Tags Posts tagged with "uib"

uib

par -

Dans un environnement encore difficile à bien des égards, l’Union Internationale de Banques (UIB) a continué d’afficher en 2017 une belle performance financière et commerciale. Son Produit Net Bancaire, porté par une hausse de + 19,8% des Produits d’Exploitation Bancaire, s’établit à 290 MTND à fin 2017 réalisant ainsi une progression de +17%. Ces résultats sont tirés par la dynamique soutenue des marges d’intérêts et sur commissions ainsi que par le bon comportement des revenus du portefeuille-titre commercial et d’investissement.

Cette progression des revenus de l’UIB reflète l’accélération de sa conquête commerciale dans les différents segments de clientèle Corporate et Retail et son rôle accru dans le financement de l’économie. La croissance soutenue des encours de dépôts (+12,6% vs. fin décembre 2016, soit un additionnel de 462 MTND) et de crédits nets à la clientèle (+19,4% vs. fin décembre 2016, soit +801 MTND) témoigne également de la confiance de ses clients et de l’adéquation de son modèle de banque relationnelle comme vecteur de gains de parts de marché.

Grâce à cette bonne dynamique commerciale, à une maîtrise rigoureuse des risques et aux efforts continus de rationalisation, l’UIB continue à faire progresser ses résultats tout en poursuivant ses investissements dans le développement de son capital humain, dans la modernisation de ses infrastructures informatiques et dans l’innovation. Le Résultat Brut d’Exploitation progresse ainsi de +21,1% à 154,6 MTND au cours de l’année 2017, permettant de renforcer le socle de rentabilité à un rythme supérieur aux prévisions de la feuille de route stratégique 2017-2020.

Commentant les indicateurs d’activité de l’année 2017, M. Mondher Ghazali, Directeur général de l’UIB a déclaré :  «Ce bilan largement positif de l’Union Internationale de Banques illustre la solidité de son business model diversifié et équilibré et la pertinence de sa stratégie de différenciation par l’innovation et la satisfaction de la clientèle. Il confirme sa forte résilience à un environnement encore difficile grâce à sa capacité de maîtrise des coûts et des risques et à l’engagement et l’expertise de ses collaborateurs. Enfin, ces résultats lui permettent de déployer ses futurs relais de croissance en vue d’accélérer son développement au bénéfice de ses clients et de l’économie».

par -

Dans une salle archi comble, jusque dans les allées, preuve que l’Afrique intéresse et de plus en plus, le Directeur général de l’UIB (Union internationale de banques), Mondher Ghazali, a ouvert la deuxième édition de “Société Générale Africa Business Network“. La ferveur était au rendez-vous à l’hôtel Résidence de Gammarth, hier mercredi 17 janvier 2018 dans la soirée, à la faveur des nombreuses opportunités que recèle un contient qui a affiché une très forte croissance entre 2008 et 2014, le meilleur taux dans le monde après l’Asie, qui a bien résisté aux soubresauts de 2014-2017 et qui gardera sa vitalité économique dans les années à venir, prédit Clément Gillet, économiste au sein du Groupe. L’expertise et le savoir-faire de la SG en Afrique, où il opère depuis plus de 100 ans, dans 18 pays, sont donc forcément des éléments qui suscitent l’intérêt des clients, entrepreneurs et opérateurs désirant s’implanter dans ce continent.

L’Afrique c’est nous” a déclaré le DG de l’UIB, pour signifier un ancrage territorial très fort et une dynamique pour accompagner les opérateurs locaux. C’est ainsi que le Groupe a enregistré dernièrement 40 nouveaux comptes en Côte d’Ivoire et en Algérie, une illustration de la vigueur de l’économie du continent. Yann De Nanteuil, directeur-adjoint de la région Afrique du Groupe, a également évoqué les orientations de la SG en déclarant que “l’Afrique est un pole de croissance essentielle” pour le Groupe. Il a ajouté que la SG a l’intention d’y rester, de s’y développer. Il a fait savoir que l’Afrique pèse actuellement 4% dans le chiffre d’affaires du Groupe et que l’objectif fixé est une croissance de 8% par an, un chiffre à la portée vu le très gros potentiel du continent.

L’ouverture du capital à des nationaux dans la plupart des nations où la SG est présente fait partie de ses spécificités. Le volonté d’investir dans le capital local se manifeste par la mise en place de fonds pour soutenir les économies nationales. “On ne peut imaginer être quelque part sans aider les investisseurs locaux à développer leur entreprises“, a affirmé De Nanteuil. En plus cet appui prend la forme de services sur mesure, étalonnés sur les besoins réels du client. Une autre particularité du Groupe : L’interlocuteur unique, pour s’assurer, de bout en bout, que l’efficacité et les résultats seront au rendez-vous.

La Tunisie a une place majeure dans cette stratégie. L’UIB, “une banque tunisienne“, pèse lourd dans les revenus du Groupe, mais ce n’est pas tout, le pays dispose également de ressources humaines dont le savoir-faire et les compétences font la réputation au delà-des frontières. Ce sont autant de leviers pour assurer la réussite économique de la Tunisie, dans un continent prospère.

Quid de la triptyque diplomatie économique-banque-investisseurs ?

L’Afrique est dans toutes les têtes. La Tunisie, qui va intégrer prochainement le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) et a manifesté sa volonté de rejoindre la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), aspire à bâtir son avenir en Afrique. Dans ce sens, le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a fait une tournée au Niger, au Mali et au Burkina Faso, en avril 2017, à laquelle l’UIB a activement participé. Elle s’est également associée à la visite du ministre de l’Industrie et du Commerce en Côte d’Ivoire en mars 2017, en compagnie d’une délégation de la CONECT (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), ainsi qu’à plusieurs autres délégations commerciales qui se sont rendues en Mauritanie et au Bénin.  L’objectif est le même dans tous ces déplacements : Mettre à la disposition des hommes d’affaires tunisiens le réseau très étoffé de la Société Générale.

Les perspectives économiques du continent sont assises sur 3 piliers : Des ressources naturelles très conséquentes, l’atout démographique (une forte proportion de jeunes) et une économie informelle qui migre vers le formel, grossissant les flux financiers et dopant les investissements. Cette dynamique a permis l’émergence de vrais champions de la croissance en Afrique subsaharienne, tels que le Sénégal, dont le taux dépasse 6%, la Côte d’Ivoire dont l’embellie n’a pas été cassée par la chute des cours du cacao, le Ghana, etc. L’UIB et son Groupe sont très bien outillés pour être aux premières loges dans le train du développement de l’Afrique. Kamel Néji, l’ex-DG de l’UIB, a confié à Africanmanager : “Nous on est des banquiers (…). On ne sera certainement pas les derniers de la classe“…

Le réseau d’agences de l’Union Internationale de Banques termine l’année 2017 sur la même note de dynamisme avec laquelle il l’avait entamée. La banque vient en effet d’annoncer l’ouverture mercredi 27 décembre 2017 de sa 142ème agence, « Les Palmiers du Lac », située sur l’avenue principale de la zone commerciale et résidentielle des Berges du Lac 2.

Cette nouvelle agence vient enrichir une liste d’ouvertures déjà conséquente en 2017 à Ain Zaghouan, Menzah 5, Sousse Hached et Bizerte Corniche, à laquelle s’ajoute l’inauguration de deux nouveaux Centres d’Affaires dédiés aux entreprises à La Charguia et à Megrine. L’UIB continue ainsi à déployer sa stratégie de maillage géographique destinée à se rapprocher toujours davantage de ses clients – particuliers, professionnels et entreprises – pour mieux les servir et les accompagner au quotidien.

La Banque poursuit de front l’extension de son réseau d’agences et le déploiement de sa stratégie digitale

Cette recherche permanente de proximité avec les clients ne se limite pas à l’expansion du réseau d’agences, dans des formats innovants favorisant la qualité de l’accueil, du service et du conseil. L’UIB a en effet continué en 2017 à déployer sa stratégie ambitieuse de Banque Multi-canal pour répondre à l’évolution des besoins de ses clients en termes d’instantanéité, de mobilité et d’interactivité, et leur offrir, à travers les nouvelles technologies, davantage d’autonomie et de liberté dans la gestion de la relation bancaire. Les canaux de Banque à distance ont ainsi vu leurs fonctionnalités évoluer en 2017 permettant aux clients de consulter leurs comptes et d’effectuer leurs transactions 24h/24 et 7j/7, à travers le média de leur choix (téléphone, SMS, application mobile, site Internet, Espace Libre Services…)

Dans ce cadre, le réseau d’automates Multifonctions de la dernière génération (retraits et consultation, dépôts de chèques et d’espèces, change, etc..) a été étoffé en 2017, avec cinq Espaces Libres Services désormais fonctionnels, les horaires du Centre de Relation Clientèle UIBContact s’étendent désormais jusqu’à 20h et le service SMS Pull permet depuis le début de l’année les demandes de solde en temps réel. Surtout, l’UIB a lancé cet été son application pour smartphones et tablettes UIB Mobile, qui a depuis remporté le prix de la « Meilleure application mobile » au Tunisia Digital Awards 2017 et compte désormais plus de 15000 utilisateurs actifs et l’un des scores de satisfaction le plus élevé du marché (Source App Store et Google Store). Cette application user-friendly propose aux clients une expérience inédite de leur banque sur mobile, pour la consultation et la gestion des comptes et des moyens de paiement, les virements et les interactions avec leur banque. Bref, toutes les opérations utiles du quotidien, à distance et en temps réel.

Forte de l’accueil favorable réservé par les clients tant aux nouvelles ouvertures d’agences qu’au développement de l’offre digitale, l’UIB ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : plusieurs initiatives sont déjà planifiées pour continuer à concrétiser en 2018 cette vision d’une banque de proximité chaleureuse, simple d’accès, qui place l’autonomie du client et sa satisfaction au centre de la relation.

par -

Résolument engagée dans la mise en œuvre de sa stratégie de croissance sur le marché des
entreprises, l’Union Internationale de Banques (UIB) intensifie ses actions d’accompagnement de ses
clients PME en organisant en partenariat avec PROPARCO les premières journées d’information et de
formation financière et commerciale à destination des Petites et Moyennes Entreprises: « Les
Journées PME by UIB ».

Au-delà de son rôle naturel de fournisseur de services financiers et de solutions de financement, l’UIB
entend ainsi amplifier son appui et son apport d’expertise et de conseils aux dirigeants de PME et aux
entrepreneurs dans l’ensemble des régions. C’est dans ce cadre, que l’UIB a organisé la première
Journée PME by UIB le Mercredi 1er Novembre 2017 à Bizerte en présence de M. Kamel Belkahia,
président du Pôle Technologique de Bizerte, de M. Khaled Ben Gharbia, président régional de la
CONECT, de M. Cherif Lachnani, président de la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Nord
Ouest tunisien, de Mme Houda Chakroun, présidente de la Chambre du Commerce et de l’Industrie
du Nord Est tunisien, de M. Souheil Arfaoui, directeur régional de l’Agence de Promotion de l’Industrie
et de l’Innovation de Bizerte et de M. Ghazi El Biche, vice-président de l’association des investisseurs
européens et DG de van Laack Tunisie.

Cette journée a permis de partager avec une cinquantaine de petites et moyennes entreprises des
gouvernorats du Kef, de Bizerte, de Beja, de Jendouba et de Siliana une somme d’informations et
d’analyses en lien avec le cadre réglementaire tunisien, les mécanismes d’appui aux PME, les
fondamentaux de la finance et de la gestion ainsi qu’avec le renforcement des capacités commerciales de l’entreprise. Elle a également été pour ces entreprises, l’occasion de rencontres et d’échanges avec les différents intervenants et invités, leur permettant ainsi d’étendre leur réseau professionnel et de nouer des contacts utiles en vue de futures coopérations et relations d’affaires.

Une prochaine édition des journées PME by UIB est prévue à Zarzis le 23 novembre 2017. Une
dizaine d’autres évènements axés sur la PME seront organisés en 2018 de manière à favoriser le
développement régional tunisien.

En organisant ces journées de formation et de networking, l’UIB, souhaitant concrétiser sa démarche
de responsabilité d’entreprise sous toutes ses dimensions, économique, sociale et environnementale,
entend aider les PME tunisiennes à mettre toutes les chances de succès de leur côté dans un
environnement complexe qui nécessite des adaptations permanentes.

par -

La Commission des Finances de l’ARP a approuvé, ce mercredi 25 octobre 2017, le projet de loi portant approbation de l’accord de crédit entre l’Etat et 13 banques locales pour le financement du budget de l’État pour l’exercice 2017, moyennant une enveloppe de 250 millions d’euros.

Les 13 banques concernées par cet accord sont la BIAT (60 millions euros), Attijari Bank (60 millions euros), l’UIB (40 millions euros), la BNA (21 millions euros), l’ATB (20 millions euros), la STB (10 millions euros), l’Amen Bank (10 millions euros), la BH (5 millions euros), l’ABC (5 millions euros), la NAIB Bank (North Africa International Bank) (5 millions euros), la BTI (3 millions euros) et la BTE (1 millions euros).

La Banque Nationale Agricole (BNA), en tant que “moniteur délégué”, se charge des opérations de retrait du crédit et du remboursement.

par -

L’Union Internationale de Banques affiche une bonne performance commerciale avec notamment un encours de dépôts de 3 939,3 MDT au 30 Septembre 2017 contre 3 466,2 MDT une année auparavant. Cette hausse des dépôts de +13,6% – correspondant à +473,1 MDT, résulte de la bonne tenue des dépôts à vue (+92,7 MDT), des dépôts d’épargne (+94,7 MDT), des dépôts à terme et certificats de dépôt (+272,5 MDT) et des autres dépôts et avoirs de la clientèle (+13,2 MDT). „ L’encours net des crédits à la clientèle affiche, également, une augmentation de +13,7% au 30 Septembre 2017 correspondant à un additionnel de +534,9 MDT, pour atteindre un encours de 4 446,2 MDT contre 3 911,3 MDT au terme du 3ème trimestre 2017.

L’encours des emprunts et ressources spéciales atteint 390,4 MDT au 30 Septembre 2017 contre 285,4 MDT à fin Septembre 2016. L’additionnel de 105 MDT est expliqué par, l’émission d’un emprunt obligataire subordonné d’un montant de 75 MDT clôturé en février 2017 et la contraction d’un emprunt auprès de La BERD de 40 MEUR débloqué à hauteur de 50% (montant en CV de 58 MDT) en date du 30 septembre 2017, ainsi que par  des remboursements d’emprunts obligataires et l’amortissement de la dernière échéance de l’emprunt en dollar auprès de la Société Générale totalisant 31,4 MDT, sans oublier  la baisse de 0,4 MTND des ressources spéciales et enfin  l’augmentation de l’encours des dettes rattachées de 3,8 MDT.

Avec cette croissance dynamique et équilibrée des dépôts et des crédits et le renforcement de son refinancement à long terme, l’UIB continue à consolider la structure de son bilan et à afficher des ratios de liquidité conformes aux exigences règlementaires, tout en veillant à la maîtrise du coût des ressources et à la préservation de la marge d’intermédiation. „ Les produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, affichent une progression de +18,8% pour atteindre 327,2 MDT au 30 septembre 2017 contre 275,4 MDT à fin septembre 2016.

La marge d’intérêt a atteint 114,5 MDT au 30 septembre 2017 contre 104,2 MDT à fin septembre 2016, soit une progression de + 9,9%. La marge sur les commissions enregistre une progression de +5,5% pour atteindre 62,3 MDT au 30 septembre 2017 contre 59,1 MDT à fin septembre 2016. La progression de la marge sur les commissions est de +17,2% compte non tenu de la contribution au Fonds de Garantie des Dépôts prévue par le décret gouvernemental numéro 2017-268 du 1er février 2017. Les revenus du portefeuille-titres commercial et d’investissement enregistrent une progression de 55,8% pour atteindre 29,1 MDT au 30 septembre 2017 contre 18,7 MDT à fin septembre 2016.

Le Produit Net Bancaire progresse de +13,1% pour atteindre 205,9 MDT au 30 septembre 2017 contre 182 MTND à fin septembre 2016. La progression du Produit Net Bancaire est de +17% compte non tenu de la contribution au Fonds de Garantie des Dépôts prévue par le décret gouvernemental numéro 2017-268 du 1er février 2017. Les frais de personnel augmentent de +12,6% au 30 septembre 2017 contre septembre 2016 pour atteindre 73,8 MDT contre 65,5 MDT au 30 septembre 2016. Le Résultat Brut d’Exploitation est en hausse de +13,9% pour atteindre 105,5 MDT au 30 septembre en 2017 contre 92,6 MDT à fin septembre 2016. La progression du Résultat Brut d’Exploitation est de 21,4% compte non tenu de la contribution au Fonds de Garantie des Dépôts.

La bonne dynamique des revenus et la maîtrise du coût du risque (CNR de 14,3 MDT au 30 septembre 2017 contre 18,1 MDT à fin septembre 2016) ont permis à l’UIB d’afficher au 30 septembre 2017 un résultat d’exploitation, avant impôts, de 91 MTND en croissance de +22,3%.

par -

En marge des Rencontres Africa se déroulant à Tunis les 5 et 6 octobre 2017, l’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Internationale de Banques (UIB) ont signé une ligne de crédit de 15 M€ dans le cadre du projet SUNREF Tunisie.

