D’étranges parrainages qui ne rassérènent pas les candidats

D’étranges parrainages qui ne rassérènent pas les candidats

par -

L’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) est allée au bout de son affaire, elle a osé publier samedi 17 août 2019, sur son site internet, la liste des 152 députés ayant parrainé 11 candidats parmi les 26 en lice pour l’élection présidentielle anticipée. Je dis bien oser parce que ce déballage n’était pas du goût de certains, surtout les députés, qui craignaient sans doute que cet affichage public ne heurte la sensibilité des états-majors de leurs partis ou de leurs électeurs. Et au vu du bruit qu’ont provoqués les choix de certains parlementaires, on peut dire que leurs craintes étaient justifiées.
Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a eu le plus grand nombre de parrainages parlementaires avec 30 signatures. C’est beaucoup certes, mais on peut aussi s’interroger sur les députés du dit groupe parlementaire de Chahed, la Coalition nationale, qui ont décidé de ne pas parrainer le chef du gouvernement. Un soutien unanime de la part de ce groupe, qui affiche 45 élus, aurait donné une impression de force et entrainé une belle dynamique pour la présidentielle. Chahed, qui n’était pas au meilleur de sa forme dans les derniers sondages, en avait bien besoin. Il devra s’en passer…

Il est suivi de Abdelfattah Mourou et Abdelkrim Zidi avec 17 signatures chacun. Pour Zbidi, qui n’a pas de parti et encore moins de groupe parlementaire, c’est très bien, mais pour Mourou ça peut paraitre faible au vu du bataillon de 69 députés du mouvement Ennahdha. La liste publiée par l’ISIE démontre que les députés du bloc Ennahdha étaient parmi ceux qui ont parrainé plus d’un candidat à la présidentielle. Leurs voix ont été réparties sur 5 candidats, à savoir Mourou, Hamadi Jebali, Hatem Boulabiar, Ilyes Fakhfekh et Moncef Marzouki. Deux explications possibles : Soit Mourou peine toujours à s’imposer parmi les siens, notamment les “durs”, et ce n’est pas le sourire de façade de Rached Ghannouchi et Abdellatif Mekki lors de la désignation de Mourou en tant que candidat à la présidentielle qui va gommer cette impression. La deuxième explication c’est que les islamistes restent fidèles à leur ligne, qui leur réussit si bien : Ne jamais mettre tous les oeufs dans le même panier. Si Mourou chute à la présidentielle, ils seront bien contents de se rabattre sur les autres poulains qu’ils auront soutenus, et on peut compter sur Ghannouchi et les siens pour rappeler à ces candidats ce qu’ils leur doivent…

Les candidats Slim Riahi et Nabil Karoui ont été parrainés par 12 députés chacun, dont d’ailleurs un pose problème, alors que Salma Elloumi, Hamadi Jebali, Moncef Marzouki, Hatem Boulabiar ont été parrainés par 11 députés chacun.
La deuxième vice-présidente de l’ARP, Faouzia Ben Foddha, qui s’est présentée aux législatives en tant que tête de liste d’Al Badil Ettounsi (circonscription de la Manouba) figure parmi les 12 parlementaires ayant soutenu la candidature de Slim Riahi à la présidentielle.
Mongi Rahoui et Elyes Fakhfekh ont réussi à avoir le nombre minimum de cautions requises conformément à la loi électorale, à savoir 10 parrainages.

Le nombre de parrainage s’est avéré logique et cohérent au vu de l’appartenance du candidat à un parti ou à un bloc parlementaire, particulièrement pour le candidat du mouvement Ennahdha Mourou parrainé par 17 députés du bloc du mouvement, pour celui de Tahya Tounes, Youssef Chahed, cautionné par 30 députés du bloc de la Coalition Nationale, mais aussi pour le candidat Mongi Rahoui dont la majorité des parrainages provient des membres du groupe du Front Populaire.
Cependant certains parrainages soulèvent des interrogations étant donné que les candidats ayant bénéficié desdits parrainages se sont ou bien éloignés du paysage politique depuis un certain temps, ou se sont repositionnés récemment sur l’échiquier politique. C’est le cas du président du parti ” Au cœur de la Tunisie ” Nabil Karoui.

Salma Elloumi a bénéficié du parrainage des députés du bloc de l’UPL dissout, alors que le candidat Nabil Karoui a été cautionné par les députés du groupe Nidaa Tounes (9 parrainages Nidaaistes sur un ensemble de 12).
Slim Riahi a été parrainé par une majorité de députés appartenant au bloc de l’UPL dissout.
Concernant le ministre de la Défense, Abdelkrim Zidi, ses parrainages proviennent du bloc de Nidaa Tounes et des hors groupe…

S.L./TAP

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire