Tags Posts tagged with "Mohamed Trabelsi"

Mohamed Trabelsi

par -

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi a révélé, jeudi 11 mai 2017, que les dettes des caisses de la sécurité sociale (CNSS) auprès de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (CNAM), enregistrées à la date du 21 avril 2017, s’élèvent à 2326 millions de dinars.
Lors de la séance d’audition consacrée par la commission de la santé et des affaires sociales à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) pour examiner l’amendement du projet de loi n°71/2004 portant institution d’un régime d’assurance maladie, Mohamed Trabelsi a fait savoir que les caisses sociales vivent sous pression résultant du montant des cotisations mensuelles de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) qui s’élève à 216 millions de dinars, et de 241 millions de dinars pour la Caisse Nationale de sécurité sociale (CNSS), tandis que pour la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS) les cotisations mensuelles ont atteints 240 millions de dinars.
En coordination avec le ministère des finances, des mesures ont été prises pour rembourser les dettes de la CNSS cumulées par l’Etat et les établissements publics, a précisé le ministre, expliquant, par ailleurs, que des décrets seront introduits au niveau de la loi de Finances 2018 afin de prendre en charge d’une manière graduelle et sur 5 ans les dettes de la CNRPS au profit de la CNAM.
Ces mesures permettront selon Trabelsi de réduire le déficit et de permettre à la CNRPS d’avoir une liquidité estimée à 70 millions de dinars chaque mois ce qui contribuera à rembourser une grande partie de sa dette.
“S’agissant de la commission sectorielle de la protection sociale pour la réforme des régimes de la retraite dans les secteurs public et privé, son travail sera accéléré afin de garantir la pérennité de la commission et de démarrer ainsi prochainement l’évaluation et la réforme du régime d’Assurance Maladie”, a -t-il assuré.
Au cours de cette séance, les députés ont souligné la nécessité de trouver des solutions radicales à la crise des caisses sociales et ont appelé toutes les parties prenantes à approfondir le débat sur cette question d’intérêt national.

par -

La commission de la Santé et des Affaires Sociales à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a auditionné, jeudi, le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi au sujet du projet de loi portant création du conseil national du dialogue social fixant ses attributions et son mode de fonctionnement.
Ce projet de loi s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des axes du contrat social conclu le 14 janvier 2013 entre le Gouvernement, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) et l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).

Ce contrat qui est une sorte de “constitution sociale” comporte cinq principaux axes à savoir “la croissance économique et le développement régional”, les politiques de l’emploi et de la formation professionnelle”, les relations professionnelles et le travail décent”, la protection sociale et l’institutionnalisation du dialogue social tripartite.
Le conseil a, quant à lui, pour mission d’organiser et gérer le dialogue social dans tout ce qui a attrait aux questions socio-économiques et de donner son avis sur les projets de loi, les décrets gouvernementaux relatifs notamment aux relations de travail, de protection sociale et les plans de développement.

Lors de cette séance d’audition, le Président de la commission de la Santé et des Affaires Sociales, Souhail Alouini, s’est interrogé sur la nature juridique de ce conseil, appelant à cet égard à éclaircir davantage les fonctions de ses membres.
Le ministre des Affaires Sociales, Mohamed Trabelsi, a souligné que ce conseil vient souligner le niveau de confiance des acteurs sociaux, précisant qu’il favorisera un dialogue continu et permanent.
Ce conseil, a-t-il encore dit, est composé de représentants du gouvernement, de l’UGTT et de l’UTICA, soulignant qu’il constitue une structure consultative bénéficiant d’une indépendance financière et administrative.
Trabelsi a tenu à préciser que ce conseil ne sera en aucun cas en concurrence avec le gouvernement ni avec l’ARP et encore moins le conseil du développement durable, faisant observer que sa mission sera exclusivement consultative.
Le projet de loi portant création du conseil national du dialogue social a été soumis à l’ARP depuis 2015.
La séance de cet après-midi a également consacrée à l’audition du secrétaire de l’UGTT, Nourredine Taboubi et la Présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui.

par -

Le ministre des Affaires Sociales Mohamed Trabelsi a annoncé jeudi 6 avril que la câblerie d’El Kef reprendra ses activités à partir du lundi prochain.

Selon les données rapportées par Shems fm, cette décision intervient suite à la signature d’un accord d’entente entre le propriétaire de la société en question et les parties syndicalistes.

On rappelle que des ouvriers sont entrés dans un sit-in illimité, pour protester contre la décision de fermeture provisoire de l’usine, pour deux mois.

par -

UTICA Academy a organisé, lundi 13 mars 2017, au siège de la centrale patronale, en partenariat avec le Bureau International du Travail (BIT), un atelier sur la réforme des caisses sociales.

Dans son allocution d’ouverture des travaux de cet atelier, Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a déclaré que la réforme des caisses sociales constitue un des chantiers prioritaires inclus dans le contrat social en Janvier 2013, compte tenu de la gravité de la situation de ces caisses et leur déséquilibre qui a atteint un niveau très alarmant.

Ce séminaire, a ajouté la présidente de l’UTICA, fait partie d’un dialogue tripartite sur le système de la protection sociale « car aujourd’hui, nous nous trouvons face à une situation qui nous oblige à accélérer l’élargissement de la base des assurés sociaux qui cotisent et, en particulier œuvrer pour l’inclusion des travailleurs de l’économie non-formelle dans le système national d’assurance sociale et à étudier ensemble d’autre sources de financement pour les caisses sociales ».   « Cet atelier est l’occasion pour renforcer la concertation et la collaboration entre toutes les parties impliquées dans cette réforme pour aboutir à des propositions efficaces et consensuelles. Il faut arriver au plus tôt à une inclusion de l’économie informelle qui est en train de détruire l’économie nationale », a-t-elle expliqué.   L’année 2017 devra être l’année des réformes, a ajouté Bouchamaoui, en mettant l’accent sur l’excellente coopération entre les deux partenaires sociaux à propos de cette réforme avant de conclure qu’il est important de renforcer la culture du travail, seule issue pour sortir de la crise d’autant que la Tunisie manque de ressources.   De son côté, Mohamed Trabelsi, ministre des Affaires Sociales, a déclaré que les régimes de protection sociale sont des acquis nationaux et constituent la base et le fondement de la politique sociale du pays et contribuent à sa stabilité sociale.   La problématique qui se pose aujourd’hui concerne en fait la redistribution des richesses, sachant que 91,5% des Tunisiens sont touchés par l’intervention de ces régimes sociaux. Ces régimes fondés sur la solidarité sociale qui a vu le jour dans les années soixante ont aujourd’hui atteint leurs limites et ont besoin d’être réformés, a ajouté le ministre car la démographie, le niveau de vie et l’espérance de vie ont changé.   Il faut en effet penser à mettre en œuvre plusieurs mécanismes dans le cadre de cette réforme et ne pas se limiter à une augmentation des cotisations ou à la modification de la date de départ à la retraite.   « Ces mécanismes doivent être discutés et adoptés d’une manière consensuelle à travers un dialogue entre tous les partenaires sociaux en s’inspirant des expériences des autres pays. Il faut certes améliorer le recouvrement des dettes des caisses mais également améliorer leur gouvernance et œuvrer à faire intégrer l’économie informelle qui emploi 1/3 de la population dans l’économie nationale. Ces reformes à court, moyen et long termes doivent être équitables, responsables, justes et consensuelles », a conclu le ministre.

 

par -
Face à la situation alarmante de la caisse nationale de retraite et de prévoyante sociale (CNRPS)

Le ministre des Affaires Sociales, Mohamed Trabelsi a déclaré en marge de sa participation, ce dimanche 13 novembre 2016, à la célébration de la fête nationale de l’arbre à Sidi Bouzid, que son ministère injectera la somme de 500 millions de dinars à la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS), en 2017.
Le ministre a ajouté, dans une déclaration  rapportée par Shems Fm, que le ministère avait injecté l’année dernière la somme de 300 millions de dinars à la CNRPS, vu les difficultés que rencontre cette caisse.ce dimanche
Mohamed Trabelsi a indiqué, en outre, qu’un programme de réformes va être mis en place pour trouver des solutions radicales.

par -

-Le ministre des affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a plaidé pour un contrat social “référentiel” pour mettre en oeuvre les projets à caractère économiques et social.
C’était à l’ouverture de la conférence tripartite dédiée au plan d’action pour la mise en oeuvre du contrat social tenue, vendredi, à Tunis et qui se poursuivra deux jours durant.
Trabelsi a souligné que la mise en oeuvre les clauses du contrat social demeure une des priorités nationales des partenaires sociaux, notamment en ce qui concerne la réforme des régimes de retraite, la création d’un conseil national du dialogue social, l’instauration de la justice sociale entre les régions et le partenariat social.
Selon l’incise de ce document, le contrat social signé entre le gouvernement, l’UTICA et l’UGTT le 14 janvier 2013 se veut une réaffirmation solennelle du rôle du dialogue social dans la stabilité du marché de l’emploi et la promotion du travail décent dans la construction démocratique.
Le contrat social comprend cinq volets liés à “la croissance économique et au développement régional”, aux “politiques de l’emploi et de la formation professionnelle”, “les relations professionnelles et le travail décent”, “la protection sociale” et “l’institutionnalisation du dialogue social”
Y ont pris part des membres du gouvernement, du parlement ainsi que des représentants des ministères concernés et des organistions nationales.

par -

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, joint au téléphone par Africanmanager, a écarté la possibilité que le gouvernement tunisien sollicite le Fonds monétaire international (FMI) pour jouer les bons offices afin de solutionner le différend avec l’UGTT à propos du report des majorations salariales. Il a déclaré qu’il n’en a jamais été question et que c’est impossible techniquement.

Pour rappel, Slim Besbes, membre de la commission des finances à l’ARP, a déclaré ce samedi 05 novembre 2016 sur Mosaïque Fm que le gouvernement pourrait faire appel au FMI pour l’aider à convaincre la centrale syndicale d’assouplir sa position…

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux