-Horra) et Salem Hamdi (Nidaa Tounes).
Elle a également précisé que ” les absences recensées sont dûment justifiées “.
Selon Bouhelal, l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, au cours de cette même période, 122 projets de loi.
Par ailleurs, elle s’est dite étonnée de voir le parlement consacrer 3 semaines aux régions, alors que la durée du temps dédié à cette question devrait atteindre 10 semaines, selon la loi.

par -
Le président de l’Assemblée des représentants du Peuple

Dans une déclaration faite aux médias en marge d’une séance plénière tenue jeudi 28 juillet 2016 au Bardo, Mohamed Ennaceur, le président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a annoncé que les députés seront en vacances parlementaires à partir de ce dimanche 31 juillet 2016.

Il est à préciser par ailleurs qu’une plénière consacrée au vote pour le renouvellement de confiance au gouvernement de Habib Essid est prévue demain, samedi 30 juillet 2016 à l’ARP.

par -

Quatre députés ont rejoint le bloc parlementaire de ” Nidaa Tounes ” ce qui porte à 67 le nombre de députés de ce bloc au Parlement, a annoncé, mardi, en plénière, le vice-président de l’assemblée des représentants du peuple (ARP), Abdelfattah Mourou.
Il s’agit de Fatma Mseddi, dissidente du bloc Al-Horra et de trois élus d’Al-Moubadara, Naceur Channoufi, Ahmed Saidi et Lotfi Ali qui ont décidé de quitter le groupe social-démocrate pour rejoindre le bloc de Nidaa.
A l’ouverture de la plénière, les élus de l’ARP ont récité la Fatiha à la mémoire des victimes de l’attentant terroriste survenu, le 14 juillet, à Nice en France, faisant 84 morts dont quatre Tunisiens.
Au programme de la plénière, une séance de questions orales qui seront adressées aux membres du gouvernement, outre l’examen de deux projets de lois. Le premier porte sur la création d’un Conseil national des tunisiens à l’étranger alors que le deuxième est relatif à la lutte contre la traite des êtres humains.

par -

La situation économique délicate de la Tunisie, et le mot est faible, a été évoquée hier mardi 13 juillet 2016 par les membres de la commission des affaires étrangères du Parlement européen. Ils sont d’avis que le pays doit bénéficier d’un véritable “plan Marshall” pour accompagner l’éveil démocratique et le développement économique. Les élus européens magnifient également, dans un rapport validé hier, l’accélération du dialogue stratégique entre l’Union européenne et la Tunisie dans le combat contre le terrorisme ainsi que la création d’une commission parlementaire mixte UE-Tunisie.

Dans un autre document sur les liens entre l’UE et la Tunisie dans cette conjoncture régionale complexe, texte adopté par 51 voix, 2 contre et 4 abstentions, les députés ont souligné la nécessité d’appuyer l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) au regard des périls qui guettent dans la région. Ils ont également milité en faveur du maintien de l’appui technique au bénéfice des structures de la société civile qui s’activent dans la transition démocratique.

Consolider le soutien économique européen

Les députés ont salué la décision de la Commission européenne d’apporter un soutien macro financier de 500 millions d’euros et ont recommandé de déployer rapidement le plan stratégique tunisien de développement 2016-2020, véritable “Plan Marshall”, en allant très vite dans l’adoption des cadres réglementaires pour faciliter le transit de l’aide venant de l’UE et des institutions financières internationales. Les parlementaires ont également exprimé leurs états d’âme quant aux capacités de la Tunisie à honorer sa dette et ont appelé à sa transformation en projets d’investissements.

Combattre le terroriste en préservant les droits de l’homme

Les députés se sont arrêtés sur les effets du climat sécuritaire libyen sur la stabilité en Tunisie ainsi que le grand nombre de djihadistes d’origine tunisienne rejoignant les rangs de Daech.

Les députés voient d’un très bon oeil le renforcement du dialogue stratégique entre l’UE et la Tunisie dans la lutte antiterroriste, mais ils ont également pointé du doigt les dérives possibles de la loi antiterroriste votée récemment en Tunisie et ses effets sur les droits fondamentaux des citoyens. Ils ont insisté sur le fait que la menace terroriste, qui est réelle en Tunisie, ne doit pas servir de prétexte aux autorités pour violer tous les droits de l’homme.

par -

Les deux députés Ali Bellakhoua et Sabrine Goubantini ont rejoint le groupe parlementaire de Nidaa Tounes ce qui porte à 61 le nombre des députés au sein de ce bloc.
Ali Bellakhoua appartenait au groupe de l’Union patriotique libre (UPL) avant sa démission, alors que Sabrine Goubantini était membre du bloc parlementaire ” Al-Horra ” qui se compose principalement de dissidents de Nidaa Tounes.
Contacté mercredi par l’Agence TAP, le député Mongi Harbaoui (Nidaa Tounes) a fait état du lancement d’une série de concertations avec des dissidents du Mouvement pour rejoindre le parti, assurant que ces concertations vont permettre au groupe de Nidaa Tounes de regagner sa place de premier bloc parlementaire au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Le Mouvement Nidaa Tounes s’apprête à tenir son congrès en novembre 2016.
Après les élections de 2014, le groupe parlementaire de Nidaa Tounes prédominait la scène parlementaire avec 86 sièges suivi du Mouvement Ennahdha. Ce chiffre a baissé à la suite de la démission de 32 députés du parti sur fond d’une crise qui avait éclaté en juin 2015 au sein du mouvement.

par -

Une séance plénière a été tenue ce mardi 31 mai 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) pour auditionner quelques membres du gouvernement de Habib Essid dont la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik, le ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub, Zakaria Hamad, ministre de l’Industrie. Une Plénière  qui n’a attiré que  120  députés , selon un décompte fait par le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur.

Interrogé par les députés sur la situation financière de la STIP, le ministre de l’Industrie, Zakaria Hamad a affirmé que «  la société tunisienne des industries de pneumatiques est dans une situation financière difficile mais pas catastrophique.

Il a expliqué que l’entreprise fait face à plusieurs difficultés principalement au niveau de l’adoption d’une politique commerciale pertinente, du manque de financements, de la baisse de production et de l’augmentation de la taxe à l’importation. S’y ajoute surtout le problème du marché parallèle. Il a indiqué  qu’une feuille de route concernant le suivi de la situation financière de la société tunisienne des industries de pneumatiques, STIP a été élaborée par le ministère.

Il a  par ailleurs souligné qu’une opération de contrôle intensive sera prochainement menée dans la société afin d’améliorer le climat social et la production et y instaurer la bonne gouvernance. « Nous allons également essayer de trouver des solutions aux dettes de la société qui ne cessent d’augmenter », a ajouté le ministre.

Ila a précisé que 70% des pneus de contrebande sont commercialisés sur le marché national et que 20% seulement des marchés tunisiens sont approvisionnés par la société tunisienne de fabrication des pneus.

Il a ajouté que le prix des pneus sur le marché parallèle est moins cher et qu’il ne répond pas aux normes internationales, soulignant que son département a pris une batterie de mesures visant la lutte contre ce fléau de contrebande qui menace la société tunisienne de fabrication des pneus et pèse très lourd sur l’économie du pays, a-t-il affirmé.

Salma Elloumi : la coopération entre la Tunisie et l’Iran est purement technique

Pour sa part, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi, a affirmé lors de cette  plénière que la coopération touristique entre la Tunisie et l’Iran est purement technique et qu’elle porte essentiellement sur l’échange d’expériences, la formation et l’investissement tout en se référant aux accords conclus entre les deux pays.

A noter que les précisions de Salma Elloumi interviennent suite aux déclarations du parti Al Mahaba, selon lesquelles la coopération avec l’Iran dans le secteur touristique porte atteinte à la souveraineté de l’État et à la religion.

Samia Abbou : Des députés perçoivent  des pots-de-vin pour approuver des projets de loi

Pour sa part, la députée Samia Abbou du parti Courant démocratique a appelé les députés de l’ARP à présenter leur déclaration de patrimoine. Elle a sur un autre volet, accusé certains députés de percevoir des pots-de-vin afin d’approuver quelques projets de loi à l’ARP. Les déclarations de la députée du Courant démocratique, ont suscité une grande colère chez les députés qui ont  dénoncé ses propos et ont nié catégoriquement ses accusations.

Elle a également dénoncé les agressions commises par certains agents de sécurité contre des citoyens, citant le cas d’un citoyen qui a été récemment violemment agressé par des agents de la sécurité à la Manouba.

En réaction à cette déclaration, le ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub a indiqué que cette affaire devrait être suivie par les autorités sécuritaires et que son département travaille davantage pour éviter ce genre de dépassement.

D’autre part, le député  du Front populaire (FP) Adnène Hajji a appelé le gouvernement  à poursuivre en justice l’expert économique Moez El Joudi suite à ses récentes déclarations. On rappelle dans ce contexte que El joudi avait accusé des députés de l’ARP de recevoir pots-de-vin pour arranger des rendez-vous entre des citoyens et certains ministres du gouvernement.

par -
Lors de la tenue de la séance plénière de l’assemblée des représentants du peuple (ARP)

Lors de la séance plénière tenue , ce mardi 31 mai 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), la députée Samia Abbou du parti Courant démocratique a appelé les députés de l’ARP à présenter leur déclaration de patrimoine.

Elle a sur un autre volet, accusé certains députés de percevoir des pots-de-vin afin d’ approuver quelques projets de loi à l’ARP.

Les déclarations de la députée du Courant démocratique, ont suscité une grande colère chez les députés qui ont  dénoncé ses propos et ont nié catégoriquement ses accusations.

par -

Plusieurs députés ont réclamé mardi l’ouverture d’une information judiciaire sur les accusations de corruption portées récemment contre certains élus.
L’expert économique Moez Abdeljaouad avait déclaré récemment sur un plateau télévisé que certains députés perçoivent des pots-de-vin en contrepartie de certains services.
A l’ouverture d’une plénière consacrée à l’examen de la loi relative aux élections et aux référendums, les députés ont imputé au président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mohamed Ennaceur l’entière responsabilité vis-à-vis de ces déclarations.
A ce propos, Le député Adnène Hajji (indépendant) a proposé la création d’une commission pour vérifier le bienfondé de ces allégations et éviter de mettre tous les députés en accusation.
De son côté, la députée Samia Abbou (Courant démocratique) a appelé le parlement à admettre ces accusations face à l’absence de toute transparence et au non-engagement de tous les députés à présenter leur déclaration de patrimoine, accusant certains députés de percevoir des pots-de-vin pour valider le passage des projets de loi à l’ARP et satisfaire les lobbys de la corruption.
Le président de l’Assemblée des représentants du peuple Mohamed Ennaceur s’est engagé à saisir le ministère public à ce sujet, faisant remarquer que le Conseil va examiner ces accusations avant de prendre les mesures qui s’imposent.

par -

Des députés d’Al-Moubadara et d’autres indépendants rejoindraient le parti Nidaâ Tounès dans les jours à venir, selon des sources informées citées samedi par le journal Achourouk.

Les mêmes sources ajoutent que les transfuges de l’UPL ne seront pas les derniers, d’autres en feraient autant à l’instar de leurs pairs d’Al-Mobadara et indépendants alors que les concertations se poursuivent à cet effet entre les formations politiques cultivant des affinités en termes de références et de plateformes politiques, et ce dans le cadre de la reconfiguration de la représentation au sein de l’Assemblée des représentants du peuple.

par -

La députée Olfa Soukri, du bloc parlementaire Nidaa Tounes, a fait savoir sur Express FM ce jeudi 12 mai 2016 qu’une cellule formée d’élus de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) verra le jour prochainement. Son objectif : Passer au crible les politiques élaborées par le gouvernement et évaluer leur rendement.
Mme Soukri a tenu ces propos en marge du Forum arabe des parlementaires pour l’évaluation.

Elle a précisé que ce projet émane de sept personnes qui ont pris part à cette rencontre, qui a eu lieu en novembre dernier au Népal.

Mme Soukri a indiqué que cette cellule va exposer les programmes du gouvernement par région et les évaluer par la suite, le but étant de promouvoir le principe de bonne gouvernance et un véritable développement.

par -
Mohamed Ennaceur a reçu

« Nous avons reçu depuis le mois de mars 2016 le projet de loi sur les banques et les institutions financières. Il a été publié sur le site web de l’Assemblée des représentants du peuple. Ce projet  a été déposé auprès la commission des finances . Donc nous avons pris tout le temps nécessaire pour l’examen de ce projet », a affirmé ce mercredi 11 mai 2016, Mohamed Ennaceur, président de l’ARP.

Le gouvernement et les différentes parties concernées ont déployé des efforts louables et ce projet doit être approuvé  avant le 13 mai 2016, a-t-il ajouté.

par -

L’économie vénézuélienne touche le fond à cause de la plongée des cours du pétrole, dont le pays dépend fortement. Un peu trop d’ailleurs. La situation n’a jamais été aussi mauvaise en 30 ans, pour un pays dont 96% des devises viennent directement du pétrole. Après une série de mesures draconiennes pour limiter les dépenses publiques, c’est au tour des élus du Parlement de trinquer avec la suspension pure et simple de leurs salaires. Après la crise économique, c’est l’agitation politique qui guette, avec une Assemblée dominée par l’opposition de droite depuis les législatives de décembre 2015.

Le président socialiste Nicolas Maduro a beau ordonner des coupures d’électricité quatre heures par jour, des jours chômés pour les fonctionnaires et même un changement de fuseau horaire pour faire des économies, rien n’y fait, le pays glisse chaque jour un peu plus vers un naufrage économique collectif. Reste maintenant à connaitre les développement du bras qui se profile entre Maduro et l’opposition.

Maduro en profite pour martyriser l’opposition ?

Le président de l’Assemblée nationale, Henry Ramos Allup, a déclaré hier mercredi 27 avril devant la presse : “Le gouvernement ne nous envoie pas les fonds”. Il a ajouté : “Les députés, les employés et les ouvriers peuvent toujours aller au ministère des Finances ou à Miraflores [le palais présidentiel] pour recevoir leur salaire. Moi je n’ai pas de quoi les payer”.

Pourtant on ne peut pas exclure le fait que le gouvernement ait profité de la crise économique pour mettre la tête de l’opposition sous l’eau. Déjà début janvier, le deuxième personnage du régime chaviste et ancien président du Parlement, Diosdado Cabello, avait déclaré qu’il allait donner comme instruction au Trésor public d’assécher les finances de l’Assemblée nationale.

Face à cela l’opposition a décidé de ne pas courber l’échine. Elle parcourt actuellement le pays pour collecter des signatures afin d’obtenir, d’ici la fin de cette année, un référendum contre le président Maduro. Mais pour cela il faudra recueillir au préalable 195 721 signatures (soit 1% de l’électorat), ensuite 4 millions de citoyens vénézuéliens devront se prononcer en faveur de cette consultation populaire. Ultime condition : L’opposition devra dépasser le chiffre de Nicolas Maduro à la présidentielle si elle veut obtenir sa tête. Bref, l’actuel président a le temps de voir venir. D’ici là il fera feu de tout bois pour pourrir la vie de ses opposants et, qui sait, les avoir à l’usure, surtout s’il sectionne le nerf de la guerre : L’argent.

par -

Le chef du gouvernement Habib Essid a reçu, mercredi, les députés du gouvernorat de Kairouan. La rencontre a été consacrée à l’examen des problèmes de développement et de la situation économique et sociale dans la région. Habib Essid a souligné, à cette occasion, la détermination du gouvernement à concrétiser les décisions
issues du Conseil ministériel tenu lors de sa visite à Kairouan, indique un communiqué de la présidence du gouvernement.
Il a également réitéré la volonté d’associer les députés et les composantes de la société civile à l’élaboration des programmes favorisant l’impulsion du rythme de développement dans la région à court et moyen terme dans le cadre du plan quinquennal 2016-2020.
De leur côté, les députés de Kairouan ont présenté au chef du gouvernement des propositions pour l’accélération de la réalisation des projets programmés et l’identification de nouveaux projets qui répondent aux spécificités de la région et aux attentes de ses habitants.

TAP

par -

Une séance plénière consacrée au nouveau projet de loi régissant le statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT) se tient actuellement au Bardo. L’examen du projet en question  a commencé déjà depuis vendredi dernier et devrait s’achever demain, mardi 12 avril 2016 au plus tard.

Rappelons à ce propos que le nouveau projet de loi régissant le statut de la Banque centrale a été approuvé le mercredi 30 mars 2016 par la commission des finances de l’ARP.

Il s’agit d’un projet de loi portant création et organisation de la Banque centrale et s’inscrivant dans le cadre de la restructuration du système financier, tout en se basant sur les meilleures pratiques internationales et le respect de la gouvernance bancaire moderne.

par -
Lors de la tenue de la séance plénière de l’assemblée des représentants du peuple (ARP)

Des députés de l’opposition à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) ont appelé, vendredi, lors d’une séance plénière, à reporter le débat sur le projet de statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT) et à ne pas hâter son adoption. Cette requête, acceptée par le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur a été formulée pour donner aux députés, davantage du temps pour lire attentivement les dispositions dudit statut.
Les parlementaires Faycel Tebbini (Parti des Agriculteurs), Zouhaier Maghzaoui (Mouvement du peuple) et Samia Abbou (Courant démocratique) ont demandé, quant à eux, d’achever le débat sur le projet de statut en  plénière et de reporter son adoption à une autre séance.
Zied Lakhdar du Front Populaire a estimé, lui, que l’examen du projet de statut à l’ARP s’est fait dans “un temps record” et sans consulter les différentes parties intervenantes, dont les agents de la BCT.
D’après lui, ce projet de statut a été élaboré sous la pression du FMI (Fonds monétaire international) et à un moment où la BCT doit œuvrer davantage pour renforcer la souveraineté nationale, que la banque en constitue, un des fondements.
“L’indépendance de la BCT ne peut pas être réalisée sans l’unité de l’Etat qui exige que la BCT, soit une institution publique, dont la politique monétaire est adaptée à la politique économique générale du pays et joue un rôle dans la lutte contre la corruption et la consécration des principes de bonnes gouvernance”, a-t-il développé.
Les députés auront jusqu’à dimanche pour débattre, en plénières, du statut de la BCT.

TAP

par -

124 députés de différents groupes parlementaires à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) ont voté ce vendredi 8 avril 2016 pour la création d’une commission d’enquête parlementaire au sein de l’ARP.

La commission sera chargée d’enquêter sur l’affaire Panama Papers, la gigantesque fuite de documents fiscaux qui établit l’implication de plusieurs responsables tunisiens dans la fraude fiscale.

Elle sera composée de 22 membres dont des députés d’Ennahdha, de Nidaa Tounes, du Front populaire, d’Afek Tounes, de l’Union Patriotique Libre (LPR) ainsi que de plusieurs députés indépendants.

par -

La réunion de la commission de législation générale relevant de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), qui a eu lieu aujourd’hui, jeudi 7 avril 2016 au Bardo, ne pouvait pas passer inaperçue avec le grand nombre d’absents enregistré parmi les membres de ladite commission, et ce malgré l’importance de l’évènement.

L’ordre du jour, était l’approbation du projet de loi portant sur le redressement des entreprises en difficulté, mais sans surprise, seuls 7 députés étaient présents, par exemples Yamina Zoghlami, Chaker Ayad, Hassen Amari, Hassouna Nasfi ou encore Maherzia Laâbidi, qui a quitté la salle quelques minutes avant l’approbation du projet.

Le nombre des députés absents a été quand même important pour une commission composée de 19 membres. Au total, 12 membres de ladite commission étaient absents, dont Nourredine Bhiri, Ahmed Seddik, Rim Mahjoub, Nourredine Ben Achour, Latifa Habachi, Ghazi Chaouachi, Najla Saâdaoui, Souad Zaouali, Mourad Hmaidi ou encore Hajer Aroussi.
Pire, le président de la commission, Chaker Ayadi, a laissé deux heures aux retardataires pour participer à la réunion, mais en vain.

Après un retard de deux heures, les 7 membres de la commission présents ont décidé de ne pas attendre davantage et d’approuver le projet de loi en question. Cette opération ainsi que le rapport y afférant
n’ont pas pris plus de 30 minutes. Une plénière devrait avoir lieu mardi prochain à l’ARP pour l’approbation finale du projet en question.

Bon à savoir : La réunion de la commission en question a commencé vers 11h du matin et a pris fin vers 11h26. Les membres qui sont venus en retard ont trouvé la salle vide. Ils n’ont pas compris si la réunion a eu lieu ou non. Un des membres de la dite question s’est adressé aux journalistes qui étaient sur place pour savoir si la réunion de la commission a eu lieu ou non et si le projet avait été vraiment approuvé. Pauvre ARP, avec ces représentants du peuple qui ne cessent de revendiquer des primes et des avantages…

par -

Une séance plénière consacrée au projet de loi régissant le statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT) va avoir lieu demain, vendredi 8 avril 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) et se poursuivra dans les jours qui suivent, apprend Africanmanager d’une source de l’ARP.
L’adoption finale du projet en question pourrait avoir lieu ce lundi ou mardi 12 avril au plus tard, apprenons-nous de la même source.

Rappelons à ce propos que le nouveau projet de loi régissant le statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT) a été approuvé le mercredi 30 mars 2016 par la commission des finances de l’ARP.

Il s’agit d’un projet de loi portant création et organisation de la Banque centrale et s’inscrivant dans le cadre de la restructuration du système financier, tout en se basant sur les meilleures pratiques internationales et le respect de la gouvernance bancaire moderne.

par -

Le président du groupe parlementaire du mouvement Ennahdha à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) et ancien ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, a annoncé ce jeudi 7 avril dans une déclaration exclusive à Africanmanager la création d’une commission d’enquête parlementaire au sein de l’ARP pour enquêter sur l’affaire Panama Papers, la gigantesque fuite de documents fiscaux qui établit l’implication de plusieurs responsables tunisiens dans la fraude fiscale.

Nourredine Bhiri a ajouté que cette commission sera composée de députés d’Ennahdha, de Nidaa Tounes, du Front populaire, d’Afek Tounes, de l’Union Patriotique Libre (LPR) ainsi que de plusieurs députés indépendants.

FOCUS 🔍

La Banque de l’Habitat porte à la connaissance du public qu’un poste d’administrateur indépendant (Risques) est vacant. Afin de choisir un candidat à ce poste,...

Le meilleur des RS

Une enquête réalisée par le CJD auprès des PME (oct-nov 2018) et portant sur les performances de l’administration publique, a donné des résultats alarmants....

INTERVIEW

Africanmanager était, samedi 8 décembre 2018, le 1er arrivé sur le site des JES et il n’y avait nul autre journaliste sur place et...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

L'attaquant international égyptien de Liverpool, Mohamed Salah, a remporté le trophée BBC du Footballeur africain 2018. Le joueur égyptien remporte ce trophée pour la deuxième...