SUNREF, le label « Finance verte » de l’AFD pour une approche intégrée : les banques UIB et UBCI, partenaires du secteur privé pour financer une croissance verte

Le programme SUNREF, le label « Finance verte » de l’AFD, a pour objectif de faciliter l’accès à une énergie durable et abordable, garante du développement d’une économie sobre en carbone et contribuant à l’atténuation des causes du changement climatique.

Les secteurs prioritaires retenus en Tunisie sont l’industrie et les services. Cette offre innovante permet aux banques de financer les investissements des entreprises privées dans l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la valorisation des déchets et la réduction des pollutions atmosphériques, hydriques et solides.
Dans le cadre de ce projet SUNREF, la ligne de crédit mise à disposition des banques partenaires tunisiennes est accompagnée d’un appui technique, financée par l’Union européenne, d’un montant total de 13,2 M€.
A travers cet appui financier, l’AFD encourage les banques locales à soutenir les investissements verts des entreprises qui bénéficieront de prêts sur cette ligne de crédit à des conditions favorables (des incitations financières dont le montant sera modulé en fonction de la nature de l’investissement réalisé).
L’appui technique vise à renforcer les capacités des différents acteurs du programme (banques, entreprises, et les deux agences techniques l’Agence Nationale de Maîtrise de l’Energie et l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement).

Après l’UBCI, l’offre SUNREF en Tunisie s’élargit à l’UIB

Avec l’UBCI, signataire d’une première ligne de crédit de 15 M€ en février 2017, l’UIB s’engage aussi aujourd’hui à soutenir les investisseurs soucieux de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et leur dépendance énergétique. La ligne de crédit permettra aux banques d’offrir des conditions incitatives (durée, taux, prime à l’investissement).

Pour Gilles Chausse, Directeur de l’AFD en Tunisie, « ce prêt s’inscrit dans le cadre des engagements pris par le Groupe AFD de consacrer 250 millions d’euros de soutien de la Tunisie et d’accompagner l’ensemble des acteurs privés et publics vers une transition écologique. » Le prêt participe au soutien financier de l’AFD à l’axe « Economie verte, pilier du développement durable », promu par le nouveau plan quinquennal tunisien.

par -

L’obtention de financement constitue pour la petite et moyenne entreprise en Afrique et particulièrement en Tunisie, est un parcours de combattant, ceci étant, des solutions existent et d’autres sont en cours d’identification grâce à l’émergence de plusieurs fonds d’investissement privés soutenus par des bailleurs de fonds régionaux et internationaux, ont assuré les participants à l’atelier sur le financement tenue dans le cadre des “Rencontres Africa 2017”
Pour Tarek Cherif président de la Confédération nationale des entreprises citoyennes (CONECT), le financement de l’investissement constitue un vrai problème surtout pour les PME tunisiennes dans les régions. La cherté du crédit et les difficultés d’accès aux fonds font de la quête de ce financement “une souffrance totale ” pour le chef d’entreprise tunisien, compte tenu des démarches administratives complexes et lentes, selon ses propos.

Il a évoqué le rôle joué par les banques de développement dans les années 80, en matière de développement de l’industrie, à travers le financement de la création des pme, ce qui n’est plus le cas, aujourd’hui, avec les banques universelles. En dépit de l’existence de la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) et la Banque tunisienne de solidarité (BTS) dont l’offre dans ce domaine demeure insuffisante, un maillon de la chaîne manque toujours et le vide laissé par ses banques de développement se fait sentir.

Le PDG de l’UIB, Mondher Ghazali, conteste ce constat, affirmant que les banques ne doivent plus investir dans les fonds propres et l’expérience a montré que chaque fois qu’elles dérogent à cette règle, cela se solde par un échec. Cette action doit être assurée par les parties qui le font mieux, à savoir les fonds d’investissement, selon ses propos.
Les banques tunisiennes, dont le concours à l’économie est de l’ordre de 10%, sont naturellement attirées par les opérateurs d’excellence (les meilleures signatures) qui offrent une communication financière transparente, a-t-il auparavant indiqué.
L’UIB, filiale partielle du Groupe société générale offre des crédits à 2 ou 2,5%, a-t-il dit, reconnaissant que ce coût demeure peu représentatif et que l’accès au crédit peut être cher, particulièrement pour les entreprises dont la structuration est floue et la certification de leurs informations financières est faible.

Quant à Zied Oueslati, responsable à Africinvest, le problème de la Tunisie se situe au niveau de l’éco-système général lequel doit être mis à niveau, précisant que le système de microfinance tunisien est le seul en Afrique à ne pas être autorisé à collecter des dépôts, sachant que les Tunisiens ne peuvent déposer de l’argent auprès des banques de financement des PME.
Il a, à cet égard, pointé du doigt les restrictions imposées par la Banque centrale de Tunisie (BCT) alors que la PME tunisienne a plus que jamais besoin d’exporter pour vivre compte tenu de la taille limitée du marché local.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) annonce la signature, jeudi 5 Octobre 2017, avec l’Agence Française de Développement (AFD) d’une ligne de crédit SUNREF, dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie 2017-2020 de développement soutenu de son activité et de ses offres à destination des entreprises et des PME. Cette ligne de 15 millions d’euros (soit une contre-valeur de 44 millions de dinars) est destinée au financement des investissements des entreprises tunisiennes en matière de maîtrise de l’énergie et de réduction de la pollution.

Cet accord vient étendre et consolider le partenariat de l’UIB avec l’AFD inauguré en février 2016 à l’occasion de la mise en place du dispositif ARIZ – mécanisme de garantie des financements aux PME. Il confirme ainsi une nouvelle fois le capital de confiance élevé dont jouit l’UIB auprès des marchés et des institutions financières de référence, une crédibilité en lien avec la résilience de son modèle économique, la qualité de ses actifs, son niveau élevé de rentabilité (ROE de 22,1% en 2016), sa stratégie de croissance saine et rentable qui a fait ses preuves, permettant à l’UIB de se hisser à la 4ème place dans le palmarès des banques privées tunisiennes par le Produit Net Bancaire (PNB), ainsi qu’avec ses perspectives d’avenir.

Outre le financement à moyen et long terme de leurs investissements, les clients de l’UIB participants au programme SUNREF pourront bénéficier des offres associées de primes d’investissement et d’assistance technique proposées par l’AFD via l’UIB. En effet, l’AFD a mobilisé 13,2 millions d’euros de dons auprès de l’Union Européenne dans le cadre de la politique européenne de voisinage en vue de proposer un appui technique et des subventions ciblées aux projets éligibles.

En adhérant au programme SUNREF Tunisie, l’UIB entend ainsi apporter sa contribution au développement d’une gestion rationnelle et durable des ressources par les acteurs publics et privés, facteur essentiel de renforcement de la compétitivité du secteur industriel sur le marché intérieur comme sur les marchés internationaux. Dans ce cadre, Mondher Ghazali, Directeur général de l’UIB, a déclaré « La conclusion de cette ligne de financement spécialisée va nous permettre d’accroître le volume de financement long terme disponible pour les entreprises tunisiennes opérant dans le secteur de l’économie verte, qui est l’un des principaux axes du plan stratégique du Gouvernement sur la période 2017-2020, ou optant pour la réduction de leur empreinte écologique. L’UIB franchit ainsi une nouvelle étape dans ma mise en œuvre de sa stratégie de différenciation et se donne les moyens d4être « La banque relationnelle de référence » des entreprises, principaux pourvoyeurs d’emplois et d’investissements productifs en Tunisie ».

par -

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie 2017-2020 de développement soutenu de son activité et de ses offres à destination des entreprises et des PME, l’Union Internationale de Banques (UIB) annonce la signature, jeudi 7 septembre 2017, d’un accord de partenariat de financement du commerce extérieur (Trade finance) avec la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement (BERD). Cette ligne d’un montant total de dix millions de dollars (contre-valeur de 24,4 millions de dinars) est destinée à couvrir des opérations d’émissions de garanties d’une maturité allant jusqu’à 3 ans et des opérations de financement pré-export et post-import.

Cet accord vient consolider et élargir le partenariat de l’UIB avec BERD inauguré à l’occasion de la conclusion, le 22 juin dernier, d’une ligne de prêt dédiée au financement des PME et des entreprises de taille intermédiaire d’un montant de 40 millions d’euros et d’une maturité de 7 ans. Il démontre le capital de confiance dont jouit l’UIB auprès des marchés et des institutions financières de référence. Une crédibilité en lien avec la résilience de son modèle économique, la qualité de ses actifs, son niveau élevé de rentabilité (ROE de 22,1% en 2016), sa stratégie de croissance saine et rentable qui a fait ses preuves, permettant à l’UIB de se hisser à la 4ème place dans le palmarès des banques privées tunisiennes par le Produit Net Bancaire (PNB), ainsi qu’avec ses perspectives d’avenir.

Ce partenariat vient encore renforcer l’expertise reconnue de l’UIB en matière de financement du commerce extérieur et la compétitivité de son offre, notamment en élargissant son réseau étendu de banques partenaires aux 96 banques adhérentes au programme de Trade Finance de la BERD qui opèrent dans 26 pays différents, ainsi qu’à ses 800 banques confirmatrices.

Au-delà de l’aspect financier, cette ligne est complétée par une offre de formation sur la thématique du financement du commerce extérieur à destination des clients de la banque. L’accord permettra ainsi d’améliorer la compétitivité et l’efficience des entreprises clientes de l’UIB par un soutien global à leurs ambitions en matière de développement, d’internationalisation de leurs activités et de sécurisation de leurs paiements vers et depuis l’étranger.

En s’appuyant sur ses actions renforcées d’accompagnement de ses clients sur le marché local et à l’international et sur ses offres et expertises reconnues en matière de solutions de financement des investissements et du cycle d’exploitation, d’opérations de commerce international, de cash management et de conseil, l’UIB franchit ainsi une nouvelle étape dans la mise en œuvre de sa stratégie de différenciation et se donne les moyens d’être « La banque relationnelle de référence » des entreprises, principaux pourvoyeurs d’investissements productifs et d’emplois en Tunisie.

par -

L’Association “Féminin by UIB” a célébré, mercredi 8 mars 2017, la Journée internationale de la femme. C’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale, en présence d’un grand nombre de femmes travaillant dans la banque, que l’événement a eu lieu. Rendre hommage aux femmes combattantes de l’UIB était le premier objectif de cette association dont le lancement remonte à l’année 2015. L’ancienne doyenne de l’UIB, Zouhir Mounira, a été la première femme a être honorée à cette occasion. Fatma Khedher, 19 ans, une passionnée de peinture, a été aussi honorée. Ainsi, l’UIB a décidé d’acheter certains de ses tableaux. En outre, un grand tableau mentionnant les noms de 700 femmes parmi les anciennes de la banque a été présenté. L’initiative a été très appréciée par l’assistance, qui a chaudement applaudi.

Les actions de ladite association ne se sont pas arrêtées là, un hymne spécialement composé pour l’établissement par le célèbre chanteur lyrique Hassan Doss, a été aussi dévoilé. La cérémonie a vu aussi la signature d’un accord entre l’UIB et l’association SOS Villages d’enfants Tunisie, il porte sur le prolongement du contrat de ladite association pour une durée de 5 ans. En vertu de cette convention, la banque s’engage également à soutenir les projets de création et d’innovation élaborés par cette association.

Dans un discours plein d’émotion, le directeur général de l’UIB, Kamel Nèji, a dit ceci : “Vous les femmes… vous êtes un atout non seulement pour la banque mais aussi pour la Tunisie… Vous avez fait de l’UIB une banque séduisante et bien classée… Aujourd’hui l’UIB est au podium des banques avec ses fonds propres…”.

Depuis 2008 tout progrès de la banque porte l’empreinte d’au moins une collaboratrice. Vous êtes la couronne de l’UIB. J’aime votre efficacité, j’aime votre vivacité, j’aime votre intelligence, votre courage et j’apprécie votre délicatesse !”, a-t-il ajouté.

Parlant chiffres, 55% de l’effectif de l’UIB sont des femmes et 57% des cadres de la banque sont des femmes. Par ailleurs 472 employées sont diplômées de l’enseignement supérieur et 348 sont recrutées depuis 2008.

A noter que la première association de femmes dans le paysage bancaire tunisien, “Féminin by UIB”, a été lancée en novembre 2015. Une initiative qui traduit la volonté assumée et la vision partagée avec le management de l’UIB. Son présent s’agrémente d’initiatives, mais aussi d’interactions et de synergies pour accompagner au mieux chacune des 733 collaboratrices dans leur ascension professionnelle.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient d’annoncer que les souscriptions à l’emprunt obligataire subordonné « UIB Subordonné 2016 » de 60 millions de dinars susceptible d’être porté à un montant maximal de 75 millions de dinars, ouvertes au public le 8 décembre 2016, ont été clôturées pour un montant de 75 millions de dinars.
Ce recours réussi au marché des capitaux témoigne de l’attractivité bien réelle de l’UIB et de la solidité de ses fondations. A la faveur de cette opération de marché, l’UIB continue à consolider, d’une part, ses bases en élevant ses fonds propres nets et à accélérer, d’autre part, la transformation de son modèle de refinancement, et ce dans un environnement économique et financier inédit et complexe. L’UIB est, aujourd’hui, forte de la confiance des souscripteurs et de ses clients qui lui ont toujours donné les moyens pour agir, de façon responsable et engagée, au bénéfice de l’économie tunisienne.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) a enregistré, en 2016, une croissance de 14,4% de son Produit Net Bancaire. Elle a aussi connu une hausse de 19,4% de son Résultat Brut d’Exploitation, soutenu par une dynamique commerciale couplée à la croissance de ses Produits d’Exploitation Bancaire, par la maîtrise de ses charges et de ses risques et par ses efforts continus de rationalisation. L’UIB a, également, accru ses prêts dans le cadre de ses activités de financement avec un encours net des crédits à la clientèle de 4,160 milliards de dinars, à fin 2016, déployés dans divers secteurs et marchés (Corporate et Retail).

Les résultats de facture solide de l’UIB traduisent la confiance de ses clients, la qualité et le niveau d’engagement reconnus de ses collaborateurs, sa capacité à s’adapter à un environnement inédit et complexe et sa culture d’initiative et d’excellence au bénéfice de l’économie. Elle a su protéger ses valeurs, consolider son bilan dans un secteur bancaire qui reste ouvert et avancer dans tous les classements : 4ème banque privée par le PNB, 2ème par la marge d’intérêts et l’une des premières banques par la rentabilité des fonds propres (ROE) avec plus de 20% attendus en 2016.

Selon l’UIB, ces résultats ne vont pas arrêter leur course en 2017 et elle est bien placée pour franchir une nouvelle marche dans le palmarès des banques tunisiennes. Elle continuera à mettre en avant son modèle diversifié de banque relationnelle, avec des ambitions renforcées en termes de satisfaction de sa clientèle et de développement d’offres innovantes en adéquation avec les attentes du marché.

par -

Le Conseil du marché financier (CMF) a donné le feu vert à l’Union internationale des banques (UIB) pour lancer l’emprunt obligataire «UIB Subordonné 2016». Le but de l’opération : Constituer un pactole de 60 millions de dinars, voire 75 millions à terme.

Le 26 octobre 2016, le Directeur Général de l’UIB avait déterminé les modalités et conditions de l’emprunt en ces termes :

– Nominal de l’obligation : 100 dinars par obligation subordonnée.

– Nombre : 600.000 obligations subordonnées pouvant être portées à 750.000 obligations subordonnées divisées en deux catégories : Catégorie A et Catégorie B.

– Forme d’Obligation : Les obligations subordonnées sont toutes nominatives.

– Prix d’émission : 100 dinars par Obligation subordonnée à régler intégralement à la souscription.

– Taux d’intérêt :

* Catégorie A : 7,40% et/ou TMM+2,00% brut l’année au choix du souscripteur.

* Catégorie B : 7,50% et/ou TMM+2,10% brut l’année au choix du souscripteur.

– Durée : 5 ans pour la catégorie A et 7 ans, dont deux ans de franchise, pour la catégorie B.

– Amortissement : Les obligations sont amorties chaque année à raison d’un cinquième de valeur nominale, soit 20 dinars par obligation. Cet amortissement débute dès la 1ère année pour la catégorie A et à la 3ème année pour la catégorie B.

Les souscriptions à cet emprunt obligataire subordonné vont démarrer le 08/12/2016 et s’achèveront au plus tard le 06/01/2017. A noter qu’elles peuvent être bouclées sans préavis dès que le montant de l’émission – 75 millions de dinars – sera atteint.

Enfin sachez que les souscriptions à cet emprunt obligataire subordonné et les versements seront réceptionnés à partir du 08/12/2016 auprès de MAC SA – Intermédiaire en Bourse.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) a enregistré, au premier semestre 2016, de bonnes performances commerciales et financières avec notamment un Produit Net Bancaire (PNB) de 119

millions de dinars, en progression de 13 % par rapport au premier semestre 2015 et un Résultat Brut
d’Exploitation (RBE) de 60,3 millions de dinars, en hausse de 14,7 % comparativement à la même
période de 2015.
En dépit d’une situation économique qui reste difficile, l’UIB a dégagé, sur les six premiers mois de
2016, un résultat net de 32,1 millions de dinars, en hausse de 5,6 % par rapport au premier semestre
2015.
Ces résultats confirment, de nouveau, le dynamisme et la solidité du modèle bancaire de l’UIB, la
qualité de ses portefeuilles et l’engagement de ses équipes. En outre, ils permettent, à la banque, de
continuer à investir dans des projets novateurs afin de toujours mieux répondre aux besoins de ses
clients d’aujourd’hui et de demain.

par -

Les résultats financiers intermédiaires de l’Union Internationale de Banques (UIB), arrêtés au 30 juin 2016, font état d’un bénéfice net de 32,119 millions de dinars (MD) contre 30,415 MD à la même période l’an dernier. C’est un bond en avant de +5,6%.

A fin juin dernier, le volume global des produits d’exploitation bancaires s’est établi à 179,5 MD contre 164 MD en 2015, soit une hausse de +9,5%.

Quant aux charges d’exploitation, elles sont passées de 58,7 MD à fin juin 2015 à 60,4 MD au 30 juin 2016, soit une légère évolution de +3%.

S’agissant du produit net bancaire de la période, il affiche 119 MD contre 105,2 MD à fin juin 2015, en  progression de +13%.

Enfin le résultat d’exploitation semestriel de l’UIB a enregistré un excédent de 49,8 MD contre 45 MD au terme des six premiers mois de 2015, soit un bond de +10,5%.

par -

Le chef du gouvernement, Habib Essid, a reçu aujourd’hui, jeudi 28 juillet 2016, à Dar Dhiafa le directeur général de la Société Générale, Frédéric Oudéa et le PDG de l’Union Internationale de Banques (UIB), Kamel Néji, indique un communiqué de la présidence du gouvernement.

Le conseiller économique du chef du gouvernement, Ridha Ben Mosbah  a été présent lors de cette rencontre.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) a organisé, ce mardi 26 juillet 2016, l’évènement « Société Générale Africa Business Network », en présence  de hauts responsables des 16 autres implantations africaines du Groupe Société Générale (Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée Equatoriale, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Sénégal, Tchad et Togo). Cet événement avait pour objectif de nouer des contacts entre les entreprises tunisiennes et celles du contient africain.

Intervenant au cours de cette rencontre, le directeur général de l’UIB, Kamel Néji, a affirmé que cette rencontre constitue un moment d’échange d’expertises, de contacts visant à permettre aux entreprises tunisiennes de bénéficier d’un accès privilégié aux filiales et aux expertises du Groupe Société Générale en Afrique, et renforcer ainsi leur capacité à s’implanter sur ces marchés.

Il a ajouté que l’UIB a une belle histoire en matière d’accompagnement de ses clients et de consolidation de sa structure financière à tous les niveaux. Il a affirmé que la banque a affiché en 2008 la meilleure performance et demeure un acteur de premier plan.

Kamel Néji a, en outre, précisé que l’UIB jouit d’un gisement humain et a tissé avec sa clientèle des relations empreintes de confiance.

Il a affirmé que la Société Générale œuvre davantage afin de renforcer son expertise et densifier son accompagnement au niveau international et en Afrique.

Pour sa part, Alexandre Maymat, responsable de la région Afrique, Asie, Méditerranée et Outremer Banque et Service Financières Internationaux, à la Société Générale, a fait savoir que cette rencontre B to B s’articule autour de l’échange de contacts pour établir des partenariats fructueux entre les décideurs tunisiens et ceux du reste du continent.

Un pari sur un avenir florissant

Il a précisé que l’Afrique a connu une croissance remarquable, parmi les plus élevés au monde, grâce à  de nombreux facteurs comme par exemple la formalisation et la structuration du secteur « corporate africain », l’importance des ressources humaines…

Sur un autre volet, il a indiqué que le continent connait, comme le reste du monde, des ralentissements conjoncturels. Les croissances économiques en 2016 et 2017 seront inférieures d’environ 1 à 2 points aux prévissions initiales. Mais il a ajouté que de nombreux projets sont en cours et une offre sera dédiée aux PME.

A noter que l’évènement « Société Générale Africa Business Network » a été marqué par la présence de nombreux responsables, des politiciens, des experts en économie, des hommes d’affaires, des banquiers et des concessionnaires automobiles.

par -

Les dépôts, tous types de dépôts confondus, ont augmenté de 6,9 % chez l’UIB (Union Internationale des banques) pour atteindre un encours de 3 414,2 MDT au 30 juin 2016 contre 3 193,6 MDT au 30 juin 2015, correspondant à une progression de +220,6 MDT. Cette évolution résulte principalement de la progression de 13,6% des dépôts à vue (+128,5 MDT), de + 6,6% des dépôts d’épargne (+75,9 MDT) et de la hausse (+22,7%) des autres dépôts et avoirs (+ 19,2 MDT).

L’encours net des crédits à la clientèle a augmenté de 10,5 % ou 374,6 MDT au 30 juin 2016, pour atteindre 3 931,1 MDT contre 3 556,4 MDT au 30 juin 2015. L’encours des emprunts et ressources spéciales a atteint 298,5 MDT au 30 juin 2016 contre 338,1 MDT à fin juin 2015. Cette évolution s’explique par le remboursement d’un montant de 26,7 MTND relatif aux échéances de l’emprunt obligataire subordonné 2015 et des emprunts obligataires émis par l’UIB en juillet 2009, en septembre 2011, en décembre 2011et en décembre 2012. L’encours des emprunts et ressources spéciales a été également impacté par l’amortissement à hauteur de 7,8 MDT de l’emprunt en dollar contracté auprès de la Société Générale, par la baisse des ressources spéciales de 4,2 MDT et par la baisse des dettes rattachées de 0,9 MDT.

Les produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, ont atteint 179,5 MDT au 30 juin 2016, ce qui correspond à une évolution de +9,4%. La quasi-stagnation de la marge d’intérêt, qui a atteint 67,7 MDT au 30 juin 2016, n’est pas sans lien avec la baisse du taux mensuel moyen du marché monétaire dont l’effet est atténué par la politique adoptée par la banque en matière de maîtrise des charges d’exploitation bancaire La marge sur les commissions a atteint 39 MDT au 30 juin 2016 contre 27,6 MDT au 30 juin 2015. Les revenus du portefeuille-titres commercial et d’investissement ont atteint 12,2 MDT au 30 juin 2016 contre. 9,2  MDT au 30 juin 2015.

Le Produit Net Bancaire a atteint un montant de 118,9 MDT au 30 juin 2016 contre 105,3 MTND au 30 juin 2015, correspondant à une évolution de +13 %. Les charges opératoires (frais de personnel, charges générales d’exploitation et dotations aux amortissements) ont évolué de + 11,3% à 58,7 MDT, sous l’effet notamment de l’augmentation salariale conventionnelle, des dispositifs d’incitation liés aux performances de la banque et de la hausse du coût de maintenance des infrastructures informatiques. Le résultat brut d’exploitation a atteint 60,3 MDT au 30 juin 2016 contre 52,6 MDT au 30 juin 2015, soit un taux de croissance de +14,7%. Compte-tenu des évolutions précitées, l’UIB a consolidé son coefficient d’exploitation qui s’établit à 49,4% au 30 juin 2016 contre 50,1% au 30 juin 2015, franchissant pour la première fois à la baisse le seuil des 50%.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) a tenu aujourd’hui, jeudi 2 juin 2016, à Tunis, son Assemblée Générale Ordinaire (AGO) et ce, en présence de son directeur général, Kamel Nèji et du président du conseil d’administration, Alexanre Maymat.

Lors de cette AGO, Kamel Nèji a exposé les principales réalisations de la banque au titre de l’année 2015, précisant que la banque a cloturé l’année 2015 avec un résultat d’exploitation de 89,9 millions de dinars (MD) contre 83,1 MD en 2014, en hausse de 8,1 % et un résultat net de 64 MD après un impôt sur la société de 26,9 %.

S’agissant des capitaux propres, il est à signaler que le total des capitaux propres de la banque s’élève à 314,6 MD au 31 décembre 2015 contre 267,7 MD au 31 décembre 2014, soit une agmentation de 46,9 MD. Les actifs classés sont de 437 MD au 31 décembre 2015 contre 432 MD fin 2014, ce qui correspond à 9,9 % des engagements de la banque à la fin de 2015 conre 10,6 % fin 2014.

Par ailleurs, au vu des provisions constituées pour risques de contrepartie, au titre des actifs classés d’un montant de 254 MD au 31 décembre 2015 et des engagements en défaut, le taux de couverture des actifs classés par les provisions est de 74 % au 31 décembre 2015.

Dans son discours d’ouverture, le DG de l’UIB a affirmé que la banque affichera dans les prochaines années un meilleur résultat et une bonne rentabilité. Il a estimé dans le même contexte que la banque a fait durant l’année 2015 la preuve de son sens de la gestion et du management et ce, en dépit d’un contexte assez inflationniste, selon ses dires. “Notre banque est forte et solide”, a-t-il ajouté.

Kamel Nèji a sous un autre angle indiqué que l’UIB a confirmé qu’elle est jusqu’à présent moins vulnérable et plus résiliente et qu’elle est actuellement dans le peloton de tête en termes de PNB, avec la BIAT, Attijari Bank et Amen Bank.

Le directeur général de l’UIB a en outre affirmé que la banque est à l’abri de toute mauvaise surprise qui pourrait arriver dans les prochaines années et ce, grâce aux belles performances réalisées ces dernières années.
Il a ajouté que globalement, le résultat de l’UIB est sain et la rentabilité est bonne et que la banque ambitionne d’être encore plus forte et d’aller encore plus loin.
Kamel Néji a par ailleurs indiqué que l’UIB a largement dépassé les objectifs fixés dans son business plan pour l’année 2014.

Le niveau de l’activité et la maîtrise renforcée des coûts de l’UIB ont généré un effet de levier significatif sur le résultat brut d’exploitation. Ce dernier a atteint, au cours du premier trimestre 2016, 29 millions de dinars, en croissance de 25,2% par rapport à la même période de 2014. C’est ce qui a été indiqué lors de l’AGO de la banque, qui se tient actuellement à Tunis.

Par ailleurs, en dépit d’un environnement économique peu porteur, d’une réglementation plus restrictive et coûteuse et d’une concurrence exacerbée, l’UIB a fait montre, en 2015, d’une belle dynamique commerciale. En effet, au cours de l’année 2015, les clients ont confié à l’UIB 251 MD de dépôts additionnels et la banque a consenti à des prêts additionnels nets de 284 MD. Sur l’ensemble de l’année, le PNB a affiché une progression de 10% à 217 MD, tiré par les synergies et le dynamisme de l’ensemble des métiers, et plus particulièrement par le portefeuille d’activités au bénéfice des clients entreprises.

« En 2015, l’UIB a continué à progresser dans la mise en œuvre de son programme de transformation et d’excellence opérationnelle en 2015-2018. Nous avons démontré cette année encore notre capacité à gagner en productivité commerciale, à poursuivre la réorganisation et la transformation de notré réseau, à atteindre une meilleure efficacité des fonctions support et à optimiser le coût des ressources », a assuré Kamel Nèji.

Il a ajouté que ces actions ont permis de confirmer le positionnement privilégié de la banque dans le palmarès des banques privées tunisiennes. L’UIB occupe désormais la 1ère place en termes de Return On Equity (ROE) et la 2ème en termes de marge d’intérêts. Ces indicateurs ont eu des effets favorables sur le comportement du titre UIB, selon ses dires.

Le meilleur des RS

Ancien responsable à différents postes en matière de communication, enseignant en journalisme et journaliste, Fethi Houidi est ce matin d’humeur massacrante. Beaucoup le comprendraient...

INTERVIEW

Il n’est pas le ministre des Finances, mais il en connait tous les arcanes. C’est un survivant du gouvernement «Essid» et il est l’homme...

AFRIQUE

INVESTOUR a réuni près de 30 ministres africains du tourisme pour débattre et échanger des expériences concernant le développement du secteur sur le continent....

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur tunisien Faouzi Benzarti va succéder au Marocain Hussein Ammouta à la tête du Widad Casablanca, annonce le club champion d'Afrique en titre, vendredi. Benzarti,